À L'ÉTRANGER


ITW ANDREW ALBICY : "PARTICIPER AUX JO 2020"

Andrew Albicy Andorre Liga ACB
Crédit photo : MoraBanc Andorra

Andrew Albicy vient de prolonger jusqu'en 2019 avec le club espagnol d'Andorre, l'occasion pour nous de partir à sa rencontre pour obtenir ses ressentis.

Tout juste après avoir re-signé avec Andorre jusqu'en 2019, Andrew Albicy (1,78 m, 27 ans) a accepté de revenir sur sa première expérience à l'étranger. Ses ressentis sur le championnat espagnol, le sujet des JFL en France, l'équipe de France... le meneur français formé au Paris-Levallois s'est confié.

La saison dernière, l'international français a disputé son premier exercice en dehors de l'hexagone. Une envie qui trottait depuis longtemps dans l'esprit du joueur.

"J’avais une réelle envie de partir pour l’étranger depuis un moment, et puis le championnat espagnol est pour moi le meilleur championnat européen. Les huit premières équipes du championnat jouent soit l’EuroLeague, soit l’EuroCup. Donc le niveau y est très intéressant."

Andrew Albicy a donc quitté Gravelines-Dunkerque en Pro A, pour la principauté d'Andorre (12e en 2015/16) en Liga Endesa.

"J’ai eu d’autres propositions, mais le coach me suivait depuis un moment lorsque j’étais en équipe de France U20. Il était assistant au sein de l’équipe d’Espagne, le club me voulait vraiment donc forcément c’est attrayant. Avec un projet intéressant et ambitieux, celui d’évoluer rapidement en me confiant les clés de l’équipe à la mène."

Auteur d'une première saison plutôt correcte (7,1 points à 30% de réussite aux tirs, 1,7 rebond et 6,1 passes décisives en 27 minutes de moyenne) lors de laquelle il a terminé deuxième meilleur passeur du championnat espagnol, le Français reste perfectionniste.

"Pour le club, cette saison 2016 restera une saison historique. Il a retrouvé les playoffs après plus de 20 ans d’absence. La saison reste remarquable, en plus personne ne nous attendait à ce niveau. Après individuellement c’est mitigé, car j’aurais souhaité terminer meilleur passeur du championnat et pas deuxième. Puis il me reste à gagner en régularité. Mais pour une première expérience à l’étranger je peux qualifier ma première saison espagnole  comme « bonne »."

Ayant connu également la Pro A, un comparatif avec le championnat espagnol s'imposait. Sans surprise, le joueur a constaté que le niveau est supérieur tactiquement en première division espagnole.

"Le niveau de jeu est bien différent de celui pratiqué en France, car pratiquement tous les week-ends tu affrontes des équipes d’EuroLeague ou d’EuroCup donc même si ce championnat reste moins physique, il reste plus « intelligent » et moi c’est ce que je recherchais."

Sa prolongation  de contrat fut donc logique.

"J’ai eu des équipes qui étaient sur moi, mais à quoi bon partir quand tu sais que tu disputeras l’EuroCup la saison prochaine dans un club et une équipe où tu te sens bien, et où le coach te fait confiance pour driver l’équipe. Je me sens bien ici donc voilà ma re-signature est logique pour moi, elle me permet aussi de montrer ma reconnaissance au club."

En plein EuroBasket, nous avons abordé le sujet de l’équipe de France. Conscient que la concurrence est rude et que l'équipe a peu de chances de bouger, Albicy espère pouvoir y regoûter.

"J’ai toujours voulu aller en équipe de France, après à mon poste il y a de la concurrence. Mais j’essaye de tout faire pour y revenir, même si je sais qu’il y aura peut-être des fenêtres internationales qui feront que je pourrais être amené à y retourner, je veux en faire partie au sein du « vrai » groupe. Après le coach fait ses choix mais oui je l’espère toujours."

Amateur de 3x3 et vainqueur de l'Open de France à Lyon, Andrew Albicy ne ferme pas la porte à une éventuelle participation aux prochain JO de Tokyo en 2020. 

"Cette discipline me plait beaucoup et c'est un jeu qui me correspond. C’est très différent du  5 contre 5 mais j’arrive à m'y adapter. Mon objectif étant de participer aux prochains Jeux olympiques, si je dois y aller avec l’équipe de France 3x3, ça sera avec un grand plaisir."

Bien que ne foulant plus les parquets de Pro A, l'ancien All-Star LNB a un avis bien tranché sur le débat JFL qui fait tant couler d'encre ces derniers temps.

"J’en débats beaucoup et j’ai vraiment un avis sur la question. C’est sur que dans le championnat français, les coachs ont clairement une préférence pour les joueurs américains, tout le monde l’a vu. Mais moi je me mets à la place d’un coach, pourquoi prendre un joueur français qui te coutera peut-être plus qu’un joueur américain et qui aura moins de rendement. Après pour moi c’est assez facile de dire ça, car je n’ai jamais eu de souci de temps de jeu ou autre, mais quand je vois certains Français qui se plaignent de ne pas avoir de temps de jeu, pose-toi les bonnes questions, si ton niveau est cohérent avec le salaire que tu demandes. Attention ça ne reste que mon avis. Dans mon équipe on a un seul Espagnol, si on enlève ceux qui ont le passeport et mon coéquipier qui est Andorran."

En attendant, on pourra voir évoluer le meneur français en Liga ACB jusqu'en 2019. Le Français a beaucoup d'ambitions pour la saison à venir.

"Le club a fait un très bon recrutement et avec le roster que l'on a, je pense que l’on sera dans le top 8 du championnat incontestablement. L’objectif serait de passer le premier tour en EuroCup. L’ambiance au sein du groupe et du club est très bonne, pour dire le joueur le plus vieux a 31 ans."

07 septembre 2017 à 12:22
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
NICOLAS PARAGE
A défaut d'une brillante carrière professionnelle, j'assouvis ma passion le dimanche dans les salles de Vendée et le reste du temps sur Bebasket.
Nicolas Parage
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
Autres journées