À L'ÉTRANGER


ITW BORIS DALLO : "MONTRER QUE JE SUIS UN NOUVEAU JOUEUR"

Boris Dallo Antibes
Crédit photo : Sebastien Grasset

Sans club après un bon passage en D-League, Boris Dallo vient de s'engager au Panionios Athènes. BeBasket est parti à la rencontre de celui qui à tout juste 19 ans disputait avec le Partizan Belgrade le Top 16 de l'EuroLeague.

Joueur formé localement (JFL) sur le marché lors de ce début de saison, Boris Dallo s'est engagé pour le Panionios Athènes une saison. Passé en D-League la saison passée du côté des Nets de Long Island, Dallo va tenter de se relancer en Grèce pour enfin réussir à devenir un joueur majeur de sa génération. 

Arrivé en début de semaine dernière en Grèce, Boris Dallo découvre petit à petit son nouveau club qui après un mauvais départ (deux défaites en en deux matchs) a décidé de changer d'entraineur. Samedi, il a joué son premier match (9 points à 4/7, 5 rebonds et 2 passes décisives pour 12 d'évaluation en 23 minutes), pour une défaite 87-80 contre Promitheas.

"J'arrive en même temps que l'entraineur. Après deux défaites, les dirigeants ont pris la décisions de faire quelques changements dans l'équipe. Pour l'instant tout se passe bien, mes coéquipiers m'ont très bien intégré et je suis content d'être ici. J'ai envie d'aider mon équipe à remporter le plus rapidement son premier match de la saison, puis enchainer sur une série de victoire."

Le choix de rejoindre la Grèce peut être surprenant. Mais son désir numéro un est de trouver du temps de jeu dans un championnat européen important. 

"Mon choix peut surprendre, mais j'ai bien réfléchi avant de m'engager. Dans ce championnat, il y a deux équipes qui jouent l'EuroLeague et plusieurs engagées dans les autres compétitions européennes. C'est un championnat compétitif et je voulais des responsabilités. Je suis content d'être ici, je suis heureux d'avoir attendu et d'avoir eu l'équipe et l'offre que je voulais."

Après avoir quitté les Etats-Unis et l'île de Long Island, Boris Dallo a continué de s'entrainer en France afin d'être prêt à répondre à l'appel d'un club. 

"J'ai continué à me maintenir en forme. Je me suis entraîné tous les jours, j'ai fait en sorte de rester en forme physiquement et surtout de ne pas douter. Donc mentalement je vais bien avec une forte envie de revenir sur les parquets.

Leader de la génération 1994 avec Mam' Jaiteh, son grand ami, Dallo a toujours voulu un jour jouer en NBA. L'an dernier, après une saison à Antibes en Pro A, il a décidé de rejoindre la D-League afin de pouvoir se montrer auprès des franchises NBA. 

"J'ai toujours cet objectif de jouer en NBA, donc pour moi la D-League était le chemin le plus court pour y arriver. En cinq mois, j'ai joué 55 matchs, je n'ai jamais joué autant de toute ma jeune carrière. J'ai eu aussi des responsabilités. Je ne regrette pas mon choix. J'ai grandi en tant que joueur mais en tant qu'homme. J'ai pu faire mes dents, continuer à apprendre et découvrir une autre culture Basket. Il faut savoir que l'on bénéficiait des infrastructures de l'équipe NBA. Donc j'ai pu jouer au Barclays Center, m'entrainer dans la salle d'entrainement des Nets, profiter des staffs et de nombreux entraineurs pour travailler mes gammes individuelles, donc non cette année a été bénéfique pour moi. Je reviens en Europe avec une confiance en moi, c'est vraiment ce que l'on essaie de t'apprendre aux Etats Unis. Prendre tes responsabilités et avoir confiance en soi."

A seulement 23 ans, Boris Dallo a déjà connu deux équipes en Pro A (Poitiers et Antibes), mais aussi porté les couleurs du Partizan Belgrade.

"Je n'ai jamais pu confirmer les attentes placées en moi. J'ai commencé à Nantes puis j'ai rejoint l'INSEP. A 18 ans, quand je sors du Centre Fédéral j'ai envie de jouer en Pro A, donc je rejoins Poitiers mais malheureusement ça ne se passe pas comme prévu sur un plan collectif car nous sommes cette saison reléguée en Pro B. C'était rare pour un jeune de 18 ans de demander à jouer directement en Pro A, mais j'avais confiance en moi et j'avais envie de montrer que je pouvais être productif. Ensuite je suis parti au Partizan (Belgrade). J'ai connu une nouvelle façon de travailler, une nouvelle façon de voir le basket. Le Partizan est un grand club, j'ai donc eu la chance pendant ces deux saisons là-bas, de jouer aux côtés de grands joueurs et surtout pour un très grand coach."

En effet durant ces deux ans, il a eu la chance de partager le vestiaire avec les deux Français, Léo Westerman et Joffrey Lauvergne, mais aussi des futures stars comme Bogdan Bogdanavic ou Davis Bertans. Mais surtout il a pu découvrir la méthode Dusko Vujosevic.

"Dule a été une personne très importante pour moi dans ma carrière. Même s’il n’a pas réussi en France il reste la crème de la crème. Sa méthode n'a pas collé avec le basket français, c'est comme ça. Mais ca doit pas effacer tout ce qu'il a apporté au basket serbe, au basket européen. Aujourd'hui beaucoup de joueurs passés entre ses mains sont aujourd'hui des joueurs références. Que ce soit Léo ou Joffrey mais il y a aussi Bogdan Bogdanavic, Davis Bertans et j'en passe. C'est quelqu'un qui arrive à te faire te surpasser et faire que tu crois en toi. C'est vrai que c'est énormément d'efforts à donner, mais il n'y a pas de secret et c'est ce qu'il ne cesse de te répéter. Il m'a beaucoup aidé. La concurrence était saine, c'était le haut niveau. Tu joues devant un public merveilleux, dans une ambiance de folie. J'ai beaucoup appris au Partizan."

Lors de la saison 2015/16, il rejoint Antibes. Sur la Côte d'Azur il espère passer un cap pour ensuite joindre la Draft NBA.... Malheureusement pour lui, il n'a eu le temps de jeu espéré... même si à 21 ans il tournait à 19 minutes par match en moyenne.

"J'aurais aimé jouer plus mais c'est ainsi. On n'était pas dans la même longueur d'onde. Moi j'étais là-bas pour être mis en valeur pour une éventuelle draft. J'ai toujours eu confiance en moi et les deux années à Belgrade ou j'ai eu la chance de jouer en coupe d'Europe m'ont donné encore plus de confiance. Je pensais que j'étais capable d'aider les Sharks. Après j'ai quand même eu la chance de poser les pieds sur le terrain, donc je souhaite garder que le positif."

 Se retrouver à 23 ans sans club au début de la saison n'est pas quelque chose qu'il avait envisagé. 

"Non même si c'est comme ça, c'est le business. Avec la réglementation ce n’est pas facile pour tout le monde. Je n'étais pas le seul dans ce cas. Il y a des joueurs comme Ali Traoré, Mike Gelabale qui étaient dans le même situation que moi en début de saison.  Le plus dur est de rester confiant, de se dire que les choses vont tourner. Car vous n'êtes plus dans une équipe donc vous devez vous entrainer seul, en gardant la motivation. C'est à ce moment-là quand on est jeune que ça peut être compliqué. Mais j'ai gardé espoir, je veux juste rejouer au basket, montrer que j'ai progressé aux Etats-Unis et avant tout prendre du plaisir car je pense que c'est l'une des choses les plus importantes."

Même s'il avoue n'avoir sans doute pas fait pas tout le temps les bons choix, il ne regrette pas les décisions prises ces dernières saisons.  

"On peut toujours faire différemment, mais sur le moment on fait des choix que l'on pense les plus judicieux pour la suite de sa carrière. Il est vrai qu'il y a trois ans à la sortie du Partizan j'aurais pu prendre un autre choix, mais c'est comme ça, je pensais qu'en allant dans un club français qui venait de monter en Pro A, coaché par un jeune entraineur, j'aurais eu la chance de me montrer. Mais je ne regrette pas ma décision, car aujourd'hui je ferais le même choix."

Par le passé, on lui a aussi reproché d'être un peu nonchalant mais aussi d'avoir une hygiène de vie pas trop adaptée au sport de haut niveau.

"Quand tu es jeune tu fais d'erreurs, et j'en ai commis. Peut-être qu'à un moment donné cela m'a causé des torts, mais j'ai appris et je pense qu'aujourd'hui je suis un joueur beaucoup plus mature. Il est normal quand tu es jeune de vouloir profiter mais cela ne colle pas avec le sport du haut niveau. Je pense avoir changé, c'est à moi de le montrer pour ne plus donner cette image qui je pense me ressemble pas."

Très proche de Mouhammadou Jaiteh et Moustapha Fall, il a tenu à rendre hommage à ses amis qu'il a côtoyé en club ou en équipe de France jeune. 

"Mam' est l'un des tous meilleurs pivots français en Pro A. Nous sommes très proches car nous avons joué en équipe de France en jeune tous les deux. C'est un grand joueur. Les gens sont durs avec lui, mais ils oublient qu'il n'a que 23 ans, et qu'il joue en Pro A ou Pro B depuis ses 18 ans. C'est vrai que l'épisode de la Draft lui a fait mal, mais je reste persuadé qu'il pourra un jour jouer en NBA. C'est un grand talent. Quand j'ai joué à Antibes avec Moustpaha Fall, j'ai vu qu'il serait très rapidement un joueur dominant. La saison passée à Chalon il est un grand artisan du titre de champion. Dommage qu'il n’ait pas pu jouer avec l'équipe de France à l'Euro, il aurait fait énormément de bien aux Bleus. Malgré le décalage horaire, j'essayais de suivre leurs performances la saison dernière. Et dès que l'on pouvait, on s'appelait au téléphone."

Arrivé en Grèce lundi, Boris Dallo a toute les cartes en main pour montrer qu'il reste un joueur de talent. Puis il sera l'heure pour lui de revenir en Pro A. Là où il devrait être depuis un bon bout de temps maintenant... 


Boris Dallo à son arrivée au Paninios Athènes (photo : DR) 

23 octobre 2017 à 11:12
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ANTHONY OTTOU
Bercé par les Chicago Bulls... de Dennis Rodman, mes journées seraient si tristes sans ce fichu ballon orange.
Anthony Ottou
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
10ème journée
17 novembre
Dijon
101
-
81
Boulazac
18 novembre
Châlons-Reims
20h00
Nanterre
Chalon-sur-Saône
20h00
Hyères-Toulon
Le Mans
20h00
Le Portel
Limoges
20h00
Antibes
Levallois Metropolitans
20h00
Cholet
Pau-Lacq-Orthez
18h30
Monaco
19 novembre
Gravelines-Dunkerque
18h00
Bourg-en-Bresse
Strasbourg
18h30
Lyon-Villeurbanne
Autres journées
PROGRAMME TV
19 novembre - 00h00
Lyon-Villeurbanne
Trente
19 novembre - 00h45
NBA Extra
19 novembre - 01h30
Philadelphia 76ers
Golden State Warriors
19 novembre - 01h45
Kuban Krasnodar
Limoges
19 novembre - 03h10
Dallas Mavericks
Milwaukee Bucks