À L'ÉTRANGER


LES SALAIRES LARGEMENT AUGMENTÉS EN D-LEAGUE ?

NBA DLeague
Crédit photo : NBA DLeague

Les salaires en D-League pourraient exploser dès la saison prochaine.

La saison 2016/17 de D-League a commencé ce mercredi dans l'anonymat complet, ou presque. Car le sujet des salaires en D-League fait de plus en plus parler. A tel point qu'ils pourraient être très rapidement réévalués. Très fortement réévalualés.

Carmelo Anthony, parmi les joueurs les plus influents du circuit NBA, en a fait une affaire publique avec des déclarations allant dans ce sens.

Selon ESPN, les salaires annuels autorisés en D-League pourraient monter entre 50 000 et 75 000 $ par an grâce à la nouvelle CBA, la convention collective de la NBA, qui débuterait au 1er juillet 2017 si la CBA et la NBA tombent d'accord avant le 15 décembre prochain. Les salaires annuels de D-League sont aujourd'hui de 26 000 $ (pour les joueurs de catégorie A) et 19 000 $ (pour les joueurs de catégorie B). Très faibles comparativement aux salaires à l'étranger.

Plus de Français encore en D-League ?

La D-League deviendrait alors bien plus attractive financièrement pour les joueurs professionnels puisqu'en mesure de concurrencer les salaires de la plupart des championnats étrangers et notamment européens. La Pro B notamment, dont le salaire moyen tourne autour de 55 000 $ par an, serait fortement concurrencée par la D-League.

Des joueurs américains du circuit européen ont déjà réagi sur les réseaux sociaux, à l'exemple d'Anthony Tucker, un habitué des ligues moyennes européennes (Hongrie, Belgique, Finlande, deuxième division turque...).

L'autre phénomène pourrait être l'accentuation du nombre de départs de joueurs européens vers la D-League. Cette saison, plusieurs Français (Axel Toupane, Livio Jean-Charles, Boris Dallo et Damien Inglis, Carl Ona Embo et Ron Mvouika ont été coupés) sans contrat NBA devraient jouer dans ce championnat malgré les faibles salaires qu'ils y toucheront. Pour y connaître une expérience différente, tenter d'attirer une franchise NBA, mais aussi vivre "le rêve américain".

Mais pas de panique pour les clubs français, le réservoir américain est immense. De plus, le retour de la différenciation entre "bosman", "cotonou" et "joueur non formé localement" a poussé les clubs français à regarder de nouveau les joueurs aux passeports différents de ceux des Nord-Américains.

Entre l'ouverture de "fenêtres internationales" pour des matchs de qualification aux compétitions entre équipes nationales, l'énorme puissance de l'Euroleague et l'attrait de la D-League, c'est tout le paysage du basketball professionnel européen qui devrait être bousculé au cours des prochaines années.

Reste à savoir comment réagiront la fédération américaine de basketball ainsi que la NCAA. Des salaires plus élevés en D-League, un championnat plus accessible en terme de niveau, pourraient pousser nombre de joueurs à passer professionnel plus vite.

17 novembre 2016 à 15:12
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
20ème journée
07 février
Boulazac
95
-
99
Dijon
09 février
Hyères-Toulon
68
-
88
Antibes
10 février
Bourg-en-Bresse
73
-
96
Lyon-Villeurbanne
Châlons-Reims
90
-
93
Levallois Metropolitans
Cholet
63
-
73
Strasbourg
Nanterre
85
-
54
Le Portel
Pau-Lacq-Orthez
105
-
93
Chalon-sur-Saône
11 février
Monaco
94
-
101
Gravelines-Dunkerque
Le Mans
89
-
65
Limoges
Autres journées
PROGRAMME TV
26 février - 10h15
Malaga
Maccabi Tel-Aviv
27 février - 05h30
Barcelone
Real Madrid
27 février - 17h15
Khimki Moscou
Panathinaïkos
28 février - 05h30
Khimki Moscou
Panathinaïkos
28 février - 12h15
Barcelone
Real Madrid
Coaching