À L'ÉTRANGER


TILLIE, SARR, PONS, ONA EMBO, YETNA... QU'ATTENDRE DES FRANÇAIS EN NCAA CETTE SAISON ?

Killian Tillie Gonzaga
Crédit photo : DR

Nombreux sont les joueurs et joueuses français à évoluer en NCAA. Tour d'horizon. Première partie avec les joueurs masculins.

Le championnat universitaire américain (NCAA) a donné son coup d’envoi la semaine dernière. Voici donc un résumé de la situation des nombreux français et françaises en NCAA I (1ere division) en ce début de saison.

Par Maria Guramare,

Depuis quelques années, de nombreux jeunes joueurs ont tenté le pari de s’exporter outre-Atlantique dans le championnat universitaire américain, la NCAA. Cette tendance s’est fortement accentuée ces deux dernières années, avec notamment de gros potentiels et des membres des équipes de France jeunes qui rejoignent les Etats-Unis.

Nous avons donc décidé de nous pencher sur les Français en NCAA I et faire le point sur ce qu’il y a à attendre d’eux pour la saison 2017/18.

Note : le premier cycle universitaire américain comprend quatre années : Freshman (première année), Sophomore (deuxième), Junior (troisième) et Senior (quatrième). Parfois, les joueurs restent un an de plus car ils optent pour une année "redshirt", obligatoire en cas de "transfert" depuis un autre programme universitaire. Par choix, ils peuvent aussi devenir redshirt en début de saison. Souvent à cause d'une longue blessure ou parce qu'ils ont conscience qu'ils "utiliseraient" une année pour rien, étant donné qu'ils sont promis à un faible temps de jeu. 

Première partie sur les joueurs masculins 

Nous commençons par Gonzaga ou l’on retrouve cette année deux joueurs français : le sophomore Killian Tillie et le freshman Joël Ayayi.

L’équipe, qui est très porté sur l'international en terme de recrutement, a un niveau de jeu très élevé : elle a terminé finaliste de la March Madness NCAA la saison passée (défaite en finale contre North Carolina), Nigel Williams-Goss (qui cartonne désormais avec le Partizan Belgrade) a été élu meilleur joueur de l’année de la conférence (Gonzaga évolue en West Coast Conférence) et trois joueurs de Gonzaga ont fini dans la meilleure équipe de la conférence.

 

  • Killian Tillie (2,08 m, 19 ans) : Sophomore à Gonzaga

Ancien pensionnaire de l’INSEP et membre majeur des équipes de France (notamment MVP du championnat d’Europe U16 où la France remporte le titre en 2014, et présent dernièrement au championnat du monde U19), Killian a su se forger une place dans ce collectif la saison passée (4,2 points et 3,2 rebonds en 12 minutes de moyenne) au sortir de deux saisons de galère, à cause de multuples blessures, au genou notamment. Son rôle a été régulier et il a été utilisé dans les moments importants, comme lors du Final Four NCAA. Il devrait cette saison confirmer son statut et s’affirmer encore plus dans cette équipe pleine de talents. La Draft Zach Collins, qui jouait devant lui, lui fait de la place. Sur le deuxième match, il a déjà cumulé 9 points et 12 rebonds en 24 minutes.

 

  • Joël Ayayi (1,88 m, 17 ans) : Freshman à Gonzaga

Joël Ayayi : il devra se servir de ses qualités athlétiques et sa rapidité, points sur lesquels il est attendu, pour tenter de se faire une place au sein du collectif ; ce qui est difficile en tant que freshman à cause de la hiérarchie préexistante et de l’écart d’âge et de niveau entre première et quatrième année. Lui aussi passé par l’Insep, il a été sélectionné en équipe de France en 2015 (U15) et 2016 pour le championnat d’Europe U16 (sixième place). Né en 2000, il a un an d'avance, scolairement et donc basketballistiquement parlant. A joué lors des matchs d'exhibition mais pas sur les deux larges victoires des Zags. Une année redshirt à prévoir ?

 

  • Olivier Sarr (2,10 m, 18 ans) : Freshman à Wake Forest

Originaire de Poitou-Charentes, Olivier Sarr a passé trois années au Centre Fédéral (de 2014 à 2017). Il a également fait partie des équipes de France - U15 en 2014, Championnat du monde U17 en 2016 (sixième place), Championnat d’Europe U18 en 2017 (sixième place).

Il nous a parlé de sa position au sein de l’équipe pour cette première saison : « Pour l’instant, mon rôle est d'entrer en sixième homme et d’apporter de l’énergie et de l’intensité au niveau des rebonds, contres, contre-attaques et scoring intérieur. »

L’équipe compte deux défaites en deux matches, mais Olivier (2 fautes en 9 minutes sur son entrée contre Liberty) a confiance quant à son potentiel : « Il nous faut encore continuer à trouver une alchimie entre nous, on apprend encore à jouer ensemble mais nous avons de très bons éléments pour aller loin. »

 

  • Yves Pons (1,96 m, 18 ans) Freshman à University of Tennessee (2 victoires, 0 défaites)

Yves est le premier joueur Français à faire partie de l’équipe de basketball de l’université. Il souffre actuellement d’une blessure à la cheville étant survenue lors du premier match de la saison. Espérons qu’il puisse bientôt récupérer et mettre à l’œuvre ses qualités athlétiques hors normes et le fort impact qu’il a su démontrer par le passé autant en attaque qu’en défense.

Yves fait partie des français ayant suivi un cursus à l’INSEP (entré avec un an d’avance en 2013) et comptant des sélections en équipe de France (Champion d’Europe U16 en 2014 et présent au Championnat du monde U17 en 2016).

 

  • Marc Gosselin (2,01 m, 21 ans) Junior à Western Carolina University (0 victoires, 2 défaites)

Le Franco-Américain arrivé de Lyon en 2015 avait fait partie du cinq majeur lors de 31 rencontres sur 32 la saison passée, et fut élu MVP de son équipe. Cette année, il a l’occasion de confirmer sa place importante au sein du collectif et porter son équipe à performer en conférence (les Catamounts avaient fini avant-derniers de la Southern Conference sur l’exercice 2016/17).

 

  • Renathan "Ray" Ona Embo (1,96 m, 19 ans) Sophomore à Tulane (2 victoires, 0 défaites)

Médaillé de bronze au Championnat d’Europe U20 cet été, l'ancien joueur de Marne-la-Vallée avait fait une grosse première saison l’année dernière en étant élu à deux reprises meilleur rookie de la semaine dans sa conférence. Humble et conscient du travail qu’il lui reste à accomplir, il a des projets de NBA mais reste focalisé sur l’accumulation de victoires avec son équipe tant qu’il est en université. 14 points et une victoire de 30 points au premier match, 11 points et 9 passes décisives (victoire de 6) au second.

 

  • Alexis Yetna (2,03 m, 20 ans) Freshman à South Florida (2 victoires, 1 défaite)

L'ancien joueur de Cergy-Pontoise est aussi médaillé de bronze à l’euro U20 2017 - où il a fait figure de belle découverte - et lui aussi va commencer à construire sa place, chose éprouvante en première année. Dans l'attente d'un retour de la NCAA sur son dossier d'éligibilité, il se pourrait qu'il reste redshirt cette saison et qu'il commence donc sa "carrière sportive universitaire" la saison prochaine.

 

  • Paul Djoko (1,90 m, 19 ans) Freshman à Northern Kentucky (2 victoires, 0 défaites)

Le champion d’Europe U18 3x3 en 2016 n’a pas joué sur les 2 premiers matchs mais va tenter de s’imposer au cours de la saison. Il arrive du championnat Espoirs - il jouait au CCRB - et affiche clairement son objectif d’intégrer l’effectif senior de l’équipe de France de 3x3.

 

  • Luidgy Laporal (2,07 m) Junior à St. Francis (0-2)

Après deux ans en Junior College (championnat d’après lycée dans lequel certains joueurs se préparent à la NCAA) où il a été un élément important de Harcum College, le voici en NCAA. Ancien international français en U16, le Guadeloupéen a été pensionnaire du Centre Fédéral entre 2010 et 2013 puis du centre de formation de Strasbourg (de 2013 à 2015).

 

  • Soufiane "Souf" Mensah (1,88 m, 23 ans) Junior à Rutgers (3 victoires, 0 défaites)

Précédemment formé dans le centre d'entraînement international "Canarias Basketball Academy", le natif de Nantes arrive lui aussi de Junior College en apportant sa maturité et sa puissance

 

Comme Tillie et Ayayi à Gonzaga, deux Français jouent à New Mexico State où avaient joué d'autres Français récemment (Bandy Sy, Rémi Barry).

 

  • Sidi N’dir (1,88m, 22 ans) Junior  à New Mexico State (1 victoire, 1 défaite)

Cette saison, le meneur bourguignon (passé par un lycée en Floride) va tenter de reprendre une place importante au sein du collectif, comme il l’avait fait la saison passée en étant dans le cinq majeur lors des neuf premières rencontres, avant de se blesser au pied et manquer le reste des matchs.

 

  • Jonathan Wilkins (2,08 m) Senior à New Mexico State (1 victoire, 1 défaite)

Le natif de Cambrai - son père, Jeff Wilkins, y a joué entre 1997 et 2001, après avoir évolué en NBA à Antibes, Voiron et Le Mans - pourra ausi confirmer son rôle dans le cinq majeur comme en 2016/17 et tenter d’emmener son équipe au tournoi final, la March Madness, comme en 2017.

 

  • L’Hassane Niangane (2,08 m, 23 ans) Senior à Gardner-Webb (0 victoires, 3 défaites)

Elément majeur de son équipe, l’université le considère comme l’un des défenseurs les plus physiques de la Big South Conference dans laquelle elle évolue. Passé par l'Elan Chalon, le natif de Kinshasa (Congo) possède maintenant un statut de vétéran sur lequel l’équipe veut pouvoir se reposer (surtout en défense et pour les rebonds).

 

  • Thomas Smallwood (2,13 m, 22 ans) Junior à University of Alabama Birmingham (2 victoires, 0 défaites)

A voir si l’ancien joueur Espoir de l'Elan Béarnais réussira avoir plus de temps de jeu cette saison en optimisant ses attributs morphologiques (il est le plus grand de son équipe).

 

  • Solly Stansbury (2,01 m, 22 ans) Junior à Richmond (0 victoires, 2 défaites)

A suivre après une année en Redshirt (n’a pas disputé les matchs pour cause de non éligibilité NCAA). Le fils de Terence Stansbury avait été performant avec Levallois en France avant de rejoindre l’université, ayant même remporté en 2016 le titre de MVP du trophée du futur (que Levallois avait remporté en battant Pau en finale).

 

  • Alexis Dargenton (2,03 m) Senior à Utah State (1 victoire, 1 défaite)

Le Martiniquais passé par le Prepschool Middlebrooks Academy à Los Angeles (Californie) joue poste 4 à Utah State où un autre poste 4 français a marqué les esprits par le passé, Kim Tillie. Pour sa première saison NCAA en 2016/17, il tournait à 4,8 points à 41% de réussite aux tirs et 4,9 rebonds en 19 minutes.

 

  • William Pfister (2,08 m, 22 ans) Senior à Florida Atlantic (0 victoires, 1 défaite)

Passé par Bourg et Antibes, le natif de Strasbourg a également du jouer en JuCo (à North West Florida State) pour trouver une bourse NCAA. La saison passée, il tournait à 2,7 points à 47% de réussite aux tirs et 3,9 rebonds en 19 minutes.

 

  • Bradley Jomard (1,98 m) Junior au MIT

Bien que le MIT soit en troisième division NCAA, Bradley Jomard est un leader de l’équipe (rookie de l’année en 2016, meilleur marqueur et rebondeur de son équipe en 2016/17) et est apparu en équipe de France à plusieurs reprises (U15& U16 et présélectionné en U20 en 2016).

L'ancien joueur du Paris-Levallois mènera peut-être cette saison le MIT vers un nouveau titre de champion de conférence (remporté la saison passée).

 

 

 

 

17 novembre 2017 à 15:39
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
RÉDACTION BEBASKET
Rédaction Bebasket
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
12ème journée
08 décembre
Châlons-Reims
70
-
64
Hyères-Toulon
Gravelines-Dunkerque
73
-
67
Lyon-Villeurbanne
09 décembre
Bourg-en-Bresse
89
-
91
Boulazac
Chalon-sur-Saône
95
-
81
Antibes
Dijon
71
-
99
Monaco
Limoges
88
-
79
Le Portel
Strasbourg
88
-
54
Cholet
10 décembre
Pau-Lacq-Orthez
93
-
79
Levallois Metropolitans
11 décembre
Le Mans
83
-
87
Nanterre
Autres journées
bebasket tv
Aucune vidéo trouvée
PROGRAMME TV
14 décembre - 03h15
Turin
Levallois Metropolitans
14 décembre - 05h30
Le Mans
Nanterre
14 décembre - 08h15
Saint-Pétersbourg
Lyon-Villeurbanne
14 décembre - 08h30
Nanterre
Nymburk
14 décembre - 10h00
Berlin
Limoges