ÉQUIPE DE FRANCE


ITW DOMINIQUE GENTIL : "ON PRÉFÈRE SE METTRE DANS LE RÔLE DE L’OUTSIDER"

Dominique Gentil 3x3
Crédit photo : SFR Sport 2

Avant le début de la Coupe du Monde 3x3, l'un des membres de l'équipe de France, Dominique Gentil, s'exprime.

Une Coupe du Monde est toujours u moment particulier. Lorsque celle-ci se déroule en France, la compétition devient encore plus intéressante. Du 17 au 21 juin à Nantes (Loire-Atlantique), se déroule la Coupe du Monde 3x3 au Parc des Chantiers de l'Île de Nantes dans le cadre de l’évènement The Bridge .

Après une victoire en amical contre la Nouvelle-Zélande et avant un scrimmage contre les États-Unis, Dominique Gentil (1,97 m, 29 ans) a pris le temps de répondre aux questions de BeBasket. Le joueur du Vendée Challans Basket (11,2 d’évaluation en NM1 cette année) nous présente cet évènement planétaire et l’engouement autour de cette discipline.

Dans quel état d’esprit abordez-vous cette Coupe du Monde ?

On est impatients. Physiquement, nous sommes prêts. Nous sommes tous arrivés mardi avec les filles. On a fait un grand groupe et il faut savoir que l’on s’entraîne tous ensemble. Je pense que c’est le seul sport collectif où les entraînements se font de façon mixte. Après, on s’est remis en jambe. On peaufine les derniers détails. On travaille encore sur la technique et sur l’aspect tactique. On se familiarise également avec le terrain, car on est en extérieur et c’est parfois compliqué avec les conditions climatiques comme le vent.

Même si vous êtes quatre dans l’équipe avec Charly Pontens, vous vous connaissez très bien avec Angelo Tsagarakis et Charles-Henri Bronchard. Vous avez notamment été finalistes ensembles de l'étape européenne du World Tour de Lausanne en 2016. C’est une donnée importante sur une compétition aussi courte et intense ?

Honnêtement, dans ce sport, les meilleurs, ce sont les Serbes. Ils jouent ensemble depuis 2012. Ce qui marche dans cette discipline, c’est la continuité. Il faut avoir beaucoup d’automatismes pour presque ne plus se parler sur le terrain. Ça va tellement vite qu’on doit être tout le temps à l’affût. Après, on se connait bien, on joue ensemble depuis plus de deux ans avec Angelo Tsagarakis et Charles-Henri Bronchard.

Est-ce que vous avez bizuté le nouveau, Charly Pontens ?

(Rires) Non, Charly a été super bien intégré. Il s’est très vite acclimaté dans le groupe. C’est un bon gars, toujours à l’écoute et ça, c’est important. Angelo et Charles-Henri ont également été importants pour que Charly se sente bien au sein de l’équipe. 

Vous êtes dans une poule très relevée avec la Roumanie, la Slovénie, les Philippines et Salvador. En 2014, la Roumanie a remporté la Coupe d’Europe 3x3 FIBA. En 2016, c’était au tour de la Slovénie. Ça vous fait peur ?

C’est clair qu’on est dans la poule la plus relevée. Les Philippines ont affiché leurs ambitions et ils viennent pour faire une grosse compétition. Il y a notamment un joueur qui sera sûrement drafté en NBA dans leur équipe. Il est très fort. Les Slovènes, ils sont connus et reconnus dans la discipline. La Roumanie, on les connaît et c’est vrai que c’est toujours un gros morceau. 

Est-ce que vous vous êtes fixés un objectif ?

Non, il n’y a aucun objectif. On va prendre un maximum de plaisir et essayer de faire une bonne compétition. On préfère se mettre dans le rôle de l’outsider. On ne garantit pas les résultats, mais on peut garantir qu’on va jouer avec nos tripes et qu’on va tout donner. Nous sommes des compétiteurs. On va prendre les matchs les uns après les autres et essayer de passer en phases finales (NDLR : les deux premiers de chaque groupe sont qualifiés pour les phases finales mercredi 21).

La Coupe du Monde se déroule en France. Ça vous rajoute de la pression ?

De la pression, je ne suis pas certain. Par contre, c’est vrai que c’est un véritable plus. C’est la première Coupe du Monde de la discipline et elle se passe en France, c’est super. Personnellement, ça a en plus une saveur particulière. Lors de la saison 2015/2016,  j’ai joué avec l’Hermine de Nantes, donc il y aura beaucoup de mes amis. Ça fait très plaisir de revoir certaines connaissances. Mais c’est vrai que l’on ressent déjà l’engouement à travers le public et les médias. En plus, le cadre est magnifique. Il y a la Loire qui passe juste derrière, il y a pas mal de bateaux. Et sur un week-end, ça peut brasser beaucoup de monde. Avec le 3x3, on joue dans des milieux atypiques et urbains, ça change, ça fait plaisir. On a déjà joué dans un centre commercial au Championnat d’Europe ! C’était une belle expérience.

Qu’est-ce qui rend cette discipline aussi attractive ?

C’est super intense ! Ce sont des matchs de dix minutes avec pratiquement aucun arrêt. Il y a du show, du spectacle. Il faut vraiment être prêt physiquement car ça va très vite. On ne peut pas se relâcher, on est toujours à 200%. L’engouement tout autour avec le cadre de la compétition fait aussi que le spectacle est toujours au rendez-vous. Ça va dans tous les sens vu que le timing des rencontres est très serré. Pour les jeunes, c’est une super opportunité de tester quelque chose. Il suffit d’essayer une ou deux fois et on est vite pris au jeu.

Enfin, le Comité International Olympique (CIO) a annoncé ce vendredi 9 juin que le basket 3X3 intègre la liste des sports olympiques et sera présent aux Jeux de Tokyo 2020. Vous avez fait la fête quand vous avez appris cette nouvelle ?  

Bien sûr, ça a été une excellente nouvelle. C’est mérité. Ce sport qui vient de la rue devient olympique, c’est une récompense. On est contents car on a un peu été les précurseurs de l’avancée de la discipline. On va continuer de jouer avec dans la tête l’idée que ce sport est maintenant olympique.

L’effectif masculin de l’équipe de France :

  • Angelo Tsagarakis (1,90 m, Arrière, 33 ans)
  • Charles-Henri Bronchard (2,00 m, Intérieur, 34 ans)
  • Dominique Gentil (1,97 m, Arrière, 29 ans)
  • Charly Pontens (1,90 m, Meneur, 21 ans)

Le programme de l'équipe de France masculine :

Dimanche 18 juin à 19h30 : France - Salvador
Dimanche 18 juin à 21h10 : France - Philippines
Mardi 20 juin à 18h40 : France - Slovénie
Mardi 20 juin à 21h20 : France - Roumanie
Mercredi 21 juin : phases finales

L’effectif féminin de l’équipe de France :

  • Sandra Dijon (1,92 m, Intérieure, 41 ans)
  • Caroline Heriaud (1,65 m, Meneuse, 20 ans)
  • Alice Nayo (1,91 m, Intérieure, 24 ans)
  • Sabrina Palie (1,75 m, Arrière, 35 ans)

Le programme de l'équipe de France féminine : 

Samedi 17 juin à 15h50 : France - Suisse
Samedi 17 juin à 17h00 : France - Turkménistan
Lundi 19 juin à 14h00 : France - Espagne
Lundi 19 juin à 17h00 : France - Venezuela
Mercredi 21 juin : phases finales

Staff :

Entraineur : Richard BILLLANT
Assistants : Karim SOUCHU et Yann JULIEN

Tous les matchs des équipes de France féminine et masculine ainsi que l'intégralité des phases finales seront retransmis sur SFR Sport 2.

16 juin 2017 à 14:04
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GEOFFREY CHARPILLE
"Monsieur l'arbitre, j'arrive en retard, mais il y avait un apéro au club house. Je ne pouvais pas rater ça !"
Geoffrey Charpille
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
Autres journées
PROGRAMME TV
21 aout - 05h30
France
Belgique
21 aout - 07h15
Equipe de France, l'héritage
22 aout - 21h00
France
Italie
25 aout - 17h15
France
Belgique
29 aout - 03h00
France
Belgique