ÉQUIPE DE FRANCE


L'EURO U18 (M) DÉBUTE CE SAMEDI : TOUR D'HORIZON AVEC LE SÉLECTIONNEUR FRED CRAPEZ

équipe de France U18 2017
Crédit photo : FIBA

L'EuroBasket U18 masculin débute ce samedi. Le sélectionneur de l'équipe de France, Frédéric Crapez, fait le point avant une compétition qui s'annonce difficile.

De mémoire de sélectionneur, il "n'a jamais connu ça". Frédéric Crapez, l'entraîneur de l'équipe de France U18 masculine, vient de vivre une préparation compliquée, la faute aux blessures. Malgré tout, il se tiendra prêt ce samedi pour le premier match de l'Euro, face aux champions d'Europe U16 de la classe d'âge 99, les Bosniens.

La préparation n'a donc pas été de tout repos, mais elle a surtout été courte. Après avoir réalisé quatre "stages" durant la saison en club, puis une "pré-préparation" pour faire une revue d'effectif à Poitiers fin mai / début juin, le groupe s'est réuni il y a à peine un mois, le 27 juin.

"Cette génération passe le bac, rappelle Frédéric Crapez. Donc il fallait les libérer car c'est plus facile pour eux de le passer en juin vu qu'ils vont intégrer les clubs professionnels pour la reprise de l'entraînement. C'est une volonté qu'on a à la FFBB de leur faire d'abord passer le bac avant de se concentrer sur l'Euro."

En raison de cette préparation tronquée, le staff avait fait le choix de convoquer un groupe restreint. Mais les pépins ont commencé. Timothée Bazille s'est fait mal au genou lors du premier match contre la Belgique et n'a pu prendre part à aucun autre match de préparation. Olivier Sarr, qui n'a pas joué en 2016/17, n'a effectué que "la moitié des entraînements" en juillet. Puis, plus grave, Joël Ayayi qui souffrait des varices, a renoncé à l'Euro pour se faire opérer des varices afin d'être prêt pour son arrivée à Gonzaga (NCAA). Encore plus problématique, Jaylen Hoard s'est donné une grosse entorse de la cheville à la mi-juillet lors du Pitt Jam d'Atlanta avec son équipe AAU. Avec les forfaits, déjà prévus, d'Yves Pons (blessé au pied) et Sekou Doumbouya (retenu en U20, à l'origine), ce sont quatre des meilleurs éléments de l'équipe qui sont forfaits.

"Si je compare par rapport à l'an dernier, notre meilleur marqueur (Jaylen Hoard, 22,4 points) il n'est pas là, notre troisième (Yves Pons, 10,1 points) il n'est pas là et le quatrième, (Eddy) Kayouloud (8,7 points) non plus", explique Frédéric Crapez, déjà sélectionneur de l'équipe de France U17 en 2016.

Pourtant, il assure que l'intensité de la préparation est restée correcte.

"J'ai demandé aux gars s'ils avaient eu le sentiment qu'on s'était trop entraîné. Ils m'ont dit que non. Sincèrement, on s'est peu entraîné. A Temple-sur-Lot, la plupart des jours, on a eu qu'une séance. Et parfois une seule heure pour quatre mecs en travail individuel."

Une réponse collective attendue

Malgré cela, les Bleuets vont crânement jouer leurs chances.

"Il y a aussi d'autres joueurs qui n'étaient pas là l'an dernier qui sont là."

En premier lieu, le meneur Yanik Blanc - qui s'était fait une déchirure à la cuisse sur une béquille en amical contre l'Argentine trois jours avant le mondial - et l'arrière Sofiane Briki. "On peut avoir un secteur intérieur, sans aller jusqu'à être dominant, au moins intéressant", commente Frédéric Crapez. Le trio Ivan Février - Timothée Bazille - Olivier Sarr paraît en effet intéressant. 

"A Saragosse, nos points faibles était sur la base arrière et nous n'avions pas d'intérieurs dominants. Sur la base arrière, je pense qu'avec Yanik et Sofiane on est mieux. A l'intérieur, on est pas mal. On récupère Mathis Dossou-Yovo, ça amène un peu plus de densité. Ce qui est dommage, c'est qu'Olivier n'a pas joué de l'année et que Tim' s'est blessé. Ca, ça nous pénalise. [...] Pour le reste, dans le jeu extérieur, on espère que la compétition va révéler les joueurs. On les a pris plus dans un profil de défenseur, de gars qui se battent, qui jouent pour l'équipe"

Comme Maxime Abah, l'ailier de la SIG, qui va sans doute bénéficier d'un gros temps de jeu. Surtout, le futur poste 4 du Paris-Levallois Ivan Février est attendu comme LE leader de l'équipe. Titulaire avec les 98 lors de la conquête du titre européen en décembre 2016, il doit apporter son expérience.

"C'est le capitaine, il communique. Il doit apporter son expérience aux autres. Maintenant il faut qu'il soit dominant dans sa catégorie d'âge, c'est ce que je lui souhaite."

Surtout, face à tous ces forfaits, la réponse doit avant tout être collective.

"On a encore des armes, des atouts dans notre manche. On doit être en mission commando. Si on veut gagner des matchs, il y a quatre clés :

  • être dur en défense et agressif. Si on ne met pas en place notre défense, ça sera très dur.
  • Garder notre jeu de relance, courir, mettre du rythme dans le match.
  • Une bonne sélection de tirs, jouer ensemble, ne pas penser à ses stats.
  • Le rebond, défensif et offensif.

Si on est bon dans ces secteurs, on arrivera à gagner des matchs. Sinon, ça sera très, très compliqué."

Un programme d'enfer

Et comme si le degré de difficulté n'était pas assez élevé, l'équipe de France U18 va commencer son Euro contre la Bosnie. Ni plus ni moins que les champions d'Europe U16 de la catégorie d'âge.

"On va savoir où on en est. Il y a des entames, je ne dirais pas plus faciles, mais peut-être moins compliquées. Là c'est d'entrée un gros morceau."

Le reste du tournoi ne sera pas aisé non plus.

"Il y a ceux qui étaient au Mondial, comme la Lituanie (qui avait battu les U17 après prolongation en quart de finale). Il y a aussi la Turquie, l'Espagne, on n'oublie pas la Serbie, l'Allemagne c'est pas mal... De toute façon un championnat d'Europe, les équipes sont proches les unes des autres. Il faut prendre tout le monde au sérieux. Au départ on joue le pays hôte, la Slovaquie, donc les mecs ils vont se transcender. Ca ne sera pas des matchs faciles."

Quoi qu'il en soit, les Bleuets joueront les huitièmes de finale. Charge à eux de sortir le plus haut possible des phases de poule pour avoir le tableau le plus dégagé possible. Car, en cas de défaite en huitième de finale, il faudra jouer pour ne pas être relégué en division B. En effet, les 14e, 15e et 16e descendront.

Mais ne soyons pas pessimistes, le réservoir de talents en France reste suffisamment important pour que les U18 parviennent à s'en sortir malgré les forfaits.

Premier match ce samedi à 15h45, heure française.

Pour connaître la composition de l'équipe de France, cliquez-ici.

Le programme de la compétion :

  • Samedi 29 juillet à 15h45 : France - Bosnie-Herzégovine
  • Dimanche 30 juillet à 13h30 : Lettonie - France
  • Mardi 1er août à 18h00 : France - Slovaquie
  • Mercredi 2 août : Huitièmes de finale
  • Vendredi 4 août : Quarts de finale
  • Samedi 5 août : Demi-finales
  • Dimanche 6 août : Finale

Timothée Bazille, Yanik Blanc et Ivan Février (photo : FIBA)

29 juillet 2017 à 12:58
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
Autres journées