ÉQUIPE DE FRANCE


LE BILAN INDIVIDUEL DES JOUEURS DE L'ÉQUIPE DE FRANCE

Bilan individuel
Crédit photo : S Meunier

Championne d'Europe 2013, médaillée de bronze à la Coupe du Monde 2014, hôte de l'EuroBasket 2015, bénéficiant du mélange des générations 81/82/83, 88/89 et 91/92, l'équipe de France vit indéniablement les plus belles heures de son existence.

Si l'on excepte le titre de vice-champion olympique en 2000, le basket français est allé décrocher en Espagne sa toute première mondiale.

Retour sur les performances individuelles des douze joueurs qui ont écrit l'une des plus belles pages du livre d'histoire des Bleus.

Thomas Heurtel, la révélation

Troisième meneur anonyme de l'équipe de France pendant l'EuroBasket 2013, Thomas Heurtel a gagné, lors de cette Coupe du Monde, ses galons en Bleu pour de longues années. Son tir primé contre l'Espagne dans le money-time est déjà rentré dans l'histoire du basket français. Doté d'une superbe vision du jeu, le meneur héraultais s'est imposé comme le maître à jouer de la sélection et même, parfois, comme son booster offensif quand le besoin s'en faisait ressentir. Surtout, il a su hausser son niveau lors des rencontres décisives (12,7 points à 48%, 2,7 rebonds et 3,7 passes décisives à partir des quarts de finale).

Ses statistiques : 9,7 points à 50,8%, 2,2 rebonds, 4 passes décisives, 0,7 interception et 2,1 balles perdues pour 10,8 d'évaluation en 22 minutes (9 matchs).


Nicolas Batum, la maturité

Heureusement qu'il a choisi de venir ! En difficulté offensive pendant une grande partie de la compétition (5/31 à trois points jusqu'à la demi-finale), au point d'être totalement invisible lors du "1/16e de finale" contre l'Iran (2 points en 15 minutes), Nicolas Batum a réagi en champion. L'ailier de Portland est sorti de sa boîte au meilleur moment, comme l'aurait fait un certain Tony Parker. En moins de 22 heures, contre la Serbie et la Lituanie, le Normand a cumulé 62 points (!) à 19/29, 5 rebonds, 4 passes décisives et 4 interceptions pour 58 d'évaluation. De quoi prouver à tous qu'il a la stature pour être un attaquant de classe internationale comme en atteste sa sélection dans le cinq idéal de la compétition. En attendant la retraite du boss, la relève est prête ! 

Ses statistiques : 14,6 points à 48,9%, 3,1 rebonds, 1,3 passe décisive, 1,3 interception, et 1,6 balle perdue pour 13,2 d'évaluation en 29 minutes (9 matchs).


Antoine Diot, le parfait soldat

Que ce soit en club, avec Strasbourg, ou en équipe de France, Antoine Diot sait ce qu'attend Vincent Collet et l'exécute pointilleusement. Devenu un cadre de la sélection lors de l'EuroBasket 2013, le MVP Français de Pro A a assumé les attentes nées de l'absence de Tony Parker. Son duo complémentaire avec Thomas Heurtel a parfaitement fait tourner la machine. Surgissant du banc, dans un costume de sixième homme, le Bressan a fait basculer la rencontre du premier tour contre la Serbie (13 points dans le troisième quart-temps) et est loin d'être étranger à l'excellent money-time des Bleus lors de la petite finale (8 points à 3/5 et 1 passe décisive en 25 minutes). Une statistique pour résumer son impact ? Sur l'ensemble de la Coupe du Monde, il possède le meilleur +/- de l'équipe de France (+37).

Ses statistiques : 6,9 points à 45,3%, 2,6 rebonds, 2,3 passes décisives, 1,1 interception et 1,2 balle perdue pour 8,3 d'évaluation en 20 minutes (9 matchs).


Photo : Sébastien Meunier


Joffrey Lauvergne, l'éclosion

L'homme qui ne termine pas une compétition sans une médaille autour du cou. Depuis ses débuts professionnels avec l'Elan Chalon, Joffrey Lauvergne est en train de se construire un palmarès absolument exceptionnel, alors qu'il n'est même pas encore âgé de 23 ans. Longtemps meilleur marqueur de l'équipe de France, le futur intérieur du Khimki Moscou a réalisé une Coupe du Monde convaincante. En vrac, on retiendra ses 19 points contre ses frères serbes à Grenade, ses 10 rebonds dans la raquette espagnole lors de l'historique quart de finale et surtout son abattage considérable contre la Lituanie pour aller chercher la médaille de bronze (13 points à 6/10 et 9 rebonds pour 20 d'évaluation).

Ses statistiques : 9,2 points à 53,3%, 5,3 rebonds, 0,4 passe décisive, 0,3 interception et 0,7 balle perdue pour 11 d'évaluation en 17 minutes (9 matchs).


Photo : Sébastien Meunier


Charles Kahudi, le porte-bonheur

Vous voulez rapporter une médaille ? Emmenez Charles Kahudi ! Depuis ses premiers pas en Bleu, l'ailier manceau a participé à trois campagnes internationales : l'EuroBasket 2011, l'EuroBasket 2013 et la Coupe du Monde 2014. Trois compétitions où l'équipe de France a remporté une médaille, une de chaque couleur en plus ! En Espagne, le remplaçant de Nando De Colo n'a participé qu'aux matchs du premier tour, à Grenade, offrant notamment une contribution intéressante à la qualification pour les huitièmes de finale lors de la rencontre cruciale contre l'Iran (6 d'évaluation en 8 minutes).

Ses statistiques : 2,6 points à 38,5%, 1,4 rebond, 0,8 passe décisive, 0,2 interception et 0,4 balle perdue pour 3 d'évaluation en 8 minutes (5 matchs).


Photo : Sébastien Meunier


Edwin Jackson, des promesses

Très peu en vue lors du Mondial 2010 en Turquie, Edwin Jackson a réussi sa seconde campagne internationale. Le déclic ? Cette deuxième rencontre contre la Serbie que le meilleur marqueur de Pro A a renversé, avec l'aide d'Antoine Diot, dans le troisième quart-temps (12 points à 4/6 et 2 passes décisives en 17 minutes). Après, l'arrière de l'ASVEL est resté bien dans son rôle en apportant de l'adresse à trois points (8/20) en sortie de banc, le tout sans ne jamais rien gâcher (une seule balle perdue dans toute la Coupe du Monde). Son shoot primé contre la Lituanie dans le deuxième quart-temps a notamment fait le plus grand bien au cours de la petite finale.

Ses statistiques : 4,1 points à 41,2%, 0,4 rebond, 0,4 passe décisive, 0,1 interception et 0,1 balle perdue pour 2,7 d'évaluation en 10 minutes (9 matchs).


@edwinjackson11


Evan Fournier, le facteur X

Et dire qu'il a traversé comme un fantôme les deux premières rencontres de la compétition (0 point, 0/5 aux tirs). Mais Evan Fournier a une qualité : il ne perd jamais confiance en lui. Alors le nouvel arrière d'Orlando a continué à shooter et la balle a bien fini par trouver le chemin du cercle. Devenu de plus en plus important au fil des rencontres, l'ancien joueur de Poitiers a amené du scoring en sortie de banc, avec notamment une performance cruciale contre la Croatie (13 points à 4/5, 4 rebonds et 1 passe décisive en 19 minutes) afin de qualifier l'équipe de France pour les quarts de finale. Au final, le natif de Charenton présente un bilan positif sur sa première grande campagne internationale internationale. On n'a pas fini de le voir sous le maillot bleu !

Ses statistiques : 6,9 points à 38,5%, 1,3 rebond, 1,2 passe décisive, 0,2 interception et 1 balle perdue pour 4,3 d'évaluation en 15 minutes (9 matchs).


Photo : Sébastien Meunier


Florent Pietrus, mandat prolongé au ministère de la défense

"Tout comme Boris Diaw, Florent Pietrus a signé un contrat de vingt ans avec l'équipe de France" s'est exclamé Vincent Collet après la médaille de bronze. Fidèle au poste depuis 2001, le Guadeloupéen est allé chercher sa quatrième breloque internationale en apportant à la sélection ce qu'il sait faire de mieux : la défense. Taulier des Bleus, le Nancéien s'est encore montré décisif avec notamment une participation bienvenue aux rebonds contre la Lituanie (6) au moment où les champions d'Europe prenaient l'eau dans ce secteur du jeu et un money-time épatant lors de cette petite finale. Clin d'oeil de l'été, Florent Pietrus est devenu le joueur en activité le plus capé (194 sélections), juste devant son fidèle compagnon du poste 4, Boris Diaw (192).

Ses statistiques : 3,1 points à 75%, 3,7 rebonds, 0,9 passe décisive, 0,2 contre et 0,4 balle perdue pour 6,9 d'évaluation en 17 minutes (9 matchs).


Photo : Sébastien Meunier


Rudy Gobert, bienvenue chez les grands

Si on vous avait dit avant la compétition qu'un rookie NBA allait marcher sur la supposée meilleure raquette du monde, à savoir les frères Gasol et Serge Ibaka, vous y auriez cru ? Probablement que non. C'est pourtant bien ce qui s'est passé. Avec 5 points à 2/4, 13 rebonds et un contre magnifique sur Pau Gasol, Rudy Gobert fut le symbole du plus grand exploit de l'histoire du basket français. Une belle revanche après un premier tour en demi-teinte. En deux mois, l'intérieur du Jazz a énormément grandi. Le pivot du futur pour les Bleus ?

Ses statistiques : 4,1 points à 72,7%, 4,7 rebonds, 0,9 contre, 0,3 interception et 0,8 balle perdue pour 8 d'évaluation en 16 minutes.


Boris Diaw, l'année parfaite

Les douze derniers mois de Boris Diaw ? Un titre de champion d'Europe, un titre de champion NBA et une médaille de bronze à la Coupe du Monde. Merci pour lui ! En Espagne, Le Président a soufflé le chaud et le froid. En dedans lors du premier tour, à l'exception de la rencontre inaugurale face au Brésil, le capitaine des Bleus a montré le chemin à suivre lors des matchs décisifs avec trois superbes performances contre l'Espagne, la Serbie et la Lituanie (14,3 points à 55%, 5,7 rebonds et 4 passes décisives). Un money-time d'exception face aux Baltes afin d'aller décrocher le premier podium mondial du basket français. Le patron sur et en dehors du terrain.

Ses statistiques : 9,2 points à 47,8%, 4,2 rebonds, 4 passes décisives, 0,4 contre et 3,3 balles perdues pour 10,6 d'évaluation en 25 minutes (9 matchs).


Kim Tillie, le chanceux

Steed Tchicamboud avait gagné son surnom "L'Escroc" en 2011 en se substituant à Antoine Diot à la dernière minute pour aller gagner une médaille d'argent à l'EuroBasket, tout en évitant la rude préparation de l'Elan Chalon. Kim Tillie a fait aussi bien en rejoignant l'équipe de France moins de 24 heures avant le début de la compétition. Comme Charles Kahudi, le remplaçant de Ian Mahinmi n'a disputé que les matchs du premier tour, à Grenade, et s'est notamment dégourdi les jambes contre l'Egypte (10 points à 5/6, 3 rebonds et 2 interceptions en 13 minutes). Il va pouvoir regagner Vitoria tout bronzé !

Ses statistiques : 3 points à 66,7%, 1 rebond, 0,5 interception et 0,5 balle perdue pour 3,2 d'évaluation en 6 minutes (4 matchs).


Mickaël Gelabale, rassurant

Seul joueur de l'équipe de France à ne pas encore avoir de contrat pour la saison 2014/15, Mickaël Gelabale est resté fidèle à lui-même en Espagne. Certes peu en vue contre la Serbie et la Lituanie, le taiseux guadeloupéen avait brillé auparavant : il fut l'un des rares à surnager contre la Croatie afin de qualifier les Bleus pour les quarts de finale (11 points à 4/7 et 6 rebonds), avant d'être extrêmement précieux face à l'Espagne (9 points à 3/6 et 3 rebonds). Un bras toujours aussi sûr (3/3 à 3 points en huitième de finale). Capitaine de route du groupe aux côtés de Batum, Diaw et Pietrus, il compte désormais quatre médailles internationales. Tout sauf un hasard.

Ses statistiques : 6,1 points à 45,7% 2,3 rebonds, 0,8 passe décisive, 0,3 interception et 1,3 balle perdue pour 5,6 d'évaluation en 22 minutes (9 matchs).


Photo : Sébastien Meunier

Vincent Collet, le cerveau

"La légion d'honneur pour Vincent Collet" a réclamé Gregor Beugnot après l'exploit des Bleus en quart de finale contre l'Espagne. "C'est l'âme de l'équipe" rajoutait Florent Pietrus. Son stratège, à coup sûr. Le sélectionneur de l'équipe de France a su convaincre ses joueurs qu'une victoire était possible face à la Roja avant de complètement dominer Juan Antonio Orenga dans le duel des coachs. Arriver à aller chercher une médaille mondiale sans Tony Parker, Nando De Colo et Alexis Ajinça - sans même parler de Joakim Noah - est une véritable performance. Souvenez-vous de l'état piteux de l'équipe de France au moment de l'arrivée de Vincent Collet en 2009. Aujourd'hui, c'est la troisième meilleure équipe du monde.


Photo : Sébastien Meunier
15 septembre 2014 à 11:20
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Je vis pour les France - Espagne
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
6ème journée
20 octobre
Antibes
20h30
Le Mans
Châlons-Reims
89
-
79
Limoges
Le Portel
20h00
Dijon
Levallois Metropolitans
20h30
Boulazac
21 octobre
Bourg-en-Bresse
20h00
Monaco
Chalon-sur-Saône
20h00
Gravelines-Dunkerque
Cholet
20h00
Nanterre
Pau-Lacq-Orthez
20h00
Lyon-Villeurbanne
Strasbourg
20h00
Hyères-Toulon
Autres journées
PROGRAMME TV
21 octobre - 00h15
NBA Extra
21 octobre - 00h15
NBA Extra
21 octobre - 00h30
Unics Kazan
Levallois Metropolitans
21 octobre - 01h00
Milwaukee Bucks
Cleveland Cavaliers
21 octobre - 09h30
Philadelphia 76ers
Boston Celtics