ÉQUIPE DE FRANCE


LES BLEUES ENCORE EN ARGENT

Les Bleues encore en argent
Crédit photo : FIBACiamillo-CastoriaRebay

Comme en 2013 chez elle, l'Equipe de France féminine s'est inclinée ce dimanche soir en finale de l'EuroBasket à Budapest, terminant encore avec une médaille d'argent au goût amer autour du cou.

Favorites mais dominées sur la durée du match, les Bleues se sont inclinées face à la Serbie d'Ana Dabovic et Sonja Petrovic (76-68), qui décroche de son côté le premier titre de son Histoire.

Définitivement, elles ont prouvé qu'il ne fallait plus les appeler "Braqueuses". D'une part, parce que six longues années ont passé depuis le surprenant titre de 2009 - qui restera donc le dernier en date pour cette Equipe de France... - et qu'elles se sont depuis installées dans le haut du panier européen. Mais aussi car elles n'ont pas réussi à renverser la Serbie en fin de partie, alors que celle-ci mettait progressivement la main sur le trophée au cours du deuxième acte. Bis repetita avec la finale précédente il y a deux ans, quand les Bleues ont buté à un point des Espagnoles. L'issue est la même, mais cependant moins cruelle. La Serbie ayant affiché un niveau de jeu et d'envie beaucoup plus élevé des deux côtés du terrain.

En attaque, après un quart d'heure de souffrance au niveau de l'adresse, les Serbes ont parfois eu des moments de grâce et souvent profité d'un certain laxisme tricolore. Tandis qu'en défense, les Serbes sont également montées en puissance. Intelligemment, les troupes de Marina Maljkovic ont principalement verrouillé la raquette, le secteur fort côté français, avec des prises à deux sur Sandrine Gruda ou Isabelle Yacoubou, réduisant ainsi très fortement les solutions offensives habituelles des Bleues. Ces dernières ont d'ailleurs été limitées à 42,6% de réussite aux tirs et 14 passes décisives. Dans ces deux secteurs statistiques, qu'elles ont dominés lors de cet Euro, les joueuses de Valérie Garnier tournaient à plus de 46% et 20 assists en moyenne jusque là...

Un tandem Dabovic-Petrovic intenable

Et pourtant, tout avait bien démarré pour les Bleues. Après sa traversée du désert en milieu de tournoi, Diandra Tchatchouang retrouvait d'entrée de jeu son adresse (finalement parfaite avec 6/6), alignait les shoots extérieurs et lançait parfaitement le clan français (8-15, 5e). Les Serbes ne s'accrochaient alors que grâce à leur réussite de loin (3/4 à 3-points après cinq minutes) et égalisaient (15-15). Mais dans le premier quart-temps, la réussite avait très nettement choisi le camp des Bleues (10/15 soit 67%). Sandrine Gruda (16 points à 7/13 et 5 rebonds) et Olivia Epoupa (5 points) donnaient une bonne bouffée d'oxygène à l'Equipe de France en fin de période (22-15). Une fois l'orage passé, la Serbie élevait d'un cran son intensité défensive à l'intérieur et obligeait son adversaire à forcer. Dans le sillage d'une Sonja Petrovic déjà tranchante (11 points à la pause), elle bouclait les trois dernières minutes du deuxième quart-temps sur un 8-0 et prenait la tête à la pause pour la première fois du match (32-33).

Les Bleues repassaient devant dès le retour des vestiaires mais la dynamique enclenchée avant la mi-temps se confirmait. Alors que Sonja Petrovic (22 points à 9/15 et 7 rebonds) continuait sur sa lancée, Ana Dabovic se réveillait et débutait sa grosse deuxième mi-temps, au cours de laquelle elle allait inscrire 21 de ses 25 points du soir (à 8/12 aux tirs et 9/9 aux lancers). C'est ce duo qui concrétisait avec réussite - et parfois insolence - la plupart des attaques serbes et a fait extrêmement mal aux Bleues. Solide en défense, la Serbie creusait l'écart (42-49, 27e). Mais en fin de troisième quart-temps, Diandra Tchatchouang à 3-points - le premier inscrit par les Bleus après vingt minutes de jeu - puis Sandrine "Nowitzki" Gruda, sur un splendide fade-away extérieur, limitaient la casse après trente minutes (49-53).

Les Bleues pas (encore) à Rio

A l'énergie, Isabelle Yacoubou (11 points et 6 rebonds dont 3 offensifs) sonnait la révolte, puis Céline Dumerc (13 points à 5/10 et 5 passes) marquait enfin un tir primé (57-59, 34e). On pensait alors les Bleues capables de rivaliser et revenir au contact. Au contraire, trop permissives en défense et accumulant les erreurs en attaque, elles ne parvenaient jamais à construire une série sur le long terme. Le duo Petrovic-Dabovic frappait de nouveau et leur équipe reprenait ses aises (59-67, 35e). Rare motif de satisfaction sur ce match, Diandra Tchatchouang (15 points et 5 rebonds) redonnait tout de même des espoirs aux Françaises en faisant une nouvelle fois mouche derrière l'arc (3/3) à trois grosses minutes du terme (64-67). Mais Ana Dabovic, (logiquement) élue MVP du tournoi par la suite, les réduisait coup sur coup (64-71, 38e) ; puis la future berruyère Danielle Page (12 points à 4/8 et 8 rebonds) les anéantissait pour de bon à une minute trente de la fin (64-73).

Inscrivant 76 unités à une Equipe de France qui n'en avait encaissé que 62,4 en moyenne avant la finale, les Serbes pouvaient alors s'imposer (68-76) et exulter de joie. Jamais médaillée à l'EuroBasket il y a trois semaines, la Serbie repart donc de Hongrie avec l'or. Une demie-surprise tant l'équipe de Marina Maljkovic monte en puissance depuis l'arrivée de la technicienne lyonnaise en 2012 (quatrième à l'Euro 2013, huitième au Mondial 2014) et était un outsider très sérieux avant l'Euro. Du côté des Bleues, pourtant favorites et victorieuses des tenantes du titre espagnoles en demi-finales, il va encore falloir attendre au moins deux ans - et un Euro qui se disputera en République tchèque, a-t-on appris ce dimanche - pour décrocher un troisième titre continental. En sept finales disputées à l'EuroBasket, l'Equipe de France en a désormais perdu cinq. Alors que la Serbie est l'heureuse récipiendaire de la qualification directe pour les Jeux Olympiques de Rio, il faudra également à la France passer par le TQO pour voir Copacabana l'an prochain. C'est désormais le prochain objectif des vice-championnes d'Europe (ce sera du 13 au 19 juin 2016). Gageons que celui-ci sera rempli.

28 juin 2015 à 20:55
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
EMILE VAIZAND
Je gazouille sport. Mais pas que...Blagues pourries assumées.
Emile Vaizand
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
Autres journées
PROGRAMME TV
22 aout - 21h00
France
Italie
25 aout - 17h15
France
Belgique
29 aout - 03h00
France
Belgique