ÉQUIPE DE FRANCE


QUELLE ÉQUIPE DE FRANCE FÉMININE POUR LES JO 2024 À PARIS ?

Crédit photo : FIBA

Après la sélection masculine il y a plusieurs jours, nous avons imaginé à quoi pourrait ressembler l’équipe de France féminine aux Jeux olympiques 2024 qui devraient se dérouler à Paris.

Les Jeux olympiques 2024 s’annoncent comme un des événements majeurs sur le sol français lors de la prochaine décennie et comme nous l’avions fait pour l’équipe de France masculine, nous avons tenté de mettre sur pied une sélection virtuelle pour l’équipe de France féminine.

Un exercice périlleux s’il en est puisqu’il est difficile d’appréhender la progression des unes et des autres dans les sept prochaines années, tout comme l’adaptation au très haut-niveau des nombreuses jeunes joueuses qui intègrent pourtant en moyenne plus rapidement l’équipe A chez les filles que chez les garçons où la maturation physique (notamment) est plus lente. Sans même parler d’éventuelles blessures pouvant altérer les carrières, des choix de vie ou encore d'éventuels problèmes relationnels avec la fédération.

Meneuses de jeu :

Si le départ de Céline Dumerc laisse un grand vide cet été, la relève est déjà prête sur ce poste et pour de nombreuses années à priori. Olivia Epoupa (30 ans en 2024) devrait toujours être en pleine possession de ses moyens et devrait toujours être la patronne à ce poste, comme elle l’était déjà à Rio en 2016 suite à la blessure de la capitaine emblématique.

Derrière, Lisa Berkani (27 ans) semble la candidate naturelle au vu de ses performances la saison dernière en LFB et dans les différentes catégories de jeunes depuis quelques étés. Elle pourrait également évoluer dans un rôle d’électron-libre scoreur à côté d’une autre meneuse. Très en vue ces deux dernières années sur les Euros U16, Marine Fauthoux (23 ans) dégage une impression de facilité et une vista qui semblent la destiner à porter le maillot bleu rapidement.

Victime d'une rupture d'un ligament croisé en début d'année civile, Alix Duchet (27 ans) reste également une candidate crédible si elle parvient à récupérer l'intégralité de ses moyens physiques.

Arrières :

Pour accompagner ces joueuses sur les lignes arrières, le phénomène Marine Johannès (29 ans) devrait être au maximum de son potentiel et on a déjà hâte de voir quel peut être celui-là. Pour être sa doublure, Zoé Wadoux (23 ans) devrait se présenter comme une arme très précieuse en sortie de banc par la qualité de son tir, rarement vue dans le basket féminin français, même si elle va devoir progresser en défense pour ambitionner un rôle supérieur.

Tima Pouye (25 ans) présente également un profil de combo intéressant dans le futur et a démontré cet été de grosses qualités dans le leadership. Toujours dans les équipes de France jeunes, Océane Monpierre (24 ans) a montré quelques fulgurances laissant entrevoir un profil de joueuse très porté sur le un-contre-un comme on en voit rarement chez les filles, même si elle va devoir nettoyer son jeu.

Parmi les joueuses évoluant déjà depuis quelques années en LFB, Lidija Turcinovic (30 ans) et Marie Mané (29 ans) restent des candidates sérieuses en fonction de leur progression alors que l'expérience de Sarah Michel (35 ans) pourrait être une option. 

Ailières :

A 33 ans, Diandra Tchatchouang devrait toujours être une référence des Bleues sur le poste si son physique tient le choc. Déjà régulièrement utilisée sur le poste 4 grâce à sa taille, elle pourrait aussi avoir migré définitivement sur ce poste à ce stade-là de sa carrière.

Pour la relayer, Ornella Bankolé (27 ans) présente un subtil cocktail de puissance/technique qui a impressionné à l’Euro U20 cet été. Gêné par une rupture des ligaments croisés il y a deux ans, elle ne semble avoir rien perdu de son explosivité et sort d'une saison très prometteuse en Ligue 2 avant de mettre le cap sur Lattes-Montpellier cette saison.

Valériane Ayayi (30 ans) devrait évidemment être toujours de la discussion tout comme Hhadydia Minte (33 ans), performante pour son premier Euro en République tchèque il y a deux mois. De jeunes joueuses devraient aussi frapper à la porte comme Marie-Paule Foppossi (26 ans) ou Kadiatou Sissoko (25 ans), fraîchement élue dans le meilleur cinq de l'Euro U18.

Reste enfin l'OVNI Kendra Chery (23 ans), ultra-dominante physiquement à l'Euro U16, et affichant une polyvalence et une maturité défensive exceptionnelle pour son jeune âge. Encore très fruste offensivement en-dehors d'un jeu en post-up relativement efficace, sa marge de progression se situe dans ce domaine et pourrait faire d'elle une joueuse très précieuse dans le futur.

Ailières-fortes :

Elle a pris ses quartiers en équipe de France plus tôt qu’on ne l’imaginait, Alexia Chartereau (26 ans) devrait toujours être de la partie comme élément majeur du groupe en 2024. Présélectionnée mais rapidement écartée par Valérie Garnier avant l'Euro en république tchèque cet été puis performante avec l'équipe de France A', Marième Badiane (30 ans) devrait rapidement intégrer également l'équipe et pour un long bail.

Marie-Michelle Milapie (28 ans) pourrait aussi bouleverser cette hiérarchie si elle confirme ses progrès dans les saisons à venir, présentant également un profil 4/5 très intéressant. Enfin, Marielle Amant (35 ans) pourrait rester une option de par son expérience tout comme Endy Miyem (36 ans), mais rares sont les joueuses à prolonger l'aventure internationale aussi tardivement.

Pivots : 

Si Héléna Ciak (35 ans) est à considérer du fait d'un début de carrière plus tardif (et donc d'une usure mentale éventuellement moins rapide), il semble tout de même peu probable qu'elle soit toujours de la partie. Elle était le seul véritable pivot de l'Euro 2017, mais son héritière semble toute désignée, dans un profil complètement différent : Aby Gaye (29 ans).

Auteure d'une saison un peu plus poussive que la précédente à Villeneuve d'Ascq, elle reste une jeune joueuse qui devrait être dans ses meilleures années en 2024, où son physique imposant pourrait semer la terreur dans les raquettes.

Pour l'accompagner, qui d'autre qu'Iliana Rupert (23 ans) ? Impressionnante de maturité à l'Euro U16 cet été, la fille du regretté Thierry Rupert a démontré d'immenses qualités dans tous les secteurs de jeu au point de s'imposer comme la meilleure joueuse d'Europe de sa catégorie d'âge. Sauf accident, on voit mal ce qui pourrait l'empêcher d'intégrer très rapidement l'équipe de France A.

Ana Tadic (27 ans) et Maeva Djaldi-Tabdi (26 ans) restent deux joueuses à fort potentiel mais qui soulèvent encore quelques interrogations : un manque de dureté pour la première et un manque de centimètres pour un jeu très proche du cercle pour la seconde.

 

Notre idée de sélection pour 2024 :

  • Poste 1 : Olivia Epoupa – Marine Fauthoux
  • Poste 1/2 : Lisa Berkani
  • Poste 2 : Marine Johannès – Zoé Wadoux
  • Poste 3 : Ornella Bankolé
  • Poste 3/4 : Diandra Tchatchouang – Kendra Chery
  • Poste 4 : Alexia Chartereau  Marième Badiane
  • Poste 5 : Aby Gaye  Iliana Rupert

quelle-equipe-de-france-feminine-pour-les-jo-2024-a-paris--1503280571.jpeg

Iliana Rupert (Photo : Olivier Martin).

21 aout 2017 à 11:45
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
VINCENT THIOLLIÈRE
Tombé sur un ballon orange dès ma naissance, il ne m'a plus jamais quitté. Avec lui, c'est pour la vie.
Vincent Thiollière
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
10ème journée
17 novembre
Dijon
101
-
81
Boulazac
18 novembre
Châlons-Reims
20h00
Nanterre
Chalon-sur-Saône
20h00
Hyères-Toulon
Le Mans
20h00
Le Portel
Limoges
20h00
Antibes
Levallois Metropolitans
20h00
Cholet
Pau-Lacq-Orthez
18h30
Monaco
19 novembre
Gravelines-Dunkerque
18h00
Bourg-en-Bresse
Strasbourg
18h30
Lyon-Villeurbanne
Autres journées
bebasket tv
Aucune vidéo trouvée
PROGRAMME TV
18 novembre - 00h30
Lyon-Villeurbanne
Trente
18 novembre - 01h40
Cleveland Cavaliers
Los Angeles Clippers
18 novembre - 02h00
San Antonio Spurs
Oklahoma City Thunder
18 novembre - 05h30
Kuban Krasnodar
Limoges
18 novembre - 08h30
France - Roumanie, Qualifications de la Coupe du Monde 2018