ÉQUIPE DE FRANCE


QUI SONT CES DOUZE FRANÇAIS EN FINALE DE L'EURO U16 ?

équipe de France U16 2017
Crédit photo : FIBA

L'équipe de France U16 masculine joue la finale de l'EuroBasket masculin de sa catégorie ce samedi. Présentation des douze joueurs et du coach de cette équipe.

Vous les découvrez sans doute car pour onze d'entre eux jouent leur premier championnat d'Europe. Dès le départ, nous avons tenté de vous faire présenter cette fabuleuse génération 2001 en vous parlant de Théo Malédon, Killian Hayes, Essomé Miyem et même Malcolm Cazalon, qui a du déclarer forfait à cause de ses genoux. Dès 2015, nous comptions les belles performances d'Anthony Da Silva avec son club de Séville, en Espagne. Ensuite, ce fut au tour d'un autre "fils de", Tom Digbeu, de faire parler de lui de l'autre côté des Pyrénées. Mais lui non plus n'est pas de cet Euro U16.

Ce samedi, nous allons vous présenter ou représenter les douze joueurs français qui sont en finale du championnat d'Europe U16 à Podgorica au Monténégro. Ils y affronteront justement le pays hôte dans une petite salle de 3 000 places qui s'annonce bouillante, comme elle l'a été vendredi soir pour la demi-finale contre le voisin serbe. S'ils les ont battu en match de préparation juste avant l'Euro, le contexte était bien différent, car c'était un match à huit-clos.

  • Théo Malédon (1,91 m, né en 2001) : Il est le seul à avoir jouer l'Euro U16 l'an passé. Meneur de jeu très actif et athlétique (4,7 rebonds), fort dans la fixation (3 passes décisives), le Normand était très attendu dans cet Euro. Il a fait preuve d'irrégularité mais a su élever son niveau de jeu dans les matchs couperets, contre la Turquie ou encore la Croatie en demi-finale. Ne jouant pas toujours juste, avec beaucoup de déchets (3,2 balles perdues), celui qui a intégré le Centre Fédéral avec un d'avance avant de le quitter plutôt que prévu pour partir à l'ASVEL est cependant capable de mettre une grosse pression défensive sur le porteur de balle et récupère beaucoup de ballons (2 inteceptions en moyenne). Ce qui lui permet de se projeter vite, ce qu'il sait très bien faire.
    Stats : 13,7 points à 42,4% de réussite aux tirs, 4,7 rebonds, 3 passes décisives, 3,2 balles perdues et 2 interceptions pour 13,8 d'évaluation en 26 minutes.
  • Anthony Da Silva (1,85 m, 2001) : Dans un autre registre que Théo Malédon, Anthony Da Silva est un membre essentiel de cette équipe. Doublure de ce dernier au poste 1, il tient très bien la balle et n'a pas l'étiquette "d'organisateur" qu'avait son père. En délicatesse avec son tir dans cette compétition (32,4%), il a cependant toujours su mettre une grosse pression défensive sur le porteur de balle et a sorti un match solide contre la zone suédoise en huitième de finale. En Espagne depuis 2014, il va intégrer le groupe professionnel de Séville, club d'ACB, à la rentrée.
    Stats : 5,3 points à 32,4%, 2,3 rebonds, 0,7 passe décisive, 1 balle perdue et 1,8 interception pour 4,3 d'évaluation en 16 minutes.
  • Killian Hayes (1,92 m, 2001) : Si Théo Malédon était considéré comme le gros joueur de cette génération 2001 jusqu'ici, dans cet Euro Killian Hayes (meilleur marqueur, rebondeur, passeur et numéro 1 à l'évaluation de la sélection) s'est affirmé comme LE joueur de l'équipe de France U16. Et même peut-être LE joueur de cet Euro. Il est en balance avec Jovan Kljajic, l'arrière monténégrin, pour le titre de MVP de la compétition. Fils de DeRon Hayes, ce gaucher a joué au Cholet Basket toute sa vie et va commencer à s'entraîner avec l'équipe professionnelle en 2017/18. Enorme sur la transition, ce poste 2 est un pur attaquant même s'il a commencé très tardivement à se construire un tir à longue distance et que celui-ci est encore largement perfectible (22,2% à 3-points). Critiqué pour sa défense sur l'homme, il est cependant un formidable intercepteur (3,2 par match) à grâce à sa vitesse de main et sa grande envergure. Jeune homme confiant, il a souvent fait la différence tout seul dans cet Euro, comme en fin de match contre l'Italie et la Russie au premier tour.  Il devrait encore grandir pour atteindre les 1,98 m. Bref, un top prospect que l'on verra très vite en Pro A.
    Stats : 15,8 points à 48,6%, 6,8 rebonds, 5,7 passes décisives, 3,2 balles perdues et 3,2 interceptions pour 22 d'évaluation en 28 minutes.
  • Louis Marnette (1,91 m, 2001) : C'est le shooteur du groupe. Déjà lors du Tournoi de l'Amitié, le joueur de Gravelines-Dunkerque avait montré de belles choses avec les U15 en 2016. En six matchs, il a pris 42 tirs à 3-points, pour 10 réussites. Mais il n'est pas un shooteur unidemensionnel. Plutôt dur, il est présent au rebond (2,3 prises par rencontre). Avant ses 15 ans, il avait déjà joué 11 matchs en Espoirs.
    Stats : 6,2 points à 27,1% de réussite aux tirs, 2,3 rebond, 1,3 passe décisive et 0,8 balle perdue pour 3,3 d'évaluation en 16 minutes.
  • Timothé Crusol (1,90 m, 2001) : C'est le troisième homme de la sélection française dans cet Euro. Poste 2/3 aux longs segments, fort défenseur, celui qui a fait toutes ses classes à l'ABC St Jean de Braye (en banlieue d'Orléans) possède un gros potentiel. Déjà utilisé six fois par le Centre Fédéral en Nationale 1, le co-capitaine de l'équipe (avec Malédon) a sorti le grand jeu contre la Suède en huitième de finale (23 points). Sa relation avec Killian Hayes est particulière. Il sera l'un des véritables facteurs X de cette finale.
    Stats : 10 points à 43,5%, 2 rebonds et 1 passe décisive pour 7,3 d'évaluation en 24 minutes.
  • Léo Billon (1,97 m, 2001) : Parfois intégré au cinq de départ, parfois pas utilisé tout court, ce poste 3 pensionnaire du Centre Fédéral lié au Cholet Basket par convention n'a que peu exprimé ses qualités sur cette compétition. Le Rochelais, passé par Rupella puis le PB 86, est un shooteur qui doit développer son arsenal offensif.
    Stats : 2,3 points à 37,5% et 1,3 rebond pour 2,8 d'évaluation en 11 minutes (4 matchs).
  • Lorenzo Thirouard-Samson (1,95 m, 2001) : Poste 3 utilisé au poste 4 parfois sur cet Euro, il n'a que peu joué comme Billon. Ancien joueur de Rennes, il a intégré le Centre Fédéral en 2016 lorsque Killian Hayes a finalement choisi de rester à Cholet.
    Stats : 2 points à 30,8%, 1 rebond et 0,8 interception pour 1,6 d'évaluation en 8 minutes (5 matchs).
  • Victor Diallo (1,98 m, 2001) : Ancien membre du Pôle Espoirs d'Auvergne, ce poste 4/3 est désormais au Centre Fédéral et lié par convention à l'ASVEL. Joueur de devoir, très dur, il fait partie du cinq de départ grâce à sa complémentarité avec les extérieurs, très talentueux. D'ailleurs, il a le troisième plus gros temps de jeu de la sélection avec Crusol. Très actif, il est aussi capable de marquer de face à 3-points même si offensivement il reste encore à développer.
    Stats : 3,3 points à 26,7%, 3,8 rebonds et 1 interception pour 3,3 d'évaluation en 24 minutes.
  • Daniel Batcho (2,02 m, né en 2002) : Seul joueur sélectionné sur cet Euro avec un an d'avance, il s'est montré intéressant en sortie de banc grâce à sa grande mobilité pour sa taille. Actif au rebond (offensif notamment), il manque encore beaucoup de dureté avec son gabarit très longiligne. Il va intégrer le Centre Fédéral après avoir cartonné à Charenton en U15 Elite en 2016/17 (24,3 points de moyenne). L'an prochain, il sera sans doute le joueur à suivre des Français à l'Euro U16.
    Stats : 3,3 points à 41,2%, 4,3 rebonds et 0,7 passe décisif pour 5,5 d'évaluation en 13 minutes.
  • Melvyn Ebonkoli (1,97 m, 2001) : Petit intérieur musculeux, le joueur du Mans a pas mal d'impact en sortie de banc pour les Bleuets, à l'image de son match en demi-finale face à la Croatie (10 points à 5/5, 6 rebonds et 2 interceptions pour 16 d'évaluation en 18 minutes). Malgré sa petite taille pour le poste, son sens de l'engagement fait de lui une bonne option en sortie de banc. Sa grande force ? Le rebond offensif. Il donne pas mal de points sur secondes chances aux Français.
    Stats : 4 points à 70,6% de réussite aux tirs et 3,8 rebonds pour 6,7 d'évaluation en 13 minutes.
  • Essomé Miyem (2,07 m, 2001) : Poste 5 mobile et doté de bons fondamentaux, il a déçu en début d'Euro en révélant au grand jour son manque de dureté, qu'on lui connaissait déjà à des niveaux inférieurs. Mais au fur et à mesure de la compétition, il a trouvé son impact attendu. Tant mieux pour les Bleuets qui ont nettement plus d'espace dès lors qu'ils ont un point d'ancrage efficace. Petit frère d'Endy Miyem, le Rémois pensionnaire du CFBB aura sans doute plus d'impact en U18 quand il sera plus opérationnel. Mais en attendant, les Français auront besoin de lui ce samedi.
    Stats : 8,2 points à 56,4%, 5 rebonds, 2,5 fautes et 1,3 balle perdue pour 9,7 d'évaluation en 20 minutes.
  • Maxime Carène (2,06 m, 2001) : Fils d'Harry Carène, un ancien joueur des championnats guadeloupéens et martiniquais, ce poste 5 très longiligne a intégré le Centre Fédéral à sa sortie du Pôle Espoirs de la Martinique en 2016. Encore très fin, il a du mal à peser sur le match malgré une mobilité importante pour sa taille. L'ancien joueur du Sporting Club Lamentinois n'entre pas à tous les coups dans cet Euro.
    Stats : 0,8 point à 25% et 1,8 rebond pour 1 d'évaluation sur 8 minutes (4 matchs).

Le sélectionneur : Bernard Faure. Natif d'Aurec-sur-Loire dans le 43, il a joué jusqu'en Nationale 2 (de l'époque, soit la NM1 d'aujourd'hui) à Saint-Chamond et Montbrison notamment. Il est ensuite devenu coach jusqu'en NM2 (à Sceaux et Gif-sur-Yvette entre autres). Egalement professeur d'EPS, Jean-Pierre De Vincenzi lui a fait intégrer le Centre Fédéral au début des années 2000. Auparavant, il était assistant de Tahar Assed-Ligeon en équipe de France U16. Durant la saison, il s'occupe des U16 du CFBB (qui évoluent en U18 Elite).

Entre-deux à 20h30. A suivre en direct ci-dessous :

19 aout 2017 à 13:32
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
22 septembre
Antibes
79
-
57
Strasbourg
Dijon
86
-
61
Châlons-Reims
Le Portel
73
-
62
Cholet
23 septembre
Chalon-sur-Saône
62
-
82
Pau-Lacq-Orthez
Hyères-Toulon
70
-
63
Boulazac
Le Mans
103
-
63
Gravelines-Dunkerque
Nanterre
92
-
86
Bourg-en-Bresse
Levallois Metropolitans
71
-
77
Monaco
24 septembre
Lyon-Villeurbanne
71
-
68
Limoges
Autres journées
PROGRAMME TV
25 septembre - 03h15
Lyon-Villeurbanne
Limoges
25 septembre - 13h45
Lyon-Villeurbanne
Limoges
25 septembre - 20h30
Chalon-sur-Saône
Pau-Lacq-Orthez
26 septembre - 13h30
Lyon-Villeurbanne
Limoges
27 septembre - 10h45
Lyon-Villeurbanne
Limoges