ÉQUIPE DE FRANCE


THOMAS HEURTEL : "NE PAS OUBLIER NOTRE BONNE PREMIÈRE MI-TEMPS EN POULE FACE À L'ESPAGNE"

Thomas Heurtel :
Crédit photo : S Meunier

Demain, les Bleus ont l’occasion d’écrire l’une des plus belles pages de l’Histoire du basket français.

Certes, une Coupe du Monde n’est pas aussi prestigieuse que les Jeux Olympiques. Certes, aussi, les Tricolores ne jouent pas une éventuelle qualification pour une autre compétition à l’issue de ce match. Mais n’empêche. Battre l’Espagne, au complet, chez elle, serait aussi inattendu qu’exceptionnel. Et Nicolas Batum et ses coéquipiers ont bien conscience du challenge qui les attend.

« Les Espagnols attendent beaucoup ce match, et nous aussi. On voulait se retrouver pour un match couperet, pour un « vrai » France - Espagne. Ils ont une grosse équipe, ils sont à domicile donc ça ne sera pas évident. On ne part pas favori mais on ne part pas perdant pour autant. On a peut-être une chance, les gens diront peut-être même une chance sur un million mais il y en a une, donc autant la saisir. »

Ceux qui suivent les Tricolores depuis le début de cette Coupe du Monde le savent : il subsiste des interrogations autour de cette équipe. La plus grande inconnue, comme l’évoquait Vincent Collet, sera de savoir si cette équipe de France est capable de rester concentrée pendant quarante minutes, en commettant le moins d’erreurs possible. Car le moindre faux-pas se paye toujours au prix fort face à Rubio et ses amis. Thomas Heurtel, le meneur de Vitoria, le sait mieux que quiconque.

« Ça sera forcément un match spécial pour moi, et aussi pour toute l’équipe. On ne doit surtout pas oublier notre bonne première mi-temps du match de poule où l’on n’était qu’à quelques points. Après, on avait fait beaucoup d’erreurs défensives et on avait fini par lâcher. À nous de corriger le tir. »

Reste qu’un quart de finale d’une grande compétition comme la Coupe du Monde est un évènement très rare dans une carrière internationale. Et qu’il serait dommage de passer à côté d’un tel match. Ce n’est pas Antoine Diot qui dira le contraire.

« On a vu qu’on pouvait les jouer, les titiller. Au-delà du fait que ce soit l’Espagne, on attend ce match parce que c’est un quart de finale de Coupe du Monde. Ce n’est pas donné à tout le monde. À nous de prendre du plaisir et de nous donner à fond. »

Demain, retrouvez la suite des déclarations des joueurs de l’équipe de France avant Espagne - France. Pour savoir comment Boris Diaw, Rudy Gobert ou encore Charles Kahudi appréhendent, eux aussi, ce défi ibérique.

Propos recueillis par Xavier Collin, à Madrid

09 septembre 2014 à 17:22
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
XAVIER COLLIN
Un mélange de Dee Spencer et de Flo Piétrus. NB : d’un dauphin, t’en fais pas un requin.
Xavier Collin
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
Autres journées
PROGRAMME TV
25 aout - 17h15
France
Belgique
29 aout - 03h00
France
Belgique