ÉQUIPE DE FRANCE


TRÈS BONS JUSQUE LÀ, LES U18 FRANÇAIS VEULENT FAIRE TOMBER L'ESPAGNE EN QUART

équipe de France U18 huitième gagné
Crédit photo : FIBA

L'équipe de France U18 masculine affronte l'Espagne en quart de finale de l'Euro ce vendredi.

Ce vendredi, à partir de 15h45 heure française, l'équipe de France 18 masculine affronte l'Espagne en quart de finale de l'EuroBasket. Un remake du quart de finale d'il y a deux ans, en U16, à Kaunas. Les Bleuets avaient alors perdu 72-63 avant de se reprendre et gagner leurs deux derniers matchs de classement pour finir par se qualifier pour le Mondial U17.

Cette fois, les Bleuets (dont sept étaient présents en Lituanie) espèrent passer face au rival espagnol. Même si comme toujours, ce ne sera pas facile contre une équipe qui a largement disposé du Monténégro en huitième de finale (87-61).

"A tous les postes de jeu, on trouve qu'ils sont grands, explique le sélectionneur Frédéric Crapez. Ils ont une espèce de zone-press-zone dangereuse avec leur envergure. Après ça joue à l'espagnole, avec beaucoup de relance et d'agressivité."

Les Français devront s'appuyer sur leur défense, redoutable par moment (56,2 points encaissés par match en moyenne), pour les faire déjouer. Et notamment chuter leur adresse à 3-points (38,1%).

"Il faut qu'on les touche, qu'on conteste les lignes de passe et qu'on tienne les duels, sinon ça sera compliqué."

Des Bleuts qui jouent bien, tout simplement

En attaque, les Français devront créer du mouvement, comme ils le font depuis le début de tournoi. Avec un bon spacing, un bon passing game, une belle assise intérieure, ils ont démontré de vraies qualités collectives qui leur permettent pour l'instant de compenser les absences des quatre prospects (Hoard, Pons, Ayayi et Doumbouya).

"La force de cette équipe, c'est le collectif. Si on ne joue pas en équipe, on ne peut pas s'appuyer sur une ou deux individualités. Je pense que les joueurs ne sont pas des stars. Par contre ce sont des gars qui sont à l'écoute, qui sont engagés, qui mouillent le maillot et qui ont un bon état d'esprit. Pour gagner une compétition comme ça, il n'y a qu'en jouant collectivement, aussi bien en défense qu'en attaque. On joue à minumum à 11 joueurs, et souvent à 12. Tout le monde a apporté."

Ces douze joueurs concernés ont un projet commun : ils veulent continuer à rêver de médaille en s'imposant ce vendredi.

"L'état d'esprit est très bon. Les joueurs vont tout donner ce vendredi. Je les sens concentrés sur leur sujet. C'est un quart de finale, c'est du 50/50. De toute façon la clé, ça passera pas une grosse défense. Si on défend et qu'en attaque on fait les bons choix, il y aura un espace pour passer."

Ne pas s'arrêter de jouer

Surtout, il ne faut pas retomber dans les travers de la fin de match contre la Bosnie. Devant quasiment tout le long (25 minutes, contre 12 pour les adversaires), les Français ont arrêté de faire bouger en attaque et ont donné la balle à Sofiane Briki, pour qu'il fasse la différence tout seul. Ce qui n'a pas fonctionné, la France s'inclinant finalement 66-65.

"Il faut grandir avec l'expérience. La Bosnie c'était notre premier match officiel, les matchs amicaux ça ne reste que des matchs amicaux. Sur les 3/4 dernières minutes, on n'a pas bien joué tous ensemble. Mardi, je leur ai rappelé qu'il ne fallait pas recommencer comme contre la Bosnie et on n'est pas tombé dans les mêmes erreurs."

L'équipe de France espère aussi bénéficier de l'apport de Timothée Bazille. Blessé au genou dans le premier match de préparation, il est revenu juste à temps pour la compétition. Il n'a pu que très peu apporter au premier tour avant de faire un bon passage en huitième de finale.

"Il est opérationnel, le problème c'est qu'il revient après un mois sans compétition ni entraînement. C'est compliqué, notamment dans ses attrapés (de balle). Balle en main, on le sent encore peu sûr. Maintenant, les 5 minutes qu'il nous a données mardi nous ont fait du bien. Contre l'Espagne, on espère qu'il nous donnera aussi du temps. Plus ça va, plus il revient. Mais le temps est court, l'Euro est fini dans trois jours. Déjà, on est très content d'avoir pu l'emmener et le mettre sur le terrain. Il ne faut pas oublier au départ que c'était notre poste 5 titulaire."

Dans un tournoi très ouvert - la Turquie est la seule sélection à avoir gagné ses quatre matchs -, tout est encore possible. Surtout dans des conditions difficiles. Jeudi, il faisait 37° à Bratislava, lieu des phases finales. Quoi qu'il en soit, malgré les absences, les Français ont déjà montré de très belles choses.

"Je pense qu'on peut être fier des joueurs qui forment cette équipe. Au départ, cette équipe était peut-être sous-estimée. Sur cet Euro, je pense qu'ils ont montré qu'ils ont montré qu'ils étaient au niveau."

Ils ont une occasion en or de le prouver une nouvelle fois ce vendredi en sortant l'Espagne. Entre-deux à 15h45.

04 aout 2017 à 11:54
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
Autres journées