ÉQUIPE DE FRANCE


VINCENT COLLET : "MERCI CAPITAINE BORIS DIAW !"

Vincent Collet France
Crédit photo : FIBA

Vincent Collet a tenu à remercier Boris Diaw devant la presse après la rencontre.

Vendredi soir, au bout du suspense, l'équipe de France masculine a battu la Russie (75-74) après prolongation à Strasbourg pour la troisième journée de la première phase de qualification pour la Coupe du Monde 2019. Après la rencontre, le sélectionneur Vincent Collet est revenu sur ce succès à l'arrachée, en grande partie due au capitaine Boris Diaw (23 points à 6/9 aux tirs - dont 11 en prolongation, notamment le panier victorieux -, 7 rebonds, 7 passes décisives et 11 fautes provoquées pour 23 d'évaluation en 34 minutes).

"On a bien plutôt bien commencé le match défensivement. Mais offensivement, après le 9-2 initial, on a eu beaucoup de problèmes pour scorer en première mi-temps. On n'a pas trouver nos shooteurs. Et c'était compliqué de trouver de l'espace contre cette équipe. Je pense qu'on a dominé à l'intérieur mais à chaque fois qu'on y mettait la balle, ils venaient en prise à deux. Et comme on n'était pas très dangereux derrière l'arc, c'était difficile pour nous de trouver des solutions. Mais on a eu la chance ce (vendredi) soir d'avoir un capitaine fantastique, hormis sur la ligne des lancers francs (9/15), je pense qu'il nous a porté sur tout le match. Offensivement, il a tout fait, il a scoré comme jamais. Je crois que depuis que je suis sélectionneur, c'est le match où Boris (Diaw) a mis le plus de points (23). Je sais qu'il n'aime pas ça mais c'était important pour nous, spécialement le dernier panier. Je pense qu'on peut vraiment le remercier parce qu'il a été la principale raison de notre victoire. Tous les joueurs pensent comme moi : on avait besoin de tout le monde mais encore une fois, je le dis devant tout le monde, merci capitaine !"

Sans matchs amicaux cette semaine pour préparer la rencontre et encore avec des nouveaux venus, Vincent Collet a tâtonné pour trouver la configuration idéale contre les Russes. Pour sa première sélection, William Howard n'a par exemple joué que 2 minutes et 53 secondes.

"On savait qu'il faisait partie de ceux qui peuvent nous donner des solutions au tir. Simplement, je l'ai trouvé vraiment timide quand il est entré. La chose importante dont il faut parler, c'est que dans les trois matchs qu'on a joué, c'est celui qui était le plus dur. Le niveau des Russes ce (vendredi) soir était vraiment bon. Je m'y attendais. Avec des joueurs comme Kulagin, Karasev, Khvostov, Gubanov ou Zubkov qui ont une vraie expérience de ce niveau-là, alors que nous peu de nos joueurs ont cette expérience. C'est pour ça que Boris s'est comporté comme un père pour cette équipe. Il l'a remise en confiance, sur les rails. L'essentiel du jeu est passé par lui. Mais on n'avait pas trop d'autres choix. On n'avait pas trop d'autres joueurs qui peuvent faire la différence. On s'en est remis à celui qui est supérieur à son adversaire direct."

Okobo confirme sa semaine d'entraînement

Parmi les satisfactions individuelles, il y a l'affirmation d'Elie Okobo (20 ans), capable de défendre à ce niveau mais qui a aussi pris ses responsabilités.

"Ca a confirmé ce qu'on a vu cette semaine. Le jeune (Elie) Okobo a fait des choses vraiment intéressantes même si il est très jeune. On avait vu ça à l'entraînement cette semaine. On le trouvait beaucoup plus percurtant. Ce sont des bonnes nouvelles car ce sont de jeunes joueurs et qu'ils vont évoluer. L'expérience engrangée va permettre au fur et à mesure de répondre davantage présent. Mais on s'est quand même appuyé sur les joueurs expérimentés. (Charles) Kahudi a eu un rôle important alors qu'il n'avait pas très bien commencé. Il était malheureux pendant longtemps. Mais au final, il fait 11 d'éval', il a pris 8 rebonds. Il a été impactant, notamment dans le secteur défensif. (Alain) Koffi a aussi été un joueur important. Le niveau, ça n'a rien à voir avec le niveau défensif contre la Bosnie. Les Russes défendent très fort. De la même façon il faut s'attendre dimanche à un match plus difficile que celui qu'on a connu en Belgique. Ils sont dos au mur et surtout les Belges récupèrent des joueurs. Nous on en a perdu deux majeurs. On ne peut pas éternellement remplacer (les absents), sinon cela veut dire que les joueurs qui sont là n'ont pas la valeur qu'on leur accorde. Je trouve qu'on s'en est quand même bien sorti parce qu'on a du caractère, parce que l'état d'esprit est irréprochable. Jusqu'à Lahaou Konaté qui est entré que 4 secondes pour faire son stop sans état d'âme. C'est à mettre en évidence. Ce qui nous a permis d'arracher cette victoire, c'est qu'on a encore pris que 61 points dans le temps réglementaire. On est dans les standards qu'on a depuis le début de cette campagne. Il faut qu'on progresse et qu'on s'attende à un match très dur dimanche."

Pas le temps de profiter pour les Français qui, dès ce dimanche, affrontent la Belgique à Nancy pour la quatrième journée de qualifications. Un match qui s'annonce lui aussi compliqué.

"Les Belges ont récupéré (Jonathan) Tabu, (Quentin) Serron et peut-être (Matt) Lojeski pour le match de dimanche. Sur le papier, ils ne sont pas moins forts que nous. Donc il faudra faire un gros match. Il faudra qu'on se batte encore et surtout pas se dire qu'on a gagné de 11 points chez eux. Tant que (Retin) Obasohan était frais, ils nous dominaient. C'est quand on a réussi à le mettre en prison qu'on a réussi à faire la différence. Là, il aura des relais. Je crois que ça va être difficile. Il faut qu'on continue dans le même état d'esprit. L'objectif reste le même : sortir de cette fenêtre avec 4 victoires. On veut se qualifier avec un maximum de victoires, c'est pour ça que le match de victoires de ce (vendredi) soir était crucial. Aujourd'hui, on va quand même vers la qualification de la Russie et de la Bosnie plutôt (les trois premiers sortent du groupe, NDLR) et donc là on a deux victoires dans la poche. Après, il faut qu'on aille en Russie et en Bosnie !"

Au sélectionneur de terminer en montrant sa joie d'avoir réussi à gagner avec une formation de joueurs valeureux, parfois qualifiée "d'équipe de France C". "L'équipe de ce soir m'a fait très plaisir et me rend fier. Je suis fier de coacher cette équipe là."

24 février 2018 à 10:03
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
jeep élite
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
34ème journée
15 mai
Monaco
83
-
77
Bourg-en-Bresse
Boulazac
96
-
86
Chalon-sur-Saône
Châlons-Reims
102
-
94
Pau-Lacq-Orthez
Cholet
81
-
80
Le Mans
Gravelines-Dunkerque
79
-
63
Hyères-Toulon
Le Portel
77
-
74
Lyon-Villeurbanne
Limoges
82
-
80
Nanterre
Levallois Metropolitans
78
-
86
Antibes
Strasbourg
93
-
77
Dijon
Autres journées
PROGRAMME TV
25 juin - 10h15
Monaco
Le Mans
25 juin - 16h00
Monaco
Le Mans
25 juin - 20h45
Monaco
Le Mans
29 juin - 10h15
Monaco
Le Mans
30 juin - 19h00
Monaco
Le Mans
Coaching