ÉQUIPE DE FRANCE


VINCENT COLLET, LE POINT COMPLET À DIX JOURS DE L'EUROBASKET

Crédit photo : Guillaume Poumarede

Vincent Collet tire un bilan positif du séjour toulousain de l'équipe de France.

Entamée par une déroute à Kaunas (71-96), la semaine de l'équipe de France s'est terminée de fort belle manière à Toulouse, avec trois prestations abouties contre la Belgique, le Monténégro et l'Italie. De quoi rassurer Vincent Collet, satisfait de ce qu'il a pu observer sur les bords de la Garonne. Tour d'horizon avec le sélectionneur.

Une défense retrouvée à Toulouse (64,3 points encaissés)

La défense, c'est important pour l'équipe de France, c'est important pour toutes les équipes qui souhaitent avoir un peu d'ambition. Effectivement, à part le premier match de préparation, on avait alterné dans ce domaine performance satisfaisante et d'autres beaucoup moins. Ce tournoi marque un virage en ce sens que dans les trois matchs on a élevé déjà notre niveau d'investissement. Je crois que c'est ça qui comptait le plus. On est certainement mieux en place, notre organisation est un peu meilleure. Mais elle n'expliquerait pas à elle seule cette différence, c'est d'abord l'investissement. Je dirais que Thomas (Heurtel) en est un des symboles. Je l'ai félicité dans le vestiaire pour la pression qui l'a mise. Léo (Westermann) à chaque fois l'a parfaitement relayé dans ce domaine. Et nos grands sont beaucoup mieux qu'en début de préparation à l'image de Joffrey (Lauvergne). Joffrey a marqué beaucoup de points aujourd'hui (dimanche) mais moi ce qui m'intéresse le plus dans ce qu'il a fait aujourd'hui, c'est l'investissement défensif. Là, il a clairement cette semaine franchi un cap par rapport à la semaine précédente. Comme si sa légère blessure au genou l'avait transformé dans ce domaine. C'est pour nous une très bonne nouvelle car c'est la défense qui va conditionner notre résultat à l'Euro.

Les raisons de l'éviction de Yakuba Ouattara

Je ne vais pas parler des trois majeurs (Heurtel, De Colo et Fournier). Avant d'avoir son problème personnel, Antoine (Diot) était aussi au-dessus. Pour ces quatre là, c'était déjà réglé depuis un moment. Edwin (Jackson) avait déjà éclaté la semaine dernière à Orléans, on pensait dès le départ qu'on avait besoin de lui parce qu'il a une capacité à scorer sur de courtes périodes comme il l'a fait contre l'Italie, dans un match difficile, dans le deuxième cinq c'est très intéressant. L'apport d'Axel Toupane, au niveau défensif, sa taille, le fait qu'on manque d'une personne au poste 3 même si Evan (Fournier) compense magnifiquement. Mais c'était bien d'avoir un deuxième poste 3. Puis, le dernier point, c'est que Léo (Westermann) sur ce tournoi de Toulouse a pris beaucoup d'assurance. Il a montré qu'il pouvait être aussi une solution très intéressante au relais de la mène. Il présente en plus l'intérêt d'être un joueur polyvalent. Il peut jouer lui aussi sur les trois postes extérieurs, il est grand et costaud. On a vu que dans plein de circonstances, il a pu défendre sur les postes 2 et 3.

Le dernier coupé du groupe France, réduit à treize joueurs

Le choix se fera la semaine prochaine. La qualité de l'ensemble va compliquer notre choix, notre réflexion. Le deuxième élément, c'est aussi le fait que Kévin Séraphin était absent ce week-end. Il va reprendre progressivement à partir de jeudi. C'est aussi pour ça qu'on a gardé les cinq autres intérieurs.

A priori, c'est entre Kim et Louis que notre réflexion se fait pour le dernier spot. Il y a des choses qui parlent pour l'un et d'autres qui parlent pour l'autre. Sur la préparation, Louis Labeyrie a plutôt une tête d'avance. Sur le profil du joueur, c'est plutôt l'inverse. Nous pensons qu'un intérieur qui puisse vraiment s'écarter, c'est souhaitable. Le profil qu'on a, on a des joueurs qui sont capables de pénétrer dans beaucoup de circonstances. Quand je parlais de l'adaptation des adversaires, on peut s'attendre à des réseaux défensifs plus compacts et donc probablement que le poste 4 pourrait servir à ses aides défensives.

Pour l'instant, Kim ne nous a pas montrés sa grosse expérience EuroLeague sur les matchs de préparation.

L'état d'esprit du groupe à dix jours du coup d'envoi de l'EuroBasket

Effectivement, pour l'instant, on a un groupe soudé. Mais il faut rester les pieds sur terre, ce qu'on a fait ce week-end était très bien, ce qu'on avait fait mardi était beaucoup moins bien. Probablement que l'on est dans la bonne direction. Mais l'Euro c'est dans dix jours, il ne faut pas s'arrêter en si bon chemin. L'essentiel pour moi c'est de profiter de la dernière semaine de travail pour essayer de peaufiner nos réglages. Dans les aspects défensifs bien sûr mais aussi en attaque. La compétition, c'est autre chose. Tout est scouté, tout est observé. Pour l'instant, ça n'est pas le cas, on est en préparation. On travaille sur l'adversaire mais de façon légère, beaucoup moins qu'en compétition. Ce sont des choses qui changeront un peu la donne et on doit se préparer pour ça. Là on a souvent joué sur nos points forts, et dans ce cas là on a montré qu'on pouvait être redoutable, maintenant il faut se préparer à ce que nos adversaires nous fassent jouer sur nos points faibles et savoir comment on pourra dans ces moments là se comporter.

Les multiples forfaits, dont celui de Milos Teodosic

Pour moi, l'Euro reste tout de même difficile. Beaucoup nous voyaient très affaiblis avant que la préparation ne commence. Il faut y aller avec de l'ambition, on en avait dès le premier jour, le 29 juillet. Aujourd'hui ça n'a pas changé mais rien n'est fait. Il faut qu'on y aille avec beaucoup d'humilité, qu'on ait la volonté de démontrer chaque jour. Je crois que cette semaine, c'est la leçon de la semaine. En Lituanie, le fait d'avoir gagné le premier match de 20 points, on n'y est pas allé forcément avec l'attitude requise. En deuxième mi-temps on s'est un peu délité devant leur agressivité. Ça nous a mis une claque salvatrice, on a bien réagi par rapport à ce qu'il s'est passé là-bas. Ça doit bien nous montrer que notre comportement induit beaucoup de choses, que si on relâche la garde, on sera de nouveau vulnérable. Je crois que bien sûr, toutes ces équipes qui perdent des joueurs majeurs, c'est une difficulté qui se présente devant eux. En ce qui concerne la Serbie, je ne suis pas très inquiet. Je les ai vu jouer contre le Monténégro quand on a préparé le match (de samedi), leur dureté défensive est supérieure en l'absence de Teodosic, par contre il y aura moins de création. Ça reste en mon sens une équipe favorite pour l'Euro, peut-être même l'équipe favorite de l'Euro, au même titre que l'Espagne.

21 aout 2017 à 16:19
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
Autres journées
PROGRAMME TV
21 septembre - 03h00
Buzzer
22 septembre - 08h15
Buzzer
23 septembre - 08h15
Buzzer
23 septembre - 18h20
Chalon-sur-Saône
Pau-Lacq-Orthez
24 septembre - 01h15
Chalon-sur-Saône
Pau-Lacq-Orthez