ESPOIRS


QUI SONT LES 11 ESPOIRS CHOLETAIS À AVOIR FAIT LE DOUBLÉ ?

Cholet Basket Espoirs champion 2018
Crédit photo : GPJ

On vous présente les 11 Espoirs Choletais qui ont réalisé le doublé Trophée du Futur - Champion de France Espoirs 2018.

Entre le travail sur l'association, la détection (notamment en France d'outre-mer), le réseau des anciens joueurs, le Cholet Basket réalise un travail admirable qui lui a permis de remporter de nombreux titres chez les jeunes. Cette saison, le CB a été sacré champion de France U18 et Espoirs avant de remporter haut la main le Trophée du Futur. Ces deux titres en U21 font suite aux titres des générations 97-98-99 en U18 en 2015 puis de la génération 2000-2001 en U18 en 2017. BeBasket vous présente les 11 joueurs utilisés régulièrement en Espoirs cette saison. Des joueurs que l'on devrait retrouver en professionnels au cours des saisons prochaines.

 

Les joueurs U21 (nés en 1997)

  • Rigo Edzata (2,05 m, poste 4) : Fils de basketteurs congolais, Rigo Edzata a grandi à Brazzaville. C'est lors d'un camp aux Etats-Unis, à 17 ans, qu'il a été repéré par l'ancien espoir du MSB Fabrice Diard. Ce dernier l'a envoyé passer un essai dans la Sarthe en 2014. Le MSB l'a réorienté dans les Mauges du fait de la présence de Fall et Cornelie dans son effectif Espoirs. Il s'y est engagé malgré le décès de sa mère la veille de son installation dans les Mauges. Poste 4 de devoir au sein de l'équipe cette saison, il avait un rôle supérieur en 2016/17 (13,7 points 58,8% de réussite aux tirs et 6,3 rebonds pour 13,7 d'évaluation en 26 minutes), terminant 13e à l'évaluation du championnat. Mais si ses statistiques ont baissé, c'est parce que le nombre de talents a augmenté dans l'effectif. Très athlétique et plus costaud qu'auparavant, il a gagné en efficacité (9,7 points à 61,8% et 5,3 rebonds pour 13,7 d'évaluation en 23 minutes). On devrait le voir en Pro B durant les saisons à venir et potentiellement en Jeep ELITE à terme.
  • Youri Morose (2,03 m, poste 3) : Comme Claude Marquis, Kévin Séraphin et Christophe Léonard, Youri Morose est passé par le club de l'USL Montjoly en Guyane. Repéré par Sylvain Delorme lors du Camp Kévin Séraphin, il a rejoint le CB à 15 ans. Champion de France U18 en 2015, il a progressé petit à petit au sein de l'effectif Espoirs jusqu'à en devenir un cadre. Gros défenseur, gros shooteur (avec un superbe touché de balle), il présente un profil de "3 and D" pour le haut-niveau et a la possibilité d'être utilisé sur le poste 4 en cas de small ball. Pour sa dernière année Espoirs, il a tourné à 11 points à 47,6% de réussite aux tirs (36,6% à 3-points), 5,8 rebonds et 3,2 passes décisives pour 13,1 d'évaluation en 27 minutes. Il devrait passer professionnel à Cholet mais être prêté en Pro B.
  • Melvyn Govindy (2,12 m, poste 5) : Pivot aux mensurations exceptionnelles, Melvyn Govindy peut devenir le Shaquille O'neal français, rien que ça ! Fils d'un ancien joueur de niveaux intermédiaires et de Sandra Dijon, championne d'Europe 2001, il s'est tout naturellement retrouvé sur les terrains de basket dès le plus jeune âge. Mais longtemps, il a détesté ça, préférant faire du roller ou aller à la pêche. Malgré tout, il est resté accroché à la balle orange et a fait un premier passage au centre de formation de Cholet, en 2012/13. Des problèmes de comportement l'ont contraint à le quitter, avant d'y revenir l'an passé après quatre saisons à Nancy. Si le parcours de Govindy a été entaché par plusieurs histoires qui sont partagées dans les coulisses, il ne faut retenir qu'une chose : Govindy est tout sauf méchant. Ses coéquipiers, coachs n'ont de cesse de le rassurer quand il commet une faute ou maladresse, ce qui le frustre très (trop) facilement. A Nancy, où il a joué entre 2013 et 2017, il a été suivi par un psychologue et à Cholet, il fait de la sophrologie. Si la comparaison avec Shaquille O'neal est exagérée, elle est utilisée parce qu'outre son physique, Govindy possède des mains incroyables. On peut ainsi le voir écraser la balle très violemment dans le cercle sur un alley-oop puis réaliser un bras roulé tout en finisse l'action suivante, sans oublier ses remontées du terrain balle en main. Bref, Govindy a le physique, le talent, il ne lui manque plus que l'envie de progresser. En 2017/18, il s'est montré très rentable en Espoirs (16,3 points à 67,7%, 8,7 rebonds et 0,9 contre pour 19,3 d'évaluation en 21 minutes) tout comme en Trophée Coupe de France contre de grosses raquettes de Nationale 2, notamment celle de Vitré... On aura l'occasion de le voir sur les parquets de Jeep ELITE puisqu'il fait partie des trois jeunes joueurs que Régis Boissié veut intégrer à l'effectif professionnel 2018/19.

 

Les joueurs U20 (nés en 1998)

  • Yannis Thalgott (1,91 m, poste 2/1) : Formé dans le club voisin de la Séguinière, Thalgott a rejoint le Cholet Basket en U15 Elite. Champion de France U18 en 2015, il a commencé à jouer en Espoirs en 2015/16 malgré un physique encore frêle. Doublure de Johan Clet (désormais à Caen) au poste 1 la saison passée, il s'est affirmé comme un cadre de l'effectif cette saison (10,3 points, 2,9 rebonds et 2,2 passes décisives. Plutôt adroit (38,2% de réussite à 3-points), il peut jouer sur les postes 1 et 2. Il songe à ne pas effectuer sa dernière saison Espoirs et aller vivre une première expérience professionnelle dans une division inférieure où il aura directement sa place.
  • Warren Woghiren (2,14 m, poste 5) : Quand Govindy n'est pas sur le terrain, c'est Woghiren qui protège le cercle. Ses 214 centimètres sont une vraie force de dissuasion. En attaque, le Picard doit encore se développer, son arsenal restant limité sous les paniers. En revanche, il est capable de s'écarter (35,7% de réussite à 3-points cette saison) et a réussi plusieurs tirs extérieurs lors du Trophée du Futur. Critiqué parfois par Philippe Hervé pour son manque d'implication sur les séances d'entraînement de l'équipe professionnelle, il devra faire mieux à ce sujet pour être utilisé parfois par Régis Boissié, même s'il jouera toujours en Espoirs en 2018/19. Son évolution n'est pas spectaculaire mais réelle (8,7 points à 58,3% et 5,3 rebonds pour 10,4 d'évaluation en 18 minutes contre 5,1 points à 42,1% et 6,7 rebonds pour 8,1 d'évaluation en 19 minutes en 2016/17). Il devrait encore être en équipe de France jeune cet été, cette fois avec les U20 en Allemagne.

 

Le joueur U19 (nés en 1999)

  • Quentin Ruel (2,01 m, poste 3) : Comme Thalgott, Quentin Ruel s'est d'abord développé au sein de l'association du Cholet Basket, en U15 Elite, avant de rejoindre le centre de formation en 2014. Il a aussi fait partie de l'équipe qui a remporté le titre de champion de France U18 en 2015. Poste 3 athlétique, il est l'un des joueurs les plus souvent envoyé au alley-oop dans l'équipe. Il apporte également son adresse extérieure. Une sorte de Rudy Fernandez, toutes proportions gardées. Le Normand, qui tournait déjà à 11 points à 45,4% et 4,8 rebonds pour 11,7 d'évaluation en 23 minutes en 2017/18, devrait prendre un peu plus d'importance la saison prochaine avec le départ de Youri Morose. Il s'entraînera d'ailleurs également avec l'effectif professionnel. Pour jouer en Jeep ELITE, il devra passer un bon moment en salle de musculation. Blessé à l'épaule, il n'a pas pu jouer la finale du Trophée du Futur.

 

Les joueurs U18 (nés en 2000)

  • Hugo Robineau (1,90 m, poste 1) : Meneur de jeu assez grand, rapide, il est capable d'attaquer le cercle comme de tirer de loin. Bref, un couteau suisse que l'on devrait voir dominer le championnat Espoirs avec Karlton Dimanche dans les années à venir. Champion de France U18 en 2017 et 2018, il s'est affirmé en U21 dès sa première saison pleine dans la catégorie (7,4 points à 47%, 3,5 passes décisives et 3,1 rebonds pour 9,5 d'évaluation en 22 minutes). S'il a été licencié à Jallais entre 2007 et 2013, il est né à Cholet et joue au club depuis 2013, en U15 Elite.
  • Karlton Dimanche (1,94 m, poste 1) : Meneur athlétique, il avait dominé lors de la finale de la Coupe de France U17 à Bercy en 2017 (17 points, 7 rebonds, 4 passes décisives et 6 fautes provoquées pour 30 d'évaluation). Dans la foulée, il a participé au Basketball Without Borders Camp européen mais a manqué la première partie de saison 2017/18 suite à une opération du ménisque. Utilisée en rotation de Hayes et Thalgott sur la ligne arrière, ce meneur a apporté sa percussion, comme il l'a fait avec brio en équipe de France de U18 au Tournoi de Mannheim en avril (26 points contre la Chine, 24 face à l'Argentine). Son potentiel est de très haut niveau. Quant à son parcours, il vient lui aussi de Guyane et c'est Kévin Séraphin lui même qui l'a envoyé à Cholet au cours de l'été 2015, lui payant au passage son billet d'avion ! Bien lui en a pris et le joueur devrait jouer ses premiers matchs de Jeep ELITE la saison prochaine, tout en étant sans doute le top scoreur de l'équipe Espoirs.
  • Florian Leopold (2,03 m, poste 4/3) : Ce poste 4/3 très long et athlétique a commencé le basketball dans un club des Abymes en Guadeloupe, le MJCA, en 2014. Un an plus tard, il a intégré le centre de formation du Cholet Basket puis en 2O16 il a été sélectionné en équipe de France U16. Encore U18, il a doublé en Espoirs cette saison (23 matchs pour 10 minutes de moyenne), sans être pour le moment très productif (4,1 points à 47,8% et 1,8 rebond). Mais ça devrait venir...
  • Yoan Makoundou (2,04 m, poste 4) : Arrivé l'an passé depuis Marne-la-Vallée (après avoir commencé à Melun), il a préféré Cholet à Levallois. Très intense, athlétique, il nous a marqué sur un stage avec l'équipe de France U18 où il a été pu enchaîner les posters 5 et autres claquettes. Reste que c'est un très jeune joueur sujet à de grosses sautes d'humeur et de concentration. S'il parvient à se canalyser, il deviendra un élément très intéressant. Il a surtout joué en U18 cette saison, remportant le titre de champion de France, mais a joué quasiment tous les matchs à partir de la 24e journée.

 

Le joueur U17 (nés en 2001)

  • Killian Hayes (1,95 m, poste 1/2) : C'est l'histoire d'un shooteur américain devenu chouchou de la Meilleraie qui a rencontré une pure Choletaise, Sandrine Demiannay, à la fin des années 90. Ce couple a mis au monde Killian Hayes qui, 16 ans plus tard, fait saliver tout le basketball français. Gaucher très talentueux, il se démarque par son crossover, sa vision du jeu et plus globalement sa vitesse, très impressionnante (sa vitesse latérale a été mesurée aux Etats-Unis et elle est déjà plus élevée que celle de la moyenne des joueurs NBA). Le natif de Lakeland (Floride) a toujours joué au Cholet Basket, avec qui il a atteint le Final Four U15 en 2016, joué en Espoirs dès ses 15 ans et remporté moult titres depuis 15 mois (Coupe de France U17, champion de France U18 2017 et 2018). Son ascension est fulgurante et il a même clôturé la saison de Jeep ELITE par un match à 16 d'évaluation contre le voisin manceau. On en passe mais on ne vous le présente plus. Concernant sa marge de progression, on note d'abord son tir extérieur, en développement mais pas encore assez fiable. Il doit bien sur aussi construire son corps d'adulte et réduire son nombre de balles perdues, même si c'est le défaut de l'une de ses principales qualités, la vision du jeu. Mais parfois, son envie de passes décisives est trop risquée. Enfin, on n'oubliera pas sa défense sur l'homme, encore sujette à oublis ou prises de risque, même si ses mains très rapides lui permettent de récupérer un nombre important de ballons. On ne lui souhaite qu'une chose : s'affirmer avec le Cholet Basket au cours des deux prochaines années avant de réaliser son rêve : devenir un joueur NBA, un vrai.
29 mai 2018 à 21:00
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
jeep élite
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
34ème journée
15 mai
Monaco
83
-
77
Bourg-en-Bresse
Boulazac
96
-
86
Chalon-sur-Saône
Châlons-Reims
102
-
94
Pau-Lacq-Orthez
Cholet
81
-
80
Le Mans
Gravelines-Dunkerque
79
-
63
Hyères-Toulon
Le Portel
77
-
74
Lyon-Villeurbanne
Limoges
82
-
80
Nanterre
Levallois Metropolitans
78
-
86
Antibes
Strasbourg
93
-
77
Dijon
Autres journées
PROGRAMME TV
25 juin - 10h15
Monaco
Le Mans
Coaching