EUROBASKET 2017


IGOR KOKOSKOV, COACH PARTICULIER

Crédit photo : FIBA

La réussite de la Slovénie, qui dispute ce soir la finale de l'Euro (20h30), c'est aussi et surtout celle de son entraîneur, Igor Kokoskov. Un technicien serbe au parcours peu ordinaire, l'un des meilleurs assistants en NBA.

La taille est toujours fine, le buste bien droit. De l'époque où il était joueur, Igor Kokoskov a gardé l'allure. Seuls ses cheveux poivre et sel rappellent qu'il se rapproche gentiment de la cinquantaine (46 ans en décembre). Sans un terrible accident de voiture qui l'a fauché à la sortie de l'adolescence, le Serbe serait devenu basketteur professionnel. Dans un portrait que lui consacre ESPN, il explique comment sa vocation de coach est née pendant les longues nuits d'hôpital qui ont suivi :

"Ça a changé ma vie. Je savais que je ne pourrais plus jouer. Mais j'aimais toujours autant le basket, je me suis donc promis de trouver un moyen de continuer. Je n'ai jamais douté, je savais que je resterais dans le basket d'une manière ou d'une autre."

Et de quelle manière ! En 1999, il devient aux côté de Quin Snyder, à Missouri, le premier Européen assistant à temps plein en première division NCAA. Une expérience de courte durée, puisqu'il est recruté l'année suivante par les Clippers de Los Angeles. Il est le premier non-Américain à s'assoir sur un banc NBA, en tant qu'assistant d'Alvin Gentry.

Respecté en NBA

Dix-sept saisons dans la grande ligue ont suivi. Des Clippers jusqu'au Jazz, où il officie depuis 2015, en passant par Orlando, Cleveland, Phoenix et Detroit, où il a gagné le titre en 2004. Une longue expérience au cours de laquelle il s'est forgé une réputation de coach brillant, dont les principes offensifs sont reconnus et respectés. Des principes qui font aujourd'hui de la Slovénie l'équipe la plus spectaculaire de cet Euro. Mais Kokoskov refuse que l'on résume son style au "tout pour l'attaque".

"On essaye d'imposer notre rythme, mais si on y arrive c'est uniquement parce qu'on réalise des stops en défense", expliquait le technicien après la victoire face à l'Espagne en demi-finale. On est bon en défense, particulièrement dans la protection de la raquette et notre capacité à contenir les extérieurs adverses."

L'infranchissable défense des Detroit Pistons 2004, le "run and gun" des Phoenix Suns de Steve Nash... Kokoskov a pioché dans ses différentes expériences en NBA pour faire de la Slovénie une machine de guerre que peu d'observateurs attendaient à un tel niveau. Le coach, qui entretient une relation particulière avec ses meneurs, a construit son équipe autour du génial Goran Dragic, qu'il a vu grandir à Phoenix (2008-2011).

Ce soir (20h30), il a l'occasion de remporter un premier grand titre en tant qu'entraineur principal, lui qui a aussi dirigé la Géorgie entre 2008 et 2015. Face à la Serbie, son pays natal et "de coeur", l'histoire serait encore plus belle. Avant de passer le pas et de prendre seul les rênes d'une franchise NBA ? 

 À Istanbul,

17 septembre 2017 à 15:08
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GAËTAN DELAFOLIE
Passe les vacances à camper dans les raquettes.
Gaëtan Delafolie
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
Autres journées
PROGRAMME TV
21 septembre - 03h00
Buzzer
22 septembre - 08h15
Buzzer
23 septembre - 08h15
Buzzer
23 septembre - 18h20
Chalon-sur-Saône
Pau-Lacq-Orthez
24 septembre - 01h15
Chalon-sur-Saône
Pau-Lacq-Orthez