PRO A


LA NBA, FRED FAUTHOUX, SON RÔLE À LEVALLOIS : LES CONFIDENCES DE BORIS DIAW

Crédit photo : Gaëtan Delafolie

Le plus gros coup de l'intersaison s'est définitivement matérialisé. Quatorze ans après son départ de Pau-Orthez, Boris Diaw est de retour en Pro A, le logo de Levallois brodé sur le torse. À la sortie de son premier entraînement, l'intérieur a livré ses premières impressions

La venue de Boris Diaw (2,03m, 35 ans) à Levallois n'est pas seulement un formidable coup sur le marché des transferts. C'est aussi un coup médiatique savamment mis en avant. Pour sa première apparition sous sa nouvelle tunique, l'emblématique capitaine de l'équipe de France (241 sélections) a eu le droit à un accueil rare en Pro A : conférence de presse maousse sur le parquet de Marcel-Cerdan, et de nombreux journalistes télé et radio, en plus des fidèles de la presse écrite et spécialisée. Le champion NBA s'est prêté au jeu des questions réponses avec sourires et décontraction, sous l'oeil de son ami et désormais coach Frédéric Fauthoux.  

"Je suis très content d'être ici", a commencé l'intérieur en préambule. "Freddy y est pour beaucoup. C'est quelqu'un pour qui j'ai beaucoup de respect. Ce qu'il fait depuis qu'il s'occupe de cette équipe m'a donné envie de rejoindre ce projet. C'est vrai que je ne suis pas allé frapper à la porte de toutes les équipes pour savoir qui me voulait (Didier Gadou nous confiait son intérêt pour le joueur), dans le but par exemple de faire monter les enchères. J"ai choisi le projet et l'homme."

Déçu de ne pas avoir d'offre NBA

Mais si "Babac" a rejoint le projet des Metropolitans, c'est d'abord parce qu'aucune opportunité ne s'est présentée en NBA. Le joueur aux 14 saisons dans la grande ligue, champion 2014 avec les Spurs, garde un goût un peu amer de cette intersaison sans proposition, après une année à encadrer les jeunes pousses du Utah Jazz.

"Je suis un peu déçu oui", concède l'intéressé. "On a toujours envie d'être désiré. Forcément, il y a un déclin de la carrière à un moment donné, mais ça a été un peu brutal de faire une saison (avec Utah) et de voir que là aucune équipe n'a fait le pari de me reprendre. Un peu de déception aussi parce que je connais pas mal d'entraîneurs, pas mal de General Managers de différentes équipes. Beaucoup me connaissent eux-aussi très bien, et je pensais qu'ils m'auraient fait confiance."

S'il n'a ensuite pas donné suite aux offres venues d'Euroleague (le CSKA Moscou était intéressé), c'était pour "ne pas se fermer de portes".

"Dans ma réflexion, à partir du moment où je ne repartais pas en NBA, j'ai choisi de privilégier la France avant l'Europe. Aller dans un club Euroleague, je n'aurais peut-être pas pu avoir l'engagement moral que j'ai avec Levallois, de pouvoir partir à un moment donné (en cas d'offre en NBA par exemple). Et puis les joueurs Euroleague ne peuvent pas disputer les fenêtres internationnales (de qualification pour la coupe du monde). Ça a pesé dans ma décision, ça me permet de rester au plus près de l'équipe de France.

Tant mieux pour la Pro A, qui va retrouver Boris Diaw 14 ans après l'avoir vu s'envoler pour la Draft et Atlanta, début d'une belle et longue carrière outre-Atlantique. L'intérieur a passé la visite médicale hier et effectué son premier entraînement ce matin, lui qui avoue n'avoir plus foulé le terrain depuis le huitième de finale perdu par la France à l'EuroBasket.

boris-levallois1507047468.jpegBoris Diaw avec à sa gauche son ami et entraîneur Frédéric Fauthoux, lors de la présentation du joueur à la Presse. Photo : Gaëtan Delafolie.

Il fait donc sa "rentrée des classes", comme il la nomme, amusé. Officiellement qualifié par la LNB, il fera ses grands début sous ses nouvelles couleurs samedi, avec la réception de Limoges. S'il se sent "prêt à jouer", il n'a pas l'intention de forcer sa nature, et il ne faut pas s'attendre à le voir briller statistiquement. Ça tombe bien, ce n'est pas ce que Frédéric Fauthoux attend de lui :

"Je ne vais pas lui demander de marquer 20 points et prendre 15 rebonds, ce n'est pas du tout son jeu", pose l'entraîneur. "Bien sûr, on va mettre quelques intentions dans notre jeu, parce que Boris a des qualités différentes, et on va s'en servir et les exploiter au maximum. Mais il va aussi permettre à certains joueurs de grandir et d'apprendre beaucoup plus vite. On a des jeunes à son poste comme Ivan Février, des joueurs qui vont jouer à côté de lui comme Maxime Roos et Cyrille-Eliezer Vanerot, pour eux ça va être des leçons XXL. Mais sinon Boris va garder le même rôle que dans toutes les équipes où il est passé. Je ne vais pas lui en demander plus, mais surtout pas moins."

Que du bonus pour Levallois

Cette équipe, "construite sans Boris", insiste Fauthoux, a débloqué son compteur victoires samedi dernier sur le parquet de Chalon-sur-Saône, après deux défaites contre Monaco et Strasbourg. De très bon augure pour la dynamique, avec désormais le renfort de Boris Diaw.

"C'était très important de gagner sans Boris à Chalon. On a un calendrier compliqué parce qu'on affronte les plus grosses masses salariales d'entrée, Monaco, Strasbourg, Limoges. C'était important pour la confiance du groupe, pour ne pas que les victoires - en espérant une deuxième samedi - se résument à la venue de Boris. Parce que le groupe qui est là a du talent, progresse, et a un état d'esprit très intéressant qui a été récompensé à Chalon."

Boris Diaw ne va sans doute pas permettre à Levallois de changer de dimension sportivement - même si son apport sera important - mais il va à coup sûr braquer les projecteurs sur un club qui avait su déjouer nombreux pronostics pour se frayer un chemin jusqu'en demi-finale des playoffs la saison passée. Bis repetita ?    

À Levallois,

03 octobre 2017 à 18:34
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GAËTAN DELAFOLIE
Passe les vacances à camper dans les raquettes.
Gaëtan Delafolie
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
6ème journée
20 octobre
Antibes
20h30
Le Mans
Châlons-Reims
89
-
79
Limoges
Levallois Metropolitans
20h30
Boulazac
21 octobre
Bourg-en-Bresse
89
-
83
Monaco
Chalon-sur-Saône
74
-
75
Gravelines-Dunkerque
Cholet
77
-
80
Nanterre
Le Portel
74
-
58
Dijon
Strasbourg
90
-
60
Hyères-Toulon
22 octobre
Pau-Lacq-Orthez
94
-
82
Lyon-Villeurbanne
Autres journées
PROGRAMME TV
28 octobre - 18h30
Le Mans
Chalon-sur-Saône
29 octobre - 18h30
Limoges
Pau-Lacq-Orthez
30 octobre - 20h45
Nanterre
Strasbourg