EUROLEAGUE


LE FENER OFFRE À LA TURQUIE SA PREMIÈRE EUROLEAGUE

Crédit photo : Euroleague

Dans une ambiance folle, le Fenerbahçe a remporté à domicile sa première Euroleague, en battant en finale l'Olympiakos 80 à 64. C'est le premier sacre d'un club turc. Le neuvième titre pour le mythique entraîneur Zeljko Obradovic.  

Le ton avait été donné d’entrée. Sur la première possession, Ekpe Udoh envoyait Jan Vesely claquer le alley-oop. Le Sinan Erdem Dome n’en demandait pas plus pour hurler sa fureur une première fois. On jouait depuis 10 secondes. Le spectacle et l’ambiance ne sont pas retombés pendant les 39 minutes et 50 secondes qui ont suivi. Et au terme d’un match maîtrisé, où sa puissance physique et son adresse ont fait merveille, le Fenerbahçe s’impose 80-64 contre l’Olympiakos. Le premier titre pour un club turc dans la compétition.

La puissance physique donc. Celle du duo d’intérieur Ekpe Udoh - Jan Vesely. Une paire estampillée NBA, trop musclée et trop haute pour ses adversaires. Après son chantier en demi-finale, Ekpe Udoh a remis ça ce dimanche, noircissant la feuille avec 10 points, 9 rebonds, 5 contres et 4 passes décisives pour 29 d’évaluation. Un mur. Un MVP. Monté sur ressorts, son compère tchèque Jan Vesely s’en sort avec 8 points et 8 rebonds. En face, Milutinov a alterné les tirs tout en toucher et la férocité, comme sur ce poster claqué sur le nez de Vesely. 10 points et 4 rebonds en 10 minutes pour la promesse serbe. Mais c’était trop peu.

Premier titre pour un club turc

Car outre la puissance, il y avait aussi l’adresse. Celle folle d’un Nikola Kalinic qui n’a rien raté ou presque, à l’image de ce shoot de loin, dans le dernier quart temps, qui a comme arrêté sa course sur le cercle avant de tomber dedans. 17 points, 5 rebonds et 5 passes pour lui. L’adresse de Bogdan Bogdanovic, parfois insolent de facilité, mais que son coach ne manque pas d'incendier à chaque écart. L'adresse de Louigi Datome, sorti de sa boite dans le troisième quart temps pour écarter la menace grecque. 13/25 à 3-points au final pour le Fener, contre 9/26 pour l’Olympiakos. Vassilis Spanoulis, diabolique en demi-finale, n’a cette fois pas fait de miracle. 9 points à 2/12 pour le meneur des Reds, qui compense sa maladresse en distribuant 8 passes.

Construite et programmée par le légendaire Zeljko Obradovic – qui récolte au passage sa neuvième Euroleague ! – le Fenerbahçe ne pouvait pas laisser passer l’occasion de triompher à domicile. Auteure d’un parcours parfois chaotique en saison régulière, gênée par les blessures, l’armada jaune et noir est montée en température dans ces playoffs qu’elle termine invaincue. Dans une salle bouillante durant l’ensemble de ce Final Four, le Fener aura offert un basket de grande qualité à tous les amoureux de ce sport. La Turquie va désormais pouvoir bruyamment fêter son premier titre dans la reine des compétitions européenne.


-----------------------------------------------------------------------------------------
En Bref :
Champion l'année dernière, le CSKA de Nando De Colo a terminé la compétition sur le podium, battant largement le Real dans le match pour la troisième place, 94-70. Le Français a bouclé la rencontre avec 13 points à 4/12 au tir et 11 d'évaluation en 23 minutes.  

21 mai 2017 à 22:12
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GAËTAN DELAFOLIE
Passe les vacances à camper dans les raquettes.
Gaëtan Delafolie
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
Autres journées