EUROLEAGUE


SES DEUX ANS AUX ETATS-UNIS, SA SIGNATURE À KAUNAS... AXEL TOUPANE FAIT LE POINT

Axel Toupane
Crédit photo : DR

Axel Toupane a signé au Zalgiris Kaunas, club lituanien disputant l'EuroLeague. Il nous explique pourquoi.

C'est depuis Toronto, où il s'est bien installé depuis deux ans, qu'Axel Toupane nous a répondu jeudi soir. La veille, l'arrière/ailier français a retourné le contrat envoyé par le Zalgiris Kaunas paraphé d'un petit "AT". L'Auvergnat s'est engagé pour le club légendaire lituanien une saison, avec une autre optionnelle. Il va donc disputer l'EuroLeague après avoir passé les deux dernières saisons aux Etats-Unis, jouant essentiellement en D-League mais découvrant aussi la NBA (d'abord avec Denver, ensuite avec La Nouvelle Orléans).

"Je suis très content, c'est l'équipe qui me voulait vraiment. Ca fait un petit moment qu'ils me suivaient et lorsqu'ils ont vu que j'étais libre, ils ont sauté sur l'occasion. J'ai parlé au coach, il me voulait vraiment aussi. C'est ça qui a pesé dans la balance. Après c'est un club d'EuroLeague assez jeune, généralement c'est un bon tremplin pour les joueurs. C'est ce qui m'a plu."

Un tremplin qu'a pris Léo Westermann. Né en Alsace comme Toupane, il a signé à Kaunas l'été dernier et y a réalisé une belle saison 2016/17. En juin, il s'est engagé au CSKA Moscou.

"J'ai échangé avec Léo, je connais d'autres qui sont passés par Kaunas, Justin Dentmon et Donatas Motiejunas. Il n'en ressort que des bonnes choses. La ville est plutôt petite mais elle est sympa. La salle est géniale, la salle d'entraînement aussi, les mecs sont payés à l'heure. C'est sérieux."

Au Zalgiris, il aura comme coach Sarunas Jasikevicius. Légende locale, il bénéficie d'une énorme aura dans le basketball européen après une grande carrière de joueur. Un plus pour Toupane et son équipe.

"Je pense que je vais beaucoup apprendre avec lui, je suis un garçon qui écoute généralement. Ce n'est pas parce que tu n'as pas été joueur que tu n'es pas bon comme coach, loin de là, mais quand un ancien joueur te dit ce qu'il faut faire, peut-être que tu vas lui faire confiance plus vite ou que tu vas t'inscrire dans ce qu'il dit, et vraiment croire en ce qu'il dit."

A Kaunas, l'objectif sera de se rapprocher le plus possible du top 8 pour espérer jouer les playoffs. En parallèle, le club joue également en première division lituanienne, mais plus en VTB League, le championnat des meilleurs formations de l'ex-bloc soviétique.

"L'objectif, c'est surtout l'EuroLeague. Le championnat et la Coupe, c'est toujours important pour le club de le gagner. Après c'est clair que le niveau est plus faible, donc ça permet de se concentrer sur toute la première partie de la saison de l'EuroLeague. En plus le championnat commence plus tard. Avec le nouveau format de l'EuroLeague, il y a des semaines où tu joues deux matchs. Donc c'est très bien comme ça."

Signer en D-League ? Pas une si mauvaise idée

Il y a deux ans, Axel Toupane faisait le choix audacieux de quitter le championnat de France pour signer en D-League. Là-bas, alors que ce championnat est souvent dénigré en Europe, il y a acquis un certain statut. Après deux ans réussis sur place, il a rejoint un poids lourd du basketball européen.

"Des fois, ça me fait un peu rire. Les gens se demandaient ''pourquoi il n'est pas resté en Europe ?'' Quand je suis parti de Strasbourg - qui ne voulait même pas me resigner, - j'aurais pu signer à l'étranger en Europe. Mais c'était dans des clubs de fin de tableau, en Turquie ou des petits clubs espagnols. Donc je pense que mes deux dernières années elles ont été largement plus fructueuses que si j'étais resté en Europe. Les gens qui se demandaient ''pourquoi il n'est pas allé dans une grosse équipe d'EuroLeague plutôt que d'aller en NBA''... Je n'avais pas des offres comme le Barça ! C'est vrai que l'an passé j'ai eu quelques offres, mais je venais de jouer 20 matchs en NBA, donc il était logique que je poursuive là-bas. Et puis cette année, après avoir fait la navette entre la NBA et la D-League, je me suis dit que pour peut-être réussir à s'installer plus en NBA, faire une saison complète en EuroLeague avec un projet comme Kaunas était mieux que de repartir avec un contrat partiellement garanti ou un ''two-way contract''.  Cet été, il y a eu pas mal de joueurs venant d'Europe qui ont signé des contrats garantis."

Avec 14,6 points en 2015/16 puis 16,1 points en 2016/17, Axel Toupane a connu un autre rôle en D-League. Il a même planté 41 points dans le premier match des playoffs cette année. De quoi lui redonner confiance en attaque, lui qui était jusque là reconnu pour ses qualités défensives.

"J'étais considéré comme un stoppeur parce qu'à Strasbourg, c'est ce qu'on voulait que je fasse. J'ai essayé de tirer le maximum offensivement à Strasbourg. Je mettais quand même 8 points en 18 minutes dans la meilleure équipe, et ce n'est pas comme s'il y avait beaucoup de systèmes pour moi, mes points j'allais les chercher. En D-League, j'ai eu l'occasion d'avoir des responsabilités offensives, de jouer un peu comme je le faisais en jeunes. En passant pro, j'avais perdu cette opportunité. Donc c'était très bien de la retrouver. Ca a ouvert les yeux à beaucoup de gens, notamment aux Etats-Unis. J'ai quand même réussi à faire ce que je voulais faire en arrivant, c'est à dire à jouer en NBA. Je suis assez fier. Il ne faut pas oublier que la NBA est un business, c'est vraiment un monde à part entière dans le sens où il peut se passer tout et n'importe quoi. En ayant donné deux ans de D-League/NBA, pour le coup ça suffisait. L'offre de Kaunas c'était mieux que de repartir là-dedans."

L'EuroLeague, puis l'équipe de France ?

Après avoir joué en D-League durant deux saisons, Toupane affirme que le niveau y est bon.

"Le niveau individuel des joueurs est très bon. Les 40/45 meilleurs joueurs, sans compter tous les rookies NBA qui descendent pour avoir du temps de jeu, ils sont très bons. Il y en a plein qui signent en Europe. Individuellement, il y a beaucoup de talent. Après collectivement, c'est beaucoup moins poussé qu'en EuroLeague. C'est du à beaucoup de raisons : le calendrier, on n'a pas beaucoup de temps de préparation... C'est moins l'objectif. Le niveau de la ligue, ça joue ! Tu as trois ou quatre matchs par semaine."

S'il a joué un nombre important de matchs à Denver à la fin de l'exercie 2015/16, il n'a joué que deux matchs avec les Pelicans en 2016/17. Finalement, il a été coupé mardi, sans que ça ne le surprenne.

"J'étais au courant à partir de la Summer League. Je n'en veux à personne. Cela s'est très bien passé, avec les coachs et la franchise. Après la Summer League, ce n'était pas la meilleure expérience de ma vie. Mais c'est une expérience, je prends quoi qu'il arrive. Vu comment cela s'est passé, je savais que je n'allais pas rester là-bas. J'aurais pu atterrir quelque part d'autre, cela ne s'est pas fait. Plusieurs franchises étaient intéressées par un ''two-way contract'' mais je trouve que dans ma situation ce n'était pas le top. Pour Yakuba (Ouattara) en revanche, un contrat comme ça c'est parfait. Il va pouvoir toucher plus d'argent que s'il était simplement passé par la D-League, il va pouvoir jouer. C'est parfait pour un joueur qui vient d'arriver. Après, moi qui ai fait deux ans comme ça, c'était moins intéressant d'en refaire une troisième."

Devenant un joueur d'EuroLeague, Axel Toupane va désormais réellement devenir crédible pour l'équipe de France, d'autant plus qu'il y a des places à prendre dans l'aile. D'ailleurs, le natif de Mulhouse aurait pu très bien se retrouver dans le groupe cet été.

"J'ai reçu une convocation mais j'ai préféré me concentrer sur les Etats-Unis. A la base, La Nouvelle Orléans voulait que je reste avec eux, surtout que la saison NBA commence plus tôt en 2017/18. Ca reste un objectif, on verra comment ça se passera sur le futur."

Enfin, l'actualité des Toupane, c'est aussi la médaille de bronze de l'EuroBasket U20 masculin ramené par son père, Jean-Aimé. Une compétition qu'il a suivi avec attention.

"C'est dommage, ils sont passés un peu au travers sur la demi-finale. Mais les Israéliens ont fait un très bon match. Au final, ils ont fini sur une médaille et n'ont perdu qu'un match sur la compétition. Donc c'est plutôt pas mal."

Désormais, place à la préparation de la saison, toujours du côté de Toronto. Le début de la préparation est prévu pour le 23 août.

28 juillet 2017 à 13:08
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
5ème journée
13 octobre
Dijon
88
-
86
Chalon-sur-Saône
14 octobre
Monaco
86
-
62
Cholet
Boulazac
70
-
73
Châlons-Reims
Hyères-Toulon
78
-
72
Levallois Metropolitans
Le Mans
91
-
70
Bourg-en-Bresse
Lyon-Villeurbanne
83
-
69
Le Portel
Nanterre
93
-
77
Antibes
15 octobre
Limoges
80
-
74
Strasbourg
16 octobre
Gravelines-Dunkerque
65
-
57
Pau-Lacq-Orthez
Autres journées
PROGRAMME TV
18 octobre - 02h00
Cleveland Cavaliers
Boston Celtics
18 octobre - 04h30
Golden State Warriors
Houston Rockets
18 octobre - 04h40
Holon
Monaco
18 octobre - 07h15
Buzzer
18 octobre - 08h15
Gravelines-Dunkerque
Pau-Lacq-Orthez