instagram
EUROPE


BLAKE SCHILB : "L'EURO ? UNE EXPÉRIENCE EXCEPTIONNELLE"

Blake Schilb :
Crédit photo : Sébastien Grasset

L’équipe nationale tchèque a donc terminé son EuroBasket sur une bonne note : une qualification au Tournoi de qualification olympique (TQO) après une large victoire (97-70) contre la Lettonie en match de classement.

Il a aidé la République tchèque à réaliser le meilleur résultat de son histoire en basketball masculin. Blake Schilb, l'ancien joueur de l'Elan Chalon et du Paris-Levallois, revient sur sa compétition et son exérience.

Avec cette septième place historique (la meilleure depuis la création du pays en 1993), les Tchèques auront donc l’occasion de se qualifier pour les Jeux olympiques pour la première fois de leur histoire.

Cette expérience, Blake Schilb (1,98 m, 31 ans) en a été. Le MVP étranger de Pro A 2011/12, détenteur d’un passeport tchèque depuis peu (il a joué à Nymburk entre 2006 et 2009 et sa femme est Tchèque), a vécu une très belle expérience. « L’ambiance était exceptionnelle, le fait d’être dans quatre endroits différents puis ensuite d’être tous réunis ici, nous a-t-il confié après la victoire contre la Lettonie. La salle est incroyable, je n’ai jamais joué dans un lieu pareil. Il y a des fans que l’on ne peut à peine voir, il nous faut des jumelles. »

Il a retrouvé Tomáš Satoranský

Titularisé au poste 3, il a fait du Blake Schilb. Sans jamais forcer, il a livré ses 10 points à 47,1% de réussite aux tirs (44,1% à 3 points), 3 rebonds et 3 passes décisives en moins de 28 minutes. Surtout, il s’est fondu dans le moule, aidant notamment les jeunes leaders de la sélection, Tomáš Satoranský (23 ans) et Jan Vesely (25 ans). « Ils sont extrêmement talentueux. Je n’avais joué avec ou contre Jan. Tomáš a commencé à jouer à 15 ans en professionnel en République tchèque quand j’y étais. Voir à quel point il a grandi et le joueur qu’il est entrain de devenir, c’est super… J’essaye de le pousser, il reste un enfant, il peut encore être énervé et nerveux des fois. Le pousser, c’est parfois bien, il peut apprendre beaucoup de ça, surtout avec un tel potentiel. Jouer avec ces gars, c’est juste génial. » 

Des joueurs que Blake Schilb compte bien retrouver au TQO l’été prochain. « Il n’y aura que trois équipes qui sortiront sur dix-huit donc ce sera très dur. Mais si on a la même équipe, la même attitude que sur cet EuroBasket, comme la victoire contre la Croatie (en huitième de finale,  NDLR) ou celle de la qualification contre la Lettonie, on peut faire quelque chose de bien. »

En tous les cas, le Chicagoan se souviendra longtemps de cet été 2015. « L’expérience totale était géniale. C’était super bien organisé, tout le monde connaît et comprend le basketball, comme les journalistes, ils posent de très bonnes questions car ils sont souvent spécialisés. »

Faire encore mieux qu'avec Paris en Eurocup

Cependant, l’ancien joueur du Paris-Levallois s'est dit affecté par la sortie de l’équipe de France en demi-finale contre l’Espagne. « J’étais déçu aussi. Je connais plusieurs des joueurs de l’équipe (il était notamment le coéquipier de Joffrey Lauvergne à Chalon, NDLR, avec qui il a parlé juste avant la rencontre) et je sais à quel point ils ont travaillé dur pour être prêts au moment clé. Je sais à quel point c’est dur d’arrêter Pau Gasol. Ils ont encore une médaille à aller chercher et une équipe sur laquelle ils peuvent toujours construire. Sur le moment, c’était dur mais maintenant il faut utiliser ceci pour rebondir. »

Désormais, le point foward va se tourner vers sa saison au Galatasaray Istanbul en Turquie, club qu’il a rejoint cet été. Après un petit détour espéré aux Etats-Unis pour voir son frère, toujours malade. « Je vais essayer de rentrer aux Etats-Unis un petit peu pour m’occuper de choses car après j’y serai pour toute l’année. Mais je vais être à Istanbul le plus tôt possible. J’aimerais vraiment que l’on aille loin en Eurocup, je pense que l’on a super équipe pour ça. La saison dernière avec Paris, on a atteint les quarts de finale. C’était un avant-goût pour moi. Eh bien sur le championnat turc va être très dur. C’est ouvert pour beaucoup d’équipes, qu’elles soient en Euroleague ou en Eurocup. »

20 septembre 2015 à 13:49
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>