FÉMININES


ITW MARGAUX GALLIOU-LOKO, L'EXPÉRIENCE ALLEMANDE

Crédit photo : FIBA

Partie à Wasserburg cette saison, l’internationale française A' nous a raconté son adaptation et sa nouvelle vie, sur et en dehors des terrains.

Margaux Galliou-Loko (1,84m, 24 ans) foulait les parquets de LFB depuis 2009 et possède un palmarès retentissant en équipe de France jeune et A’. Jusqu’ici dans sa carrière internationale, l’ailière compte trois médailles européennes (le bronze U16 en 2009, le bronze U18 en 2010 et l'argent U18 en 2011), une médaille de bronze au Mondial U17 en 2010 et une médaille d'or au championnat du Monde universitaire 3x3 en 2014, où elle termina aussi MVP. L’été dernier, enfin, elle a fait partie de l’équipe de France A’ qui a remporté la médaille d’or aux Jeux de la francophonie.

Dans sa carrière LFB, Margaux Galliou-Loko a déjà gouté à un certain nombre de clubs. Elle débute à Bourges lorsqu’elle est encore cadette, où elle remporte d’ailleurs en 2009 et 2010 la Coupe de France U17, ainsi que le trophée de MVP de la finale en 2010. Après le titre de champion LFB de Bourges en 2012, elle rejoint Nice de 2012 à 2014 puis, lorsque l’équipe est reléguée en LF2,  se dirige vers Lyon (2014/15), Nantes (2015/16) et les Flammes Carolo (2016/17).

L'été dernier, elle a quitté le club ardennais pour tenter l’expérience à l'étranger, chez le champion allemand, le TSV 1880 Wasserburg. Cette saison, elle tourne à  10,9 points, 7,3 rebonds, et 1,2 interception de moyenne en 27 minutes dans le championnat national. Wasserburg est leader avec dix victoires en douze matchs. Une déception toutefois avec l'élimination en barrages de l'EuroCup, par Saint-Amand (-37), malgré de belles performances globales de la Nantaise d'origine :  12 points, 6,4 rebonds, 1,4 passe décisive de moyenne.

Par Maria Guramare,

Qu’est-ce qui vous a motivée à rejoindre le championnat allemand ? Avez-vous toujours voulu partir jouer à l’étranger ?

Alors, oui et non pour l’envie de partir à l’étranger… Il est évident que j’ai toujours eu dans un coin de ma tête cette envie de voir comment cela se passait à l’étranger. Après, je me sentais très bien en France et dans le championnat français. J’ai dû partir car je ne trouvais pas ma place dans l’effectif de Charleville où je jouais très peu. Du coup, j’ai saisi l’occasion d’aller jouer dans une équipe compétitive comme Wasserburg.

Qu’est-ce qui vous a attirée dans le projet de Wasserburg plus particulièrement ? Est-ce que l’Eurocup a été un élément important pour votre décision ?

Oui, bien sûr. L’EuroCup a été un élément majeur de ma venue ici. Ce qui m’a attiré dans ce club allemand, c’est également le fait que ce soit le champion d’Allemagne et de la coupe d’Allemagne depuis quelques années maintenant. Ce club est très familial, la salle est remplie à chacun de nos matchs à domicile et l’ambiance y est vraiment top !

"Le niveau de la Bundesliga est un peu plus faible que celui de la LFB"

Comment s’est déroulée votre adaptation sportive ? On voit que votre équipe est très diversifiée avec seulement trois joueuses de nationalité allemande : est-ce que cela a facilité votre transition dans ce pays étranger ou est-ce que cela pose vraiment des problèmes pour la construction du groupe ?

Alors ici, il est vrai qu’il y a cette (triste) règle qui permet aux clubs de construire une équipe sans joueuse allemande… Du coup, il y a beaucoup d’étrangères dans le championnat et notamment dans notre équipe. Malheureusement, notre plus grande joueuse allemande (Laura Hebecker) s’est blessée au genou pendant le dernier match de préparation. Elle s’est fait les croisés et elle est out jusqu’à la fin de la saison. Elle a été remplacée par une joueuse lettonne, Laura Audere. Du coup nous n’avons plus qu’une allemande, qui est une jeune joueuse qui ne joue pas beaucoup. L’adaptation sportive s’est très bien passée car seulement deux joueuses de la saison précédente avaient resigné. Du coup, l’effectif étant complètement nouveau, il a été très simple pour moi de trouver ma place au sein du groupe. Nous avons un très bon groupe qui vit bien ensemble, sur et en dehors du terrain.

Votre club est actuellement premier du championnat, comment trouvez-vous le niveau de la Damen-Basketball-Bundesliga (DBBL), le championnat allemand, par rapport à la Ligue Féminine de Basket notamment ?

Je dirais que le niveau est un peu plus faible que le championnat français mais il y a de très bonnes équipes également. Mais le championnat reste moins dense. Cependant, le championnat est plus physique ici, dans le sens où ça donne énormément de coups et les arbitres ne sifflent pas plus.

Hors des terrains, comment se déroule votre adaptation culturelle ? Parlez-vous allemand ?

Ici, la ville est petite, mais magnifique ! Je suis en Bavière donc la région est très belle et il y a beaucoup de choses à visiter. Les gens y sont adorables et très ouverts d’esprit. Ne parlant pas un mot d’allemand, je pensais que ça allait être compliqué, mais au final, beaucoup parlent anglais. Du coup, ça a été plutôt simple. Après, je voulais m’intégrer encore plus et m’enrichir de cette culture. C’est pourquoi j’ai pris, et prends encore, des cours d’allemand dès mon arrivée. Alors maintenant… ja, Ich spreche ein bisschen Deutsch (elle sourit).

Êtes-vous globalement satisfaite de cette expérience à l’étranger pour le moment ? Quels sont vos objectifs pour la suite ?

Pour le moment, je suis très satisfaite de la saison et de cette expérience allemande. Mon objectif est de gagner le championnat allemand, ainsi que la coupe d’Allemagne. Les titres sont à Wasserburg depuis quelques années maintenant, donc on doit faire tout pour qu’ils puissent revenir à la maison à la fin de saison (elle sourit).


MGL a terminé la campagne d'EuroCup avec une évaluation moyenne de 13,4
(photo : Andreas Brei)

07 janvier 2018 à 16:30
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
RÉDACTION BEBASKET
Rédaction Bebasket
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
17ème journée
19 janvier
Antibes
73
-
82
Levallois Metropolitans
Châlons-Reims
63
-
95
Bourg-en-Bresse
Dijon
20h30
Le Mans
20 janvier
Boulazac
20h00
Cholet
Le Portel
20h00
Chalon-sur-Saône
Limoges
80
-
72
Gravelines-Dunkerque
Lyon-Villeurbanne
20h00
Hyères-Toulon
Nanterre
20h00
Monaco
Strasbourg
20h00
Pau-Lacq-Orthez
Autres journées
PROGRAMME TV
21 janvier - 01h30
Philadelphia 76ers
Milwaukee Bucks
21 janvier - 02h00
Limoges
Gravelines-Dunkerque
21 janvier - 02h30
Houston Rockets
Golden State Warriors
21 janvier - 05h30
Panathinaïkos
Barcelone
21 janvier - 07h45
Utah Jazz
New York Knicks
Coaching