FRANCE


ITW JOFFREY LAUVERGNE, APPRENTISSAGE EXPRESS À DENVER

ITW Joffrey Lauvergne, apprentissage express à Denver
Crédit photo : Sébastien Meunier

Avant d'entamer un été chargé, le nouvel intérieur des Nuggets (3,9 points à 40%, 3,2 rebonds et 0,5 passe décisive en 24 matchs) a fait le point avec BeBasket sur son actualité.

Après un joli parcours en Europe qui l'a emmené de l'Elan Chalon jusqu'au Khimki Moscou, en passant par Valencia et le Partizan Belgrade, Joffrey Lauvergne a posé ses valises de l’autre côté de l’Atlantique à Denver pour la fin de la saison 2014/15 et les deux prochains exercices.

Entretien réalisé par Frédéric Dussidour

Ta saison NBA s’est arrêtée mi-avril, qu’as tu fait depuis ?

Je me suis permis deux semaines sans basket. Cela fait trois ans que j’enchaîne les préparations pour l’équipe nationale et les entraînements individuels. Depuis, je n’avais pas fait de coupure. Cela fait du bien mais je reprends l’entraînement cette semaine.

Avant de revenir en France, as–tu eu l’occasion de parler avec le coach Melvin Hunt qui avait remplacé Brian Shaw en fin de saison ?

Nous avons discuté mais pas plus que ça, car pour le moment Denver n’a pas pris de décision en ce qui concerne le prolongement ou non du coach. Il va sûrement falloir attendre la fin des playoffs pour connaître leur décision. Il est vrai que j’ai moins joué au moment du changement d'entraîneur mais c’était compréhensible, c’était son premier job en tant que coach. Il a toujours été assistant et voulait gagner les matchs pour montrer à l’organisation ce dont il était capable. Il s’est donc appuyé sur les joueurs « cadres » et j’en ai fait les frais mais plus parce qu’il ne me connaissait pas qu’autre chose.

"En NBA, la pression est moindre qu'en Europe"

Après deux mois au sein des Nuggets, quels sont tes premières impressions sur la NBA ?

En NBA, le jeu est athlétique avec beaucoup de courses notamment et une certaine liberté en attaque. Le jeu est moins sous contrôle qu’en Europe. La pression est moindre qu’en Europe aussi. En NBA, tu joues ta saison avec les playoffs comme unique objectif. En Europe, il y a le championnat, une coupe européenne et parfois la coupe nationale. Il ne faut pas te rater car cela a un impact sur la saison suivante. Les dirigeants en Europe te le font comprendre. Au Khimki Moscou par exemple, j’ai ressenti plus de pression qu’à Denver.

Les chaudes ambiances du Pionir ne te manquent pas ?

En arrivant en NBA, je savais que cela allait être très différent. Cela me manque un peu mais je suis passé à autre chose. Si je veux retrouver une telle ambiance, je devrais retourner au Partizan. Comme je te l’ai dit précédemment, la pression est moindre. En NBA, il n’est pas question d’accession et de relégation donc les supporters viennent nous voir jouer et nous encouragent à leur façon.

"Six repas par jour"

As-tu travaillé avec le « fameux » préparateur physique de Denver, Steeve Hess ?

Oh oui ! C'est un bon gars, très très démonstratif quand il nous fait bosser. Il m’a donné un programme physique et alimentaire assez copieux. Ce n’est pas évident. En plus du travail physique, je dois respecter le rythme de six repas par jour. Par conséquent, je dois me lever tôt le matin pour pouvoir tout gérer correctement. Je suis content car il a respecté ce que je lui ai demandé, à savoir pas de compléments « chimiques ». Je n’ai pas confiance en ce genre d’alimentation.

Quel est ton programme cet été ?

Je reprends cette semaine les entraînements individuels avec mon père pendant un mois environ. Après, je pars pour une dizaine de jours à Denver puis direction la Serbie pour retrouver les coaches du Partizan. Ensuite, je vais devoir faire la Summer League à Las Vegas et enchainer la préparation avec l’équipe de France pour l’Euro vers la mi-juillet.

"Pas envie de m'arrêter là avec les Bleus"

Justement, l'EuroBasket en France se rapproche à grands pas, tu y penses ?

Oui bien sûr, c’est vraiment sympa d’avoir cet Euro en France après les résultats que nous avons eu ces dernières années. L’ambiance risque d’être très sympa. Maintenant, pour moi, ma plus grosse motivation est de jouer pour le maillot bleu. J’ai eu l’opportunité de participer aux derniers résultats de cette équipe et je n'ai pas envie de m'arrêter là.


Lauvergne : deux étés avec les Bleus, deux médailles (photo : Sébastien Meunier)
04 mai 2015 à 13:10
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEXANDRE LACOSTE
Je vis pour les France - Espagne
Alexandre Lacoste
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
Autres journées
PROGRAMME TV
22 aout - 21h00
France
Italie
25 aout - 17h15
France
Belgique
29 aout - 03h00
France
Belgique