INTERVIEWS


ITW OLIVIER MAZET, L'AGENT QUI VIT SA PREMIÈRE RENTRÉE NBA

Olivier Mazet
Crédit photo : Hoopcast

Comme ses clients stars, Frank Ntilikina et Guerschon Yabusele, l'agent Olivier Mazet vit sa première rentrée NBA. Entretien.

Alors que la saison NBA vient de reprendre, on a parlé de tout avec Olivier Mazet, l’agent (entre autres joueurs) de Frank Ntilikina : son approche du métier, sa notoriété grandissante ou encore le « dossier » Yabusele. Entre le titre de champion de France de Jérémy Nzeulie ou encore la Draft de Frank Ntilikina, l’agent a été servi en émotions ces derniers mois. Découverte.

La reprise NBA a eu lieu mardi, comment se sont déroulées les dernières semaines pour vos deux clients, Frank Ntilikina et Guerschon Yabusele ?

Pour Guerschon, la transition s’est faite en douceur. Il avait joué un peu en G-League en fin de saison dernière et pu prendre la température par rapport à la franchise, au staff… Pour Frank, ça a été la découverte. Il a pu prendre des repères dans son quotidien, lors du training camp. Et puis, il en a profité pour soigner son corps après une longue saison : championnat, coupe d’Europe, championnat d’Europe U18, la Draft… Il est passé par la case soins, parce qu’il avait pris un coup au match 5 de la finale de Pro A.

Comment sont-ils entourés sur place ?

Ce sont deux garçons très bien accompagnés. Autour de Frank, sa famille est très présente : un de ses frères est déjà venu, l’autre viendra plus tard et sa mère est à New York sur le début de saison. J’ai aussi un collègue, Richie Felder, qui est basé dans le New Jersey. Quant à Guerschon, il a déjà découvert le statut d’être un joueur étranger dans un autre pays, avec tout ce qu’être en Chine implique, comme la barrière de la langue. Et puis, j’irai les voir une semaine tous les mois, pour m’assurer que tout va bien (Olivier Mazet a pris l'avion ce vendredi matin pour rendre visite à ses deux principaux clients).

Frank a-t-il déjà des garanties, ou au moins la confiance du coaching staff ?

La concurrence est telle en NBA qu’on ne peut pas avoir de garanties. Après, en le choisissant aussi haut, les Knicks ont montré qu’ils avaient des attentes par rapport à Frank. Ils y croient, il y a une vraie volonté de développement autour de lui. C’est un projet à moyen terme.

Pourtant, les Knicks ont signé Trey Burke peu de temps avant la reprise…

Tout va très vite en NBA, la preuve, les Knicks ont fini par relâcher ses droits. La NBA est une ligue qui compte beaucoup de mouvements de joueurs, on est obligé de se préparer à ça, de se protéger. Ca interpelle forcément, après, ce n’est pas une source d’inquiétude.

Où en êtes-vous par rapport au dossier de Guerschon et des réclamations de Rouen et de Roanne autour de son buy-out ?

On a choisi de ne pas s’exprimer là-dessus, de garder du recul. Les gens concernés savent que le dossier n’est pas aussi simple que cela, avec d’énormes irrégularités administratives qui ont été commises et qui amènent à la situation actuelle. L’affaire est en cours, on laisse travailler les avocats.



« Je m’efforce d’être entouré de joueurs biens »



Au niveau de la Pro A, vous êtes en train de devenir un agent qui compte de plus en plus, notamment avec les arrivées de Charles Kahudi, Mam’ Jaiteh ou encore Bathiste Tchouaffé dans votre agence. Comment l’explique-t-on ?

Le basket français est un microcosme, tout se sait très vite. Cet investissement, cette présence aux côtés des garçons… Les joueurs se parlent, et ce sont finalement eux qui constituent ma première publicité. Par exemple, je connais Charles Kahudi depuis longtemps car je me suis occupé de la carrière de son frère, Henri. On a souvent échangé, on s’est rendu compte qu’on avait des valeurs communes et aujourd’hui, on travaille ensemble. Je m’efforce d’être entouré de joueurs biens, les (Jérémy) Nzeulie, (Kevin) Corre, (Kevin) Harley, (Gédéon) Pitard…  Derrière, ça facilite mon travail et le développement de l’agence.
 
Pour expliquer cette montée en puissance, certains avancent que vous avez profité d’un contexte favorable, à savoir que Charles Kahudi n’avait finalement pas trouvé de contrat à l’étranger ou encore que Mam’ Jaiteh n’avait pas la carrière espérée…

Je ne prête pas d’attention à ce qui se dit. Dans ce milieu, c’est surtout une affaire de cycles. Comme dans tous les business, les entreprises qui grandissent et qui acquièrent de la reconnaissance deviennent plus attractives, et c’est ce qui se passe en ce moment avec l’arrivée de ces joueurs, qui sont en recherche d’autre chose.

Comment concevez-vous votre métier ?

Quand un joueur place sa confiance en toi pour gérer sa carrière, avec toute l’importance que ça comporte, c’est un acte très fort. Derrière, il faut essayer de la rendre au centuple. J’ai toujours mis en avant le critère humain dans mes collaborations. Je ne suis pas un agent de contrats. Ce qui me passionne, c’est de définir des plans de carrière, de fixer des étapes pour les jalonner… J’ai envie de partager avec mes clients, d’être à leurs côtés. Je ne suis pas là pour les collectionner sur une liste.

Ce côté très « humain » et proche de vos joueurs, ne craignez-vous pas de le perdre un peu avec votre développement actuel ?

J’ai eu cette réflexion et finalement ce besoin de structurer l’agence. Mon métier précédent – j’ai travaillé en comptabilité/finance à JC Decaux – m’a servi là-dessus. J’ai notamment recruté un jeune agent en fin de saison dernière, Emmanuel Esso, qui nous a rejoints pour garder cette capacité de proximité avec les joueurs. Parce que, forcément, avec la multiplication des contrats s’ensuit des zones géographiques de plus en plus importantes à couvrir et je n’ai pas le don d’ubiquité, ni d’hologramme !


Olivier Mazet compte une quarantaine de joueurs dans son agence dont Jérémy Nzeulie, Mam’ Jaiteh, Charles Kahudi, Gédéon Pitard, Maxime Roos, Bathiste Tchouaffé, Jean-Frédéric et Romuald Morency, Maxime Courby, Jérôme Sanchez, Gauthier Denis, Assane N’Doye, Kevin Corre, Maël Lebrun, Kevin Harley, Antoine Wallez, Alexis Desespringalle, Angelo Tsagarakis, Frank Ntilikina, Guerschon Yabusele…

20 octobre 2017 à 11:16
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
XAVIER COLLIN
Un mélange de Dee Spencer et de Flo Piétrus. NB : d’un dauphin, t’en fais pas un requin.
Xavier Collin
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
10ème journée
17 novembre
Dijon
101
-
81
Boulazac
18 novembre
Châlons-Reims
76
-
85
Nanterre
Chalon-sur-Saône
82
-
67
Hyères-Toulon
Le Mans
77
-
63
Le Portel
Limoges
98
-
80
Antibes
Levallois Metropolitans
55
-
67
Cholet
Pau-Lacq-Orthez
68
-
90
Monaco
19 novembre
Gravelines-Dunkerque
78
-
70
Bourg-en-Bresse
Strasbourg
82
-
76
Lyon-Villeurbanne
Autres journées
PROGRAMME TV
22 novembre - 04h30
Los Angeles Lakers
Chicago Bulls
22 novembre - 05h30
Strasbourg
Lyon-Villeurbanne
22 novembre - 07h45
Pau-Lacq-Orthez
Monaco
22 novembre - 09h00
Strasbourg
Lyon-Villeurbanne
22 novembre - 10h45
France - Roumanie, Qualifications de la Coupe du Monde 2018