instagram
JO 2016 FÉMININ


LES ENJEUX DU DERNIER MATCH DES BLEUES

Crédit photo : FIBA

D'ores et déjà qualifiée pour les quarts de finale, l'équipe de France féminine disputera toutefois un dernier match très important face au Japon. Explications.

Après les quatre premières journées, on connaît le nom des quatre équipes qualifiées pour les quarts de finale dans le groupe A : Australie, France, Turquie et Japon. Si les Opals sont assurées de terminer à la première place, évitant ainsi de croiser Team USA avant la finale, les places de 2 à 4 sont à prendre et auront leur importance pour la suite de la compétition.

 

Les Bleues ont leur destin entre les mains

Les joueuses de Valérie Garnier n'ont pas de question à se poser. Une victoire face au Japon pour terminer le premier tour et elles obtiendront la deuxième place de leur groupe ce qui leur permettra de croiser avec le troisième du groupe B (très vraisemblablement, le perdant du match Espagne-Canada qui clôturera le premier tour dimanche).

En revanche, plusieurs scénarios existent en cas de défaite, dont certains qui auraient des conséquences assez dramatiques.

 

Le facteur turc

Les Bleues connaîtront leur situation exacte au moment d'affronter le Japon, puisque le premier facteur déterminant sera le match entre la Turquie et le Brésil qui sera se jouera en amont. Si le Brésil parvient à ouvrir son compteur et à dompter les joueuses du Bosphore, une défaite contre les Japonaises offrirait automatiquement la troisième place aux Françaises

Dans le cas (plus probable) où la Turquie battrait le Brésil, nous aurions droit à une égalité à trois entre la France, la Turquie et le Japon, toujours en cas de défaite face aux Nippones, évidemment. Trois cas de figure se présentent alors.

 

  • L'équipe de France s'incline de 14 points ou moins

Leur large victoire sur la Turquie en ouverture (55-39) permet aux Bleues de voir venir. Elles ont ainsi une marge de 14 points dans une éventuelle défaite, qui leur permet tout de même de conserver la deuxième place.

Le Japon a en effet été battu de 14 points par la Turquie et part donc avec une marge de retard conséquente, tandis que la Turquie présente un point-average particulier de -2. 

 

  • L'équipe de France s'incline de 15, 16 ou 17 points

Ces trois marges lors d'une éventuelle défaite enverraient les Bleues à la troisième place de leur groupe, car leur permettrait de rester devant la Turquie, avec un point-average particulier de +1, 0 et -1 respectivement.

 

  • L'équipe de France s'incline de 18 points

Dans le cas d'une défaite de 18 points, les Bleues seront à égalité au point-average à trois avec la Turquie. Le critère suivant étant le nombre de points marqués dans les matchs concernant les trois équipes, les Bleues auraient besoin de marquer 61 points ou plus dans leur défaite face au Japon pour rester devant les Turques à la troisième place.

 

  • L'équipe de France s'incline de plus de 18 points

Voici le scénario catastrophe pour les Françaises. En cas de large défaite, elles se retrouveraient avec une 4e place peu enviable, celle qui "offre" un croisement dès les quarts de finale avec l'invincible armada de Team USA.

 

Conclusion

Les Bleues sont idéalement placée pour éviter cette fameuse quatrième place et devraient y parvenir sans trop de problème. Peut alors éventuellement se poser la question de savoir si la troisième place n'est pas plus intéressante que la deuxième.

Comme on a pu le voir dans le tournoi masculin avec un France-Serbie douteux, la troisième place permet d'éviter les Etats-Unis dans une éventuelle demi-finale, et offrirait plutôt un choc contre l'Australie, autre épouvantail du tournoi, mais à dimension plus "humaine" comme on a pu le voir encore ce jeudi.

Mais le calcul est beaucoup trop aléatoire dans le cas où la Turquie viendrait à bout du Brésil. Nul doute que Valérie Garnier et ses protégées seront concentrées pour aller chercher un succès contre le Japon, sans vraiment penser si loin.

12 aout 2016 à 16:33
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
VINCENT THIOLLIÈRE
Tombé sur un ballon orange dès ma naissance, il ne m'a plus jamais quitté. Avec lui, c'est pour la vie.
Vincent Thiollière
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>