JO 2016 FÉMININ


NOS DISTINCTIONS INDIVIDUELLES POUR LE TOURNOI FÉMININ

Crédit photo : FIBA

Après deux semaines de compétition, voici ce que nous retiendrons du tournoi féminin des Jeux olympiques au-delà des résultats bruts.

Aux Jeux olympiques, seules les médailles collectives comptent. Nous avons donc décidés de décerner les traditionnelles récompenses individuelles. Ces choix n'appartiennent qu'à nous et ne représentent probablement pas une vérité absolue, mais ils résument bien la façon dont nous avons ressenti le tournoi féminin des Jeux, dominé une fois de plus par une fabuleuse équipe de Team USA.

 

MVP

  • Diana Taurasi (Etats-Unis - 15,6 points à 57% aux tirs dont 58% à 3 points et 91% aux lancers-francs, 2,5 rebonds et 3,2 passes décisives en 24,4 minutes)

La superstar états-unienne plane toujours sur le basket féminin mondial. Chef de meute d'une équipe historiquement dominante, elle a été d'une justesse incroyable durant deux semaines, en témoignent des pourcentages aux tirs tout simplement indécents compte tenu du volume de tirs et de la régularité avec laquelle elle a performé chaque jour. La grande classe jusqu'au bout.

 

Cinq idéal

  • Diana Taurasi (Etats-Unis - 15,6 points à 57% aux tirs, 2,5 rebonds et 3,2 passes décisives en 24,4 minutes)
  • Alba Torrens (Espagne - 16,4 points à 47% aux tirs, 5,8 rebonds et 3,1 passes décisives en 30,1 minutes)
  • Sonja Petrovic (Serbie - 14,6 points à 42% aux tirs, 5,1 rebonds et 3,6 passes décisives en 28,6 minutes)
  • Lara Sanders (Turquie - 22 points à 54% aux tirs, 8,2 rebonds et 1,5 contre en 36,5 minutes)
  • Liz Cambage (Australie - 23,5 points à 58% aux tirs et 10,3 rebonds en 23,8 minutes)

Si elle a principalement évolué au poste 2, Taurasi a parfois évolué au poste 1, ce qui nous permet d'intégrer deux ailières qui ont activement participé au superbe parcours de son équipe. Alba Torrens a confirmé durant cette quinzaine qu'elle était une des toutes meilleures joueuses du vieux continent, si ce n'est la meilleure. Sonja Petrovic n'est pas la meilleure marqueuse, ni même le leader désigné de la Serbie. Mais elle en est le troisième poumon, celle qui comble les brèches, capable de tout sur un terrain. Sa fin de tournoi exemplaire après une blessure à l'épaule en est peut-être la plus belle preuve.

Lara Sanders a bien failli emmener une équipe de Turquie relativement limitée en demi-finale avec une poignée de prestations de très haute-volée après son premier match manqué face à l'équipe de France. Enfin, Liz Cambage est une des seules joueuses du "reste du monde" qui aurait sa place au sein de Team USA. Une montagne physique avec des mains en or et dont seules la motivation en défense et la propension à multiplier les fautes prématurées peuvent remettre en question son niveau de jeu global.

 

Mentions

  • Maya Moore (Etats-Unis - 12 points à 52% aux tirs, 5,6 rebonds, 4,2 passes décisives et 2 interceptions)
  • Brittney Griner (Etats-Unis - 9,8 points à 69% aux tirs, 5,9 rebonds et 1,4 contre)
  • Astou Ndour (Espagne - 13,2 points, 8,2 rebonds et 2,1 contres en 27,4 minutes)
  • Olivia Epoupa (France - 9,5 points, 4,4 rebonds, 4,8 passes décisives et 2,9 interceptions)
  • Penny Taylor (Australie - 13,2 points, 4,7 rebonds, 5,5 passes décisives et 2 interceptions)
  • Ramu Tokashiki (Japon - 17 points et 6,3 rebonds)
  • Asami Yoshida (Japon - 11,2 points, 3,8 rebonds, 8,7 passes décisives et 2,7 interceptions)
  • Ana Dabovic (Serbie - 13 points, 2,8 rebonds et 4 passes décisives)
  • Isil Alben (Turquie - 10,2 points, 6 rebonds, 4,2 passes décisives et 2,5 interceptions)

Outre les championnes olympiques dont la production reste exceptionnelle en raison de la répartition des temps de jeu et des responsabilités, on retiendra les belles performances japonaises avec le duo Yoshida-Tokashiki, colonne vertébrale de l'équipe qui a enchanté le public lors de cette quinzaine et qui sera à surveiller de très près à domicile dans quatre ans.

Comment ne pas citer également Penny Taylor, qui a tiré sa révérence sur la scène internationale avec quelques prestations de très grande classe. Enfin, on terminera par Olivia Epoupa, mise sur le devant de la scène au dernier moment en raison du forfait de Céline Dumerc et qui a assumé avec brio ses nouvelles responsabilités, un peu à la manière d'Astou Ndour, remplaçant Sancho Lyttle pour les médaillées d'argent espagnoles au pied levé.

22 aout 2016 à 15:33
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
VINCENT THIOLLIÈRE
Tombé sur un ballon orange dès ma naissance, il ne m'a plus jamais quitté. Avec lui, c'est pour la vie.
Vincent Thiollière
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
Autres journées