instagram
LFB


CÉLINE DUMERC : "JE NE JOUE PAS POUR ÊTRE DANS LES LIVRES"

Céline Dumerc : Je ne joue pas pour être dans les livres
Crédit photo : Olivier Martin

Dans plusieurs années, quand les générations futures se pencheront sur les livres d'histoire du basket français, forcément, beaucoup de pages seront consacrées aux Tony Parker, Boris Diaw et autres Antoine Rigaudeau.

Mais nul doute qu'une place importante devrait être réservée à l'ambassadrice du basket féminin des quinze dernières années, à celle qui a réussi à faire aimer le basket féminin à bon nombre de spectateurs, à celle qui en aura fait rêver plus d'un lors des Jeux Olympiques de Londres en 2012. Elle, c'est Céline Dumerc. Bien évidemment.

Avec un palmarès long comme le bras, tant en club (six fois championne de France, cinq fois vainqueur de la Coupe de France, deux fois championne de Russie, etc.) qu'en équipe de France (championne d'Europe en 2009, vice-championne olympique en 2012, vice-championne d'Europe en 2013 et 2015, etc.), la native de Tarbes, à 34 ans, court toujours après son premier sacre sur la scène continentale avec un club. Après avoir échoué en finale de la Coupe Ronchetti (l'ancêtre de l'EuroCup) en 2002 avec Tarbes - elle était toute jeune à l'époque -, Céline Dumerc avait tenté en 2009 l'aventure avec Ekaterinbourg, l'un des plus grands clubs européens, afin de décrocher le titre suprême, l'EuroLeague. Mais par deux fois, elle échouera. A chaque fois en demi-finale (2010 et 2011). Revenue avec Bourges, elle connaîtra de nouveau les joies du haut niveau européen, mais sans jamais décrocher le graal. Au final, trois troisième place (2010, 2011 et 2013) et trois quatrième place (2007, 2008 et 2014) à son compteur.

Aujourd'hui, la capitaine du Tango Bourges Basket et des Bleues a l'occasion d'être sacrée. Certes, ce n'est pas l'EuroLeague, mais tout de même. Avec ses coéquipières, Céline Dumerc n'est plus qu'à quarante minutes de soulever le premier trophée européen de son histoire. De là à la motiver encore plus ?

"En fait, j'ai envie de gagner tout ce qu'il m'est possible de gagner cette année", a-t-elle expliqué au Berry. "Je ne fais pas de différence entre telle ou telle finale. Je m'en fous de la couleur du trophée. Je veux gagner des titres parce que ça concrétise le travail de l'équipe sur la saison."

Si elle avoue ne pas trop se soucier de quel trophée elle remporte, force est de constater qu'avec ce succès en EuroCup, la vice-championne olympique écrirait une nouvelle ligne à sa légende. Ce mercredi soir (coup d'envoi à 20h30 en direct sur Ma Chaîne Sport) ce sera d'ailleurs le dernier match européen de Céline Dumerc avec le Tango Bourges Basket. De quoi marquer un peu plus l'histoire du club berruyer.

"Bien sûr, mais ce n'est pas ce qui m'anime en premier lieu. Ça aura de la valeur plus tard. Je me referai le film… Après, je ne joue pas pour être dans les livres, mais pour vivre des moments forts avec l'équipe, avec le public. Pour l'instant, je pense plus aux systèmes qu'à tout ça."

13 avril 2016 à 14:15
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
AMAURY BOULAY
Spécialiste maison du basket féminin
Amaury Boulay
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
PRO A
06 décembre - 07h30
Lyon-Villeurbanne
Limoges