instagram
LFB


ET S'IL Y AVAIT UN ALL-STAR GAME EN LFB ?

All-Star Game virtuel
Crédit photo : Olivier Martin

Alors que la plupart des clubs ont repris l'entraînement en vue de la première journée de championnat prévue les 9 et 10 janvier prochain, il est temps de faire un premier bilan de cette saison LFB.

Comme en Pro A, la trêve hivernale est synonyme de All-Star Game, nous avons imaginé à quoi ressembleraient les deux sélections virtuelles pour un événement du même genre dans le championnat féminin.

Sélection française

Le cinq

  • Céline Dumerc (Bourges) : 11,6 points (50% aux tirs, 42% à 3 points), 3,3 rebonds et 4,2 passes décisives pour 14,4 d'évaluation
  • Gaëlle Skrela (Lattes-Montpellier) : 10,9 points (50% aux tirs, 38% à 3 points), 2,9 rebonds et 4,3 passes décisives pour 13,8 d'évaluation
  • Valériane Ayayi (Lattes-Montpellier) : 11,9 points (46% aux tirs, 32% à 3 points) et 5,7 rebonds pour 14 d'évaluation
  • Marielle Amant (Villeneuve d'Ascq) : 11,1 points (52% aux tirs, 38% à 3 points) et 4,8 rebonds pour 13 d'évaluation
  • Djéné Diawara (Nice) : 12,2 points (61% aux tirs) et 9,4 rebonds pour 16,6 d'évaluation

Peu de surprises dans le cinq de départ de la sélection française avec un duo d'arrières "historiques" figurant de nouveau parmi les meilleures joueuses du championnat, au sein d'équipes jouant les premiers rôles. Céline Dumerc et Gaëlle Skrela forment également le duo titulaire en équipe de France et sont toujours indéboulonnables à leur poste. Diandra Tchatchouang ayant peu joué durant la première partie de saison, c'est logiquement Valériane Ayayi qui occupe le poste d'ailière. A l'intérieur, Marielle Amant fut la joueuse la plus régulière de Villeneuve d'Ascq, longtemps leader du championnat et Djéné Diawara continue sur sa lancée de la saison dernière (élue MVP du championnat) avec une efficacité sans nulle autre pareille. Si on excepte Diawara qui défend les couleurs du Mali, les quatre autres sont incontestables dans le groupe élargi des Bleues.

Le banc

  • Amel Bouderra (Charleville-Mézières) : 12,8 points (41% aux tirs, 37% à 3 points), 3,1 rebonds et 6,7 passes décisives pour 13,5 d'évaluation
  • Marine Johannès (Mondeville) : 13,5 points (44% aux tirs, 43% à 3 points), 4 rebonds et 3,5 passes décisives pour 11,5 d'évaluation
  • K.B. Sharp (Mondeville) : 10,2 points (45% aux tirs, 42% à 3 points), 2,9 rebonds et 4 passes décisives pour 12,4 d'évaluation
  • Paoline Salagnac (Bourges) : 8,6 points (48% aux tirs, 50% à 3 points), 2,8 rebonds et 2,2 passes décisives pour 11 d'évaluation
  • Margaux Galliou-Loko (Nantes-Rezé) : 11,5 points (51% aux tirs, 49% à 3 points) et 4,3 rebonds pour 11,8 d'évaluation
  • Héléna Ciak (Bourges) : 8,5 points (57% aux tirs), 6,3 rebonds et 1,7 contre pour 14,7 d'évaluation
  • Aby Gaye (Villeneuve d'Ascq) : 8,7 points (61% aux tirs) et 5,2 rebonds pour 12 d'évaluation

Du classique avec des internationales confirmées comme Héléna Ciak et Paoline Salagnac ou encore K.B. Sharp toujours aussi régulière à bientôt 35 ans, mais aussi du neuf. Marine Johannès et Aby Gaye confirment les belles promesses entrevues ces dernières saisons et s'installent peu à peu comme des joueuses majeures de leur équipe et peut-être un jour de l'équipe de France. Elles ont d'ailleurs obtenues leur première sélection dans un match officiel chez les seniors à l'occasion des matchs de qualification pour le championnat d'Europe 2017 en novembre dernier. Deux joueuses pas encore appelées chez les Bleues complètent cette sélection : Amel Bouderra, maître à jouer des Flammes Carolo et meilleure passeuse du championnat qui livre une nouvelle saison de toute beauté, ainsi que Margaux Galliou-Loko dont le retour dans sa région natale a visiblement fait un bien fou après une saison un peu frustrante à Lyon. La grande absente de cette sélection est évidemment Olivia Epoupa dont l'absence prolongée a complètement déréglé l'équipe de Toulouse.


Kim Mestdagh (Photo : Alain Cugier)

 

Sélection étrangère

Le cinq

  • Queralt Casas (Nantes-Rezé) : 13,9 points (41% aux tirs, 13% à 3 points), 6,6 rebonds et 3,1 passes décisives pour 14,7 d'évaluation
  • Kim Mestdagh (Charleville-Mézières) : 13,0 points (47% aux tirs, 41% à 3 points), 4,1 rebonds et 2,5 passes décisives pour 14,1 d'évaluation
  • Romy Bär (Nice) : 9,3 points (43% aux tirs, 31% à 3 points), 5,1 rebonds et 4,6 passes décisives pour 13,4 d'évaluation
  • Courtney Hurt (Nice) : 13,9 points (50% aux tirs), 8,5 rebonds et 2,4 passes décisives pour 17 d'évaluation
  • Latoya Williams (Lyon) : 19,4 points (51% aux tirs, 52% à 3 points), 8,9 rebonds et 2,5 passes décisives pour 24,5 d'évaluation

Favorite pour le trophée de MVP, Latoya Williams est bien évidemment l'attraction de ce cinq de départ qui évolue par ailleurs sans meneuse de jeu type. Nous avons préféré choisir deux arrières particulièrement en vue depuis le début du championnat. Queralt Casas, fer de lance du NRB qui confirme dans un rôle de leader toutes les qualités qu'on lui connaissait et Kim Mestdagh dont le profil s'accorde parfaitement à celui de Bouderra chez les Flammes Carolo. Pour compléter ce cinq, le tandem à tout (bien) faire des Niss'Angels, Romy Bär-Courtney Hurt qui présente chaque semaine une opposition déroutante en termes de taille et de puissance.

Le banc

  • Hind Ben Abdelkader (Nice) : 11,4 points (42% aux tirs, 46% à 3 points), 2,8 rebonds et 3,1 passes décisives pour 10,8 d'évaluation
  • Gunta Basko-Melnarde (Basket Landes) : 10,9 points (48% aux tirs, 39% à 3 points), 2,6 rebonds et 2,1 passes décisives pour 9,4 d'évaluation
  • Johannah Leedham (Bourges) : 9,6 points (41% aux tirs, 36% à 3 points), 5,8 rebonds, 2,9 passes décisives pour 13,8 dévaluation
  • Danielle Page (Bourges) : 11,2 points (45% aux tirs, 39% à 3 points), 6,9 rebonds et 2,6 passes décisives pour 15,9 dévaluation
  • Lauren Ervin (Lyon) : 13,1 points (50% aux tirs, 29% à 3 points) et 10,8 rebonds pour 20,2 d'évaluation
  • Pauline Akonga-Nsimbo (Hainaut) : 19 points (50% aux tirs, 40% à 3 points) et 5,7 rebonds pour 15,3 d'évaluation
  • Iva Sliskovic (Basket Landes) : 11,2 points (57% aux tirs) et 6,8 rebonds pour 14,7 dévaluation

Beaucoup d'oubliées sur le banc, puisqu'on aurait pu choisir Kim Gaucher-Smith (Mondeville), Erin Rooney (Calais), Miranda Ayim (Basket Landes) ou encore Katherine (Nantes-Rezé) et Michelle (Mondeville) Plouffe parmi d'autres. Mais il fallait faire un choix, et le bilan collectif a souvent primé au moment de départager deux joueuses au rendement semblable. On pense notamment au duo Basko-Sliskovic qui évolue dans une équipe au bilan positif contrairement aux joueuses citées précédemment (sachant que Ayim fait les frais de leur présence). Le deux Berruyères Page et Leedham remplissent les mêmes conditions tout en ayant affiché une certaine régularité alors que leur équipe était touchée par les pépins physiques. Ervin et Akonga-Nsimbo sont récompensées pour leur domination dans un secteur de jeu bien précis (rebond pour l'une, scoring pour l'autre) alors que la Belge Hind Ben Abdelkader est la seule meneuse de jeu étrangère à se distinguer sur le plan individuel.

02 janvier 2016 à 09:18
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
VINCENT THIOLLIÈRE
Tombé sur un ballon orange dès ma naissance, il ne m'a plus jamais quitté. Avec lui, c'est pour la vie.
Vincent Thiollière
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>