instagram
LFB


EUROCUP : VILLENEUVE D'ASCQ À LA TRAÎNE

EuroCup : Villeneuve d'Ascq à la traîne
Crédit photo : FIBA Europe Christophe Delrue

Pour la première finale européenne de son Histoire, Villeneuve d'Ascq est passé à côté de la première manche, disputée ce jeudi soir dans son Palacium.

Battu par le Royal Castors de Braine, l'ESBVA a concédé la défaite (64-68) et aura surtout quatre points de retard à remonter en Belgique la semaine prochaine pour espérer décrocher cette EuroCup.

Evidemment, avec un format en matchs aller/retour, chaque point compte dans cette phase finale de la deuxième Coupe d'Europe. Et c'est donc avec quatre unités en leur défaveur que les joueuses villeneuvoises ont conclu la première moitié du match pour le titre. Elles en avaient compté neuf en début de match, prises d'entrée à la gorge par les Belges (0-9, 3e), venues en voisines avec une grosse centaine de kilomètres à parcourir et autant (voire plus) de supporters dans leurs bagages. Mais une fois passée cette mauvaise entame, les Nordistes se sont montrées entreprenantes. Dans le sillage de Virginie Brémont (15 points, 8 rebonds, 5 passes et 3 interceptions en 28 minutes), l'ESBVA menait 14-11 trois minutes plus tard, 23-20 en fin de premier quart-temps, puis 27-20 après douze minutes, soit sa plus grosse avance du match.

Carpréaux en récréation

Vaincu une seule fois jusque là dans la compétition - comme Villeneuve d'Ascq - le champion de Belgique en titre pouvait compter sur une formidable Anete Steinberga (23 points à 9/15 dont 3/4 à 3-points et 8 rebonds en 35 minutes) pour revenir au score. Déjà bien à l'aise de loin dans le premier quart, la shooteuse lettonne continuait de planter et affichait déjà 17 unités à son compteur après 16 minutes, soit plus de la moitié des points de Braine (31-33). L'expérimenté duo Megan Mahoney (12 points à 6/11, 5 rebonds et 3 passes) - Ann Wauters (10 points à 5/11 et 8 rebonds) lui répondait en fin de première mi-temps et redonnait la tête à l'ESBVA à mi-match (39-35).

Soutenu par un Palacium plein, le troisième de LFB continuait de dominer au retour des vestiaires, pointant avec six longueurs d'avance après 27 minutes (51-45) grâce à Marielle Amant (12 points à 5/6 et 4 rebonds). Mais en toute fin de troisième quart-temps, l'ancienne joueuse de l'ESBVA Marjorie Carpréaux (11 points à 5/13, 8 rebonds, 6 passes et 4 interceptions) inversait à elle toute seule la tendance avec agressivité et réussite, et redonnait l'avantage à Braine (53-55). Tellement en réussite, que l'insolente meneuse belge se permettait même ensuite de délivrer un caviar à Steinberga d'une passe aveugle au-dessus de la tête dos au panier ! Egalement bien alimenté par ses états-uniennes Sidney Spencer (14 points à 6/8) et Celeste Trahan (10 points à 4/6), le club du Plat pays tenait solidement les rênes dans l'ultime période, grâce à une défense montée d'un cran dans l'intensité et de l'envie au rebond offensif (58-63, 37e).

"Il reste 40 minutes"

Finalement, c'est Kim Mestdagh, meilleure scoreuse de Braine en EuroCup (15,9 points), qui offrait définitivement la victoire aux siennes dans l'avant-dernière minute (62-68). Peu en réussite jusqu'ici (7 points à 3/12 au final), elle rentrait son seul trois-points de la soirée en sept tentatives... Derrière l'arc, Johanne Gomis a elle aussi énormément raté la cible (7 points à 1/8 de loin). A deux reprises coup sur coup dans la dernière minute, l'arrière villeneuvoise renforçait le gros manque de réussite de son équipe à 6,75 m, puisque l'ESBVA a terminé avec un bien maigre 2/19 à 3-points et... ses 15 dernières tentatives ratées ! C'est finalement Virginie Brémont qui réduisait légèrement l'écart à -4, à une poignée de secondes de la fin sur la ligne des lancers-francs (64-68), où elle s'est montrée solide (8/10).

C'est avec ce retard que les joueuses de Frédéric Dusart se déplaceront jeudi prochain au Spiroudome de Charleroi (et ses 6000 places) pour le match retour. Au bout : un titre européen à aller chercher et un surnom ("les Guerrières") à confirmer pour l'Histoire. Suite à cette "grosse déception", espérons que les partenaires de Géraldine Robert - entrée en jeu seulement trois minutes ce soir - parviennent à renverser l'affaire comme en demi-finales et à se libérer. L'intérieure gabonaise était lucide après le match au micro de Grand Lille TV"on ne s'est pas assez lâché et on a joué avec beaucoup de retenue, peut-être à cause du stress". Mais comme elle l'a si bien dit pour conclure : "il reste quarante minutes, tout peut arriver".

19 mars 2015 à 21:48
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
EMILE VAIZAND
Je gazouille sport. Mais pas que...Blagues pourries assumées.
Emile Vaizand
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
PRO A
06 décembre - 07h30
Lyon-Villeurbanne
Limoges