instagram
LFB


ITW PIERRE FOSSET : "IL N'Y A AUCUNE COMPARAISON ENTRE LE NIVEAU LFB ET EUROLIGUE"

Président historique (il est en place depuis 1993) du Bourges Basket, Pierre Fosset a tout connu avec le club du Berry (11 titre de champion de France, 7 coupes de France, 3 titres d'Euroligue, etc.

). En attendant une seconde partie d'interview en début de semaine prochaine, plus axée sur le versant économique mais également sur les États Généraux du Sport Féminin en Équipe, son nouveau cheval de bataille, il revient avec nous sur la saison riche en émotions de son club de cœur. Entre blessures, Euroligue, Ligue Féminine, finale des playoffs et avenir, tout y passe. Entretien.

Propos recueillis par Olivier Martin.

Comment expliquez-vous ce parcours au F8 de l'Euroligue (où Bourges a terminé à la troisième place) après une semaine difficile ponctuée par deux défaites ?

On arrive, il y a le décalage horaire, en plus on ne s'entraîne pas et on prend donc 25 poins au premier match. Nous n'étions pas du tout dedans. J'avais vu les joueuses avant et, sur cette compétition, je ne leur ai pas mis la pression je leur ai dit : "Écoutez, on profite de la semaine ce que nous avons fait jusque-là c'est déjà bien donc faites vous plaisir". Je pense que c'est ce qu'elles ont fait comme sur le match suivant contre le Spartak où sur le terrain cette équipe est bien plus forte que nous. On gagne celui-là puis contre Schio qui est dans nos capacités. À ce moment-là les joueuses se sont dit : "on va tout donner pour aller le plus loin possible". Ça c'est fait tranquillement. On se prend Ekaterinbourg en demi-finale, là nous n'avions pas beaucoup de chance mais pour la troisième place Košice était plus ou moins à notre porté.

À la différence d'un championnat de France où nous sommes toujours le favori, à Ekaterinbourg nous étions le petit Poucet de la compétition et tout juste outsider. Au niveau du Championnat de France, notre niveau est tout autre et je ne peux pas faire mon Guy Roux en nous plaçant outsider. Ce que je vais dire ne va pas plaire à tout le monde mais c'est la vérité. Il n'y a aucune comparaison entre le niveau de la Ligue Féminine et celui de l'Euroligue et encore moins sur un F8 ou nous retrouvons toutes les meilleures joueuses mondiales que nous n'avons pas les moyens d'avoir en France.

Justement, les joueuses ne peuvent-elles pas avoir un manque de motivation à jouer le Championnat de France entre ces joutes Européennes ?

Pas la motivation, car je pense que lorsque les filles entrent sur le terrain, elles sont naturellement motivées. Après, il y a peut-être une concentration qui est différente. Je n'admets pas que l'on puisse dire que les joueuses ne sont pas motivées. Elles sont professionnelles et puis elles ont envie de gagner touts les matchs, quels qu'ils soient, et peu importe le niveau de l'équipe en face, qu'elle soit première ou dernière. Lorsque l'on on fait trois matchs dans une période de huit jours plus les déplacements, l'état de fatigue joue aussi un rôle important dans les résultats. C'est comme pour nous au travail certains jours.

Céline Dumerc disait juste avant le F8 que le jeu proposé serait bien plus propre que celui rencontré face à Montpellier lors de la 23e journée de Ligue Féminine,  qu'en pensez-vous ?

C'est surtout sifflé différemment, il n'y a pas photo. Lors du F8 nous avons trouvé que les rencontres avaient été très bien sifflées en règle générale, pas seulement pour Bourges mais aussi pour toutes les autres équipes. Pourtant à la FIBA on m'a dit que l'arbitrage avait été moyen, mais nous c'est de cette manière que nous aimerions être sifflé tous les week-ends.

"Notre but est de jouer l'Euroligue tous les ans"

Bourges vient de terminer sa 18e saison au plus haut niveau européen. Et si Bourges devait jouer l'EuroCup un jour ?

Notre but est de jouer l'Euroligue tous les ans mais il arrivera bien un jour où le club passera à travers et se retrouvera en EuroCup. Cependant cela ne mettra pas le club dans une mauvaise situation, du moins je ne pense pas. Les gens ne voient que par l'Euroligue mais ce ne sont que des sportives, à un moment donné il y en a d'autres qui veulent aussi gagner. Regardez cette saison, compte tenu du nombre de blessures dans l'équipe nous nous en sortons quand même bien, même très bien. Tous les clubs n'ont pas cette chance là. Il est vrai que nous essayons de toujours donner le top du top à notre public et nos partenaires mais bon voilà... peut être qu'un jour nous n'y arriverons pas, c'est la vie du sport. Cette année l'Olympique Lyonnais en football n'a pas fait la Champions League et pourtant ils s'en sortent bien. 

Sur cette saison, quels auront été les points forts et les points faibles de Bourges ?

Notre point fort aura été d'avoir atteint la 3e place de l'Euroligue et de faire la finale du championnat de France avec un effectif pourtant renouvelé en cours de saison suite aux blessures. Autant je n'aurais pas dit la même chose si nous avions gardé la même équipe qu'au départ mais là... En plus nous ne nous trompons pas sur le choix des deux jokers médicaux. Johannah Leedham s'est vite intégrée en apportant beaucoup à l'équipe quant à Marissa Coleman elle se sera bien donnée en réalisant elle aussi de très beaux matches. Pour moi, compte tenu des conditions, nous aurons vraiment fait une belle saison !

Concernant le point faible c'est notre élimination en Coupe de France. A un moment donné ça peut faire tâche face à une finale de championnat de France et une 3e place en Euroligue. Voilà, mais bon... on va dire que nous en avons laissé un peu aux autres.

Quels sont pour vous les causes de ce troisième revers consécutif en Coupe de France qui était pourtant l'un des objectifs annoncés du club ?

La fatigue, les blessures... je pense que nous étions fatigués et puis c'est intervenu après la blessure de Stella et je pense que moralement les filles en ont vraiment pris un coup. Après, vous savez c'est toujours compliqué la psychologie... et puis bon, sur ce match, nous nous sommes fait matraquer ça c'est clair !

..."Je trouve Montpellier plus fort que la saison dernière"

Quel est votre avis sur la finale que va jouer votre club face à Montpellier ?

Je trouve Montpellier plus fort que la saison dernière et puis elles jouent différemment, un peu comme Lyon, elles sortent un peu la « boite à calottes ». Nous avons vu à la vidéo comment Endy Miyem a eu le nez fracturé, cela ne c'est pas fait comme ça.

Bourges outsider ?

Oui, il suffit de regarder le classement, honneur au premier de la première phase (sourire).

Un petit pronostic ? Une finale en deux ou trois manches ?

(Rires) Je me verrais bien en deux manches ! Je ne vais quand même pas voter pour Montpellier, sinon je n'ai rien à faire là. L'équipe est bien, les filles ont récupéré et le baromètre est au beau.

"J'espère que les Bleues seront championnes"

L'équipe de France jouera cet été le championnat d'Europe sur ses terres, les voyez-vous aller loin dans la compétition ?

Je pense qu'elles feront un beau parcours, j'espère qu'elles seront championnes. Mais là nous ne connaissons pas encore la sélection définitive et pour le moment il (Pierre Vincent) nous fait du Pierre Vincent en mettant autant de gamines en stage (31 présélectionnées). Nous risquons d'être un peu léger au poste 3 car nous ne sommes pas très adroit mais nous jouerons en France donc cela serait normal de pouvoir faire quelque chose. C'est tout le bien que je leur souhaite.

Posté par Rédaction

20 avril 2013 à 12:00
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ADMIN BEBASKET
Admin Bebasket
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
NBA
08 décembre - 04h30
Los Angeles Clippers
Golden State Warriors
NBA
08 décembre - 09h30
Houston Rockets
Los Angeles Lakers
NBA
08 décembre - 11h00
Los Angeles Clippers
Golden State Warriors
NBA
08 décembre - 12h45
NBA Extra