instagram
LFB


LES COULISSES DE L'OPEN LFB RACONTÉES PAR JULIE BARENNES

Julie Barennes
Crédit photo : LFB

Julie Barennes sera notre chroniqueuse tout au long de la saison pour nous parler des à-côtés, des coulisses de ce qu'elle vit au quotidien dans le championnat de Ligue Féminine de Basket.

Julie Barennes sera notre chroniqueuse tout au long de la saison pour nous parler des à-côtés, des coulisses de ce qu'elle vit au quotidien dans le championnat de Ligue Féminine de Basket. Au-delà d'un QI basket exceptionnel, L'ailière de Basket Landes est aussi très appréciée dans le championnat pour son humour. À 24 heures du début de l'Open LFB à Paris, Julie fait la présentation de cet événement... et de tout ce qui l'entoure.

"L’Open,

Voilà maintenant 10 ans que la fédération a mis en place ce week-end festif à l’honneur du basket féminin. L’occasion pour tous les amoureux du ballon orange de voir en deux jours toutes les équipes s’affronter. Permettre à tous les Franciliens de pouvoir voir leurs idoles, les Braqueuses, de remettre des récompenses aux joueuses actuelles et passées. C’est aussi l’occasion de revoir tous ses visages connus qui tournent autour de notre monde. De passer du temps avec ses amies dans les équipes adverses... Mais l’Open quand on est basketteuse c’est aussi beaucoup d’autres choses, et je vais essayer de vous en parler dans cette Chronique.

La première chose qui compte le plus pendant l’Open c’est de savoir quel jour tu joues. Si c’est le samedi, tu as la chance, et si c’est le dimanche alors tu vas vivre un long week-end. Je ne sais pas si vous le saviez, mais toutes les équipes doivent être réunies le vendredi midi. À la base c’était pour faire une photo collective avec toutes les filles, vous savez la photo qui servait de fond d’écran au site de la LFB, mais ils ont arrêté depuis deux ans. Je pense que le photographe en a eu marre d’essayer de diriger 140 filles entre des straps pour essayer de former une figure abstraite. Il faut dire que le niveau de concentration était minime, entre les filles allant voir leurs copines à droite et à gauche et les autres en train de commenter, comparer et analyser les nouvelles tenues cela prenait plus d’une heure… et vraiment fallait avoir de la patience.

Normalement le vendredi est aussi réservé à la rencontre avec les médias. Il est vrai que le basket Français féminin est de mieux en mieux couvert, mais honnêtement je pense que ce qui les intéresse vraiment c’est notre icône Caps (Céline Dumerc), pour les autres c’est juste le moment de solitude, mis à part si ton quotidien régional a un peu d’argent et a pu venir. Tout ça pour vous dire que nous Basket Landes on joue le dimanche, et que donc samedi on manquera le show. Si jamais vous avez fait un Open, vous savez que généralement les filles sortent le samedi soir et que si tu te mets dans le hall d’entrée tu as le droit à un des plus grands défilés de mode. Pour les insomniaques, je conseille de rester jusqu’au petit matin parce que là le défilé est beaucoup plus drôle… Mais voilà cette année, comme toutes les filles jouant le dimanche, on se contentera d’aller au lit tôt. D’ailleurs, j’ai prévu de prendre un thé à 21h30 avec une doyenne de la ligue, Aurélie Bonnan.

Mais l’Open, c’est plein d’autres choses. C’est le moment de la photo individuelle, celle utilisée par la fédération et par tous les sites durant toute l’année. Au niveau du créneau qu’on te fixe, il faut encore compter sur la chance. Si jamais ton créneau tombe le matin, et que comme moi tu n’aimes pas le matin, tu auras le privilège de voir ta tête à moitié endormie toute l’année. Et tu peux être sûr que quand les équipes adversaires utiliseront cette photo lors du scouting, tu ne feras plus peur à personne !

Mais il y aussi quelque chose de pire et de très dur à contrôler. LE Spot ! Le bouton qui a juste décidé de venir pousser au milieu de ton front, celui que tu verras toute l’année sur toutes les photos même s'il est sous une couche de fond teint. Bon courage à Alexia Plagnard !

Malgré tous ses détails, l’Open c’est aussi et surtout du basket. Le moment de voir toutes les équipes, d’avoir un jugement. Certaines impressionnent d’autres déçoivent, d’autres surprennent. Il y a un vrai aspect psychologique sur ce premier match. C’est pour ça que je conseille à Villeneuve D’Ascq, notre adversaire, de ne pas trop impressionner à l’Open, de la jouer tranquille pour surprendre les autres équipes pendant la saison.

Allez ce fut un plaisir et comme on dit chez nous : HADISHATZ."

16 octobre 2014 à 19:01
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
THIBAUT PAQUIT
Thibaut Paquit
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
PRO A
05 décembre - 11h00
Monaco
Paris-Levallois
PRO A
05 décembre - 12h45
Lyon-Villeurbanne
Limoges
PRO A
06 décembre - 07h30
Lyon-Villeurbanne
Limoges