ÉQUIPE DE FRANCE


ITW GEORGE EDDY : "NOUS AVONS ÉTÉ PARMI LES PREMIERS SUPPORTERS DE LA CHAMPIONS LEAGUE"

Crédit photo : Canal

Suite de notre entretien avec le commentateur le plus célèbre du basket en France. Après avoir fait le point sur l'équipe de France et l'EuroBasket, George Eddy nous a confié sa vision du paysage audiovisuel actuel.

Vous pointez le conflit entre FIBA et Euroleague, mais pourtant Canal détient les droits de la Champions League, la compétition de clubs organisée par la FIBA.

Oui, pendant encore deux ans. Et je pense que cette deuxième saison va être beaucoup plus intéressante, parce que les organisateurs ont simplifié la formule. Ils ont réduit le nombre de petites équipes, récupéré quelques grosses écuries, et ils donnent un million d'euros au vainqueur. En plus, les quatres meilleures équipes françaises sont inscrites dans cette coupe et pas dans l'EuroCup (la deuxième coupe d'Europe organisée par l'Euroleague, concurrente de la FIBA ndlr). Donc on devrait pouvoir aller plus loin, et pourquoi pas aller chercher le million. Pour un club comme Nanterre (qualifié pour le tour préliminaire) ce serait le rêve ! Tout ceci est très positif car ça nous donne deux soirées basket par semaine, en prime time, et du basket de bon niveau. A la limite je ne veux plus entendre les polémiques sur quelle est la meilleure C2 (entre EuroCup et Champions League), à chacun de juger. 

Pourquoi avoir fait le choix de cette Champions League ?

Canal + a pris ce qui était disponible l'année dernière. Et c'est un beau projet qui peut s'améliorer chaque saison. Donc on verra si on commence à faire un peu d'audience. Le fait d'avoir Monaco au Final Four la saison passée c'était quand même un joli coup. Je me souviens aussi qu'on avait fait une bonne audience pour le dernier match de Strasbourg, quand ça se jouait à peu de chose pour se qualifier (en barrage, contre l'Aris Salonique). Nous avons été parmi les premiers supporters de la Champions League, et c'est ce qui nous a sans doute aidé pour obtenir le contrat de cinq ans avec la FIBA pour diffuser les matchs des équipes de France. Car ce sont les mêmes équipes qui gèrent. Nous, à Canal +, nous sommes ravis des fenêtres internationales (qualificatives pour la Coupe du Monde 2019) parce que ce sont des matchs de l'équipe de France intéressants, avec de l'enjeu. Donc ça renforce le produit basket. Nous avons le mondial 2019, les Jeux Olympiques 2020 et la Champions League. Nous faisons un peu notre retour sur le basket avec ce contrat de cinq ans. Tandis qu'en 2016, c'était une année blanche où nous avions juste les Jeux Olympiques.

"Il n'y a que l'équipe de France qui fait de l'audience à la télé"

Mais ne risque-t-on pas de perdre les téléspectateurs avec la dispersion du basket sur plusieurs chaînes ?

C'est vrai que c'est le problème pour le fan de basket en France. Il faut avoir trois ou quatre diffuseurs différents, d'être obligé de payer un abonnement à droite à gauche pour avoir beIN, SFR et Canal, et voir ainsi tous les différents niveaux de basket. Mais ça a toujours été comme ça. Sauf à une époque où Canal et Sport + avaient presque tout réuni. Je pense que c'était la meilleure période pour quelqu'un qui voulait suivre le basket. Maintenant, on est reparti sur cette dispersion qui énerve les fans. Je le vois bien sur les réseaux sociaux. Sur mon compte Twitter, je suis bombardé de messages tels que "on prend les fans de basket pour des vaches à lait". Et quand on voit ce qui se passe depuis trente ans, on ne peut pas vraiment leur donner tort. Parce qu'ils n'ont pas été gâtés. Mais c'est pareil pour le foot. La Champions League va être sur SFR, la Ligue 1 sur Bein et Canal, donc c'est pareil : il faut différents abonnements.

itw-george-eddy----nous-avons-ete-parmi-les-premiers-supporters-de-la-champions-league-1505983185.jpeg
George Eddy lorsqu'il faisait équipe avec David Cozette sur Canal +. Aujourd'hui ils sont en concurrence, puisque le deuxième est passé chez SFR Sport. Photo : Sébastien Grasset.

SFR Sport a récupéré les droits de l'Euroleague et de l'EroCup en plus du championnat de France. Cette chaîne n'est-t-elle pas en train de devenir la grande chaîne du basket en France ?

Du point de vue de Canal, comme nous avions déjà laissé tomber la Pro A, ça ne change pas grand chose. Canal est beaucoup plus concerné par les droits de la Ligue 1 de foot, du rugby et de la Formule 1. Notre offre basket est complémentaire. Nous avons les soirées de Champions League et les fenêtres internationales, deux semaines en novembre, février, et juin. Pour nous, ça met le basket en valeur parce qu'on sait que c'est uniquement l'équipe de France qui fait de l'audience à la télé. SFR ils ont signé Euroleague et Eurocup. Déjà, l'Euroleague, quand il n'y a pas de clubs français, ça ne fait  aucune audience. C'est pour ça que beIN a laissé tomber. L'EuroCup avec les clubs français, ça devrait en faire un peu, mais quand on voit que ces clubs-là ne sont pas pour le moment très très forts, je crains que ça fasse un peu "pschiit". Je ne pense pas qu'SFR compte à-dessus pour faire venir des abonnés.

"Si on fait 50 000 abonnés sur des matchs de BCL, ce serait déjà très bien"

Qu'est-ce qu'une bonne audience pour le basket sur Canal ?

Déjà, nous ne parlons jamais d'audience parce que nous sommes une chaîne par abonnement, et ce sont les abonnements qui comptent, pas les audiences. La question c'est  : est-ce que le basket est un sport qui fait venir des abonnés ? Je pense que l'équipe de France en fait venir quelques uns, mais c'est clair que la Ligue 1 et le rugby assurent l'essentiel de notre recrutement. De toute manière, avec le streaming et la prolifération des chaînes, une bonne audience pour le basket, maintenant, c'est à mon avis autour des 50 000 téléspectateurs. Si on fait 50 000 abonnés sur des matchs de Champions League, ce serait déjà très bien. Globalement, nous savons que Canal a eu des années difficiles. Nous avons perdu des abonnés, et toutes les audiences se sont tassées à droite à gauche. Même Canal + ne fait plus les mêmes audiences qu'il y a cinq ou huit ans. Le monde a beaucoup changé.

Le paysage audiovisuel a changé, mais vous prenez toujours autant de plaisir à commenter les matchs  ?

(Enthousiaste) Oui ! Et j'espère que les gens qui regardent trouvent du plaisir aussi, parce que je suis là que pour ça en fait. J'ai toujours travaillé dans une niche. Les gens qui aiment le basket en France ne sont pas si nombreux que ça. J'ai toujours aimé tous les baskets, donc je continue aujourd'hui à aimer, à essayer d'en faire la promotion. j'essaie de me passionner, me renouveler. Parce que c'est le plus important quand on a 61 ans et qu'on fait ça depuis 32 ans : se renouveler, aller chercher de nouvelles choses à dire pour ne pas lasser les gens. Et quelque part, le fait qu'on m'ait un peu moins entendu ces dernières années a peut-être été bénéfique. Parce que plus on entend le même commentateur, plus on s'en lasse, et après on commence à se faire détruire sur les réseaux sociaux. Donc quelque part j'ai l'impression que le fait que le public français m'ait moins entendu pendant un temps, a presque fait qu'il y a eu un regain d'intérêt pour mes commentaires.

Votre objectif est de continuer jusqu'aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 ?

Oui tout à fait. J'approcherai de l'âge de la retraite. J'adore le Japon où j'ai fait la Coupe du Monde 2006, et surtout si l'équipe de France se qualifie. S'ils veulent en faire mon jubilé il n'y a pas de soucis ! (rires) Mais c'est vrai que 2024, pour les JO à Paris, c'est tentant aussi ! (sourire gourmand ) 

La première partie de l'entretien est à retrouver ici.

Par Gaëtan Delafolie et Alexandre Lacoste, à Istanbul.

21 septembre 2017 à 13:15
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GAËTAN DELAFOLIE
Passe les vacances à camper dans les raquettes.
Gaëtan Delafolie
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
13ème journée
15 décembre
Hyères-Toulon
20h30
Dijon
Le Portel
75
-
80
Strasbourg
16 décembre
Monaco
19h00
Antibes
Cholet
20h00
Gravelines-Dunkerque
Limoges
20h00
Le Mans
Nanterre
20h00
Chalon-sur-Saône
Levallois Metropolitans
20h00
Châlons-Reims
17 décembre
Lyon-Villeurbanne
18h30
Bourg-en-Bresse
18 décembre
Boulazac
20h45
Pau-Lacq-Orthez
Autres journées
bebasket tv
Aucune vidéo trouvée
PROGRAMME TV
16 décembre - 05h30
Berlin
Limoges
16 décembre - 07h30
Real Madrid
Barcelone
16 décembre - 09h15
Moscou
Maccabi Tel-Aviv
16 décembre - 18h30
Limoges
Le Mans
17 décembre - 02h30
Limoges
Le Mans