NATIONAL


ITW AMADI MCKENZIE : « LA FRANCE M’A ADOPTÉ »

Amadi McKenzie Fos
Crédit photo : Sébastien Grasset

Passé par la Pro A, la Pro B et la Nationale 2, Amadi McKenzie espère revenir en France, son pays d'adoption. Entretien.

128 matchs de Pro B. 50 matchs de Pro A. Pendant plusieurs saisons, Amadi McKenzie (2,01 m, 31 ans) a arpenté les parquets français. De Vichy à Notre-Dame-De-Gravenchon en passant par Saint-Vallier, Boulazac ou encore Fos Provence, l’Américain, élu meilleur ailier-fort de Pro B en 2010, a presque fait toute sa carrière en France.

BeBasket s’est entretenu avec le natif d’Atlanta (Géorgie) pour évoquer sa carrière, les championnats français et ses projets futurs.

Amadi, tu as joué les deux dernières saisons à Notre-Dame-De-Gravenchon en Nationale Masculine 2 (20 points de moyenne en 2015/16). Où en es-tu maintenant ?

Actuellement, je suis aux États-Unis. Je m'entraine sans relâche depuis cet été afin de me préparer pour cette saison qui a toutefois déjà commencée. J'ai eu plusieurs propositions en France et à l'étranger mais celles-ci ne répondaient pas exactement à mes attentes. Voilà pourquoi je n'ai pas encore signé de contrat pour cette année.

Est-ce que tu as décidé de prendre ta retraite sportive ?

Non, ma retraite sportive n'est pas à l'ordre du jour. Je me sens bien physiquement et mentalement pour jouer encore quelques années. J'ai toute fois commencé à me pencher sur mon futur et mon avenir après le basket, mais je me laisse encore 3-4 ans pour ça.

Tu as pratiquement fait toute ta carrière dans ton pays d’adoption, la France. Qu’est-ce qui te plait dans ce pays ?

La France n'est pas simplement "belle", elle m'a adopté depuis que je suis ici. J'adore sa culture, sa richesse, sa gastronomie et évidemment sa langue. J'aime la mentalité d'esprit des gens ici. Je me suis lié d'amitié avec beaucoup de personnes et c'est pour ça que la France est si "spéciale" pour moi. Je parle bien français maintenant et je suis d'ailleurs en train de faire ma demande de naturalisation.

 

« Le championnat français s'impose de plus en plus sur la scène internationale »

 

Tu t’es épanoui d’un point de vue humain, mais tu as également marqué la LNB avec tes statistiques (11,1 d’évaluation de moyenne en Pro A et 15 d’évaluation de moyenne en Pro B) et ton sourire permanent. Avec du recul, que penses-tu des championnats de Pro A et de Pro B ?

Je pense que le championnat français est très intéressant pour les jeunes américains en quête de réussite. Pour avoir eu l'occasion de jouer en Pro B, chaque match, chaque saison est un combat, une guerre sans merci. Chaque année, il est difficile de savoir quelles équipes monteront, lesquelles descendront. C'est une série de réussite, de drames et de suspense jusqu'au verdict final. Il faut tout donner chaque soir, se surpasser, dépasser ses propres limites pour donner le meilleur de soi à l'équipe, à son club, à ses supporters mais aussi à ses adversaires.

La Pro A est une guerre sans limite également où s'affrontent les meilleures équipes, les meilleurs joueurs du championnat français. Selon moi, l'esprit global y est plus cool dans le sens où les enjeux sont différents. On recherche le maintien, l'excellence. Il y a beaucoup plus de respect entre les joueurs. On  croise les futures pépites du basket de demain. Chaque match, chaque rencontre est un show. C'est une scène et une ouverture internationale qui peut être un tremplin pour la NBA ou l'EuroLeague.

Est-ce que c’est le championnat le plus « sûr » d’un point de vue extra-basket ?

Le championnat français s'impose de plus en plus depuis ces dernières années sur la scène internationale. Le niveau y est plus relevé. Il y a de plus en plus de matchs diffusés à la TV. Le spectacle y est de meilleure qualité au fur et à mesure des années. Pour les joueurs, le salaire est aussi une notion non négligeable dans le sens où celui-ci est plus garanti que dans certains autres pays où vous risquez de ne pas toujours être payé. C'est une motivation importante pour tout à chacun.

 

« Plus les équipes françaises affronteront les meilleures équipes européennes et plus elles progresseront dans leur jeu »

 

D’un point de vue européen, la France a trois représentants en EuroCup, quatre en Ligue des Champions, un en FIBA Europe Cup mais 0 en EuroLeague. Quel est ton point de vue sur le conflit entre l’Euroleague et la FIBA ?

Quand je jouais à Vichy, nous étions dans l’EuroChallenge et du point de vue des joueurs, il est toujours mieux d'avoir deux matchs la semaine plutôt qu'un. J'admire Tony Parker pour s'être impliqué dans la direction du club de l'ASVEL. Plus d'équipes participeront à ces grands championnats et plus elles seront vues par le monde entier. C'est un atout pour l'avancement du basket en France.

Qu’est-ce qui manque aux clubs français pour être plus compétitifs sur la scène européenne, même si les récents résultats sont très positifs ?

Je pense que ce qu'il manque aux clubs français pour être plus compétitifs sur la scène européenne, c'est de prendre et recruter d'avantage de bons joueurs. Des joueurs avec plus d'expérience pour savoir jouer, surmonter les difficultés et la pression de ces enjeux. Plus les équipes françaises affronteront les meilleures équipes européennes et plus elles progresseront dans leur jeu.

Est-ce qu’un jour, tu dois vois revenir en France pour coacher un club ?

Il est vrai que je ne me suis pas penché réellement sur la question. Je suis très concentré à donner le meilleur de moi en tant que joueur et acteur sur le terrain. Mais si l'opportunité s'offrait à moi de coacher une équipe en France, ce serait un honneur et un réel plaisir. Dans le milieu du basket, tout reste possible.

 

« Chanter pendant le Quai 54, ce serait un rêve ! »

 

À côté de ça, tu as également une actualité musicale. Tu t’es lancé dans le rap. Tu as même sorti ton album « Pardon My French » le 16 décembre 2016 avec notamment le single « Mona Lisa ». Pourquoi s’être lancé dans une telle aventure ?

C'est un rêve d'enfant que j'ai toujours voulu réaliser. Adolescent déjà, je faisais des enregistrements. J'ai grandi en écoutant du T.I outkast ou encore Jeezy qui sont des grandes pointures du rap, ici, à Atlanta. Ils m'ont donc inspiré et j'ai commencé à chanter jeune et quand l'occasion s'est offerte à moi, j'ai foncé.

Je suis ambitieux et je donne ou du moins j'essaye de donner le meilleur de moi. La musique est un univers qui me permet de me dévoiler, m'ouvrir aux autres et surtout de m'épanouir à côté du basket.

Le fait d’être né à Atlanta avec de pionniers du rap comme Usher ou Ludacris a-t-il joué sur tes envies musicales ?

Il est vrai qu'ici à Atlanta, les opportunités sont beaucoup plus importantes qu'en France pour percer dans le milieu de la musique et se faire un nom, une place. Bien sûr que les pionniers du rap comme Usher ou Ludacris sont la preuve que rien n'est impossible à celui qui travaille, qui croit et qui s'en donne les moyens. Il faut savoir s'entourer de bonnes personnes. Le travail et la détermination dans la vie finiront bien par payer. Il suffit d'être patient et de provoquer sa chance et ses opportunités.

Quels sont tes projets d’un point de vue musical ?

Je travaille sur un nouvel album qui sortira cet hiver et pourquoi pas chanter durant le All-Star Game à l’AccorHotels Arena (NDLR : anciennement Bercy) à Paris. J’ai également un rêve qui est de chanter pendant le Quai 54, soit le rendez-vous de l'été de tout joueur. Je pourrais enfin réunir mes deux passions : le basket et la musique ! Ma devise pour croire en mes rêves, c’est « by any means necessary ». Ça veut dire qu’il faut faire en sorte d'atteindre ses objectifs par n'importe quel moyen.

 

16 octobre 2017 à 17:30
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GEOFFREY CHARPILLE
"Monsieur l'arbitre, j'arrive en retard, mais il y avait un apéro au club house. Je ne pouvais pas rater ça !"
Geoffrey Charpille
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
10ème journée
17 novembre
Dijon
101
-
81
Boulazac
18 novembre
Châlons-Reims
20h00
Nanterre
Chalon-sur-Saône
20h00
Hyères-Toulon
Le Mans
20h00
Le Portel
Limoges
20h00
Antibes
Levallois Metropolitans
20h00
Cholet
Pau-Lacq-Orthez
18h30
Monaco
19 novembre
Gravelines-Dunkerque
18h00
Bourg-en-Bresse
Strasbourg
18h30
Lyon-Villeurbanne
Autres journées
PROGRAMME TV
19 novembre - 00h00
Lyon-Villeurbanne
Trente
19 novembre - 00h45
NBA Extra
19 novembre - 01h30
Philadelphia 76ers
Golden State Warriors
19 novembre - 01h45
Kuban Krasnodar
Limoges
19 novembre - 03h10
Dallas Mavericks
Milwaukee Bucks