NM1


ITW LAURENT FOIREST : "LE CLUB SE STRUCTURE POUR LA PRO B"

UJAP Quimper
Crédit photo : UJAP Quimper

Chaque semaine, un entraîneur de Nationale 1 fait un point sur la situation actuelle de son club, les ambitions, et sa vision du championnat. Aujourd'hui, Laurent Foirest, le coach de Quimper, s'exprime.

Avec des objectifs de Pro B d'ici quelques années, Quimper se retrouve actuellement deuxième du championnat de Nationale 1 (troisième division masculine française) derrière Souffelweyersheim. Laurent Foirest fait le point sur la première partie de saison et les objectifs à venir.

Revenons dans un premier temps sur le dernier match. C'est votre première défaite à domicile face a une équipe qui revient fort, Orchies. C'est forcément un coup d'arrêt ?

Non, pas forcément, ce sont des choses qui arrivent dans la saison. Orchies est une bonne équipe qui revient dans ce championnat. La saison est encore longue, nous en sommes à la moitié il reste encore beaucoup de matchs. A nous de nous focaliser maintenant sur la phase retour pour atteindre les objectifs.

Cela ne remet pas en question le très bon début de saison de Quimper. Vous attendiez-vous à être deuxième à l'issue de la phase d'aller ?

Non, on n'a pas la prétention de dire que nous voulions être dans les deux premiers. Mais c'est forcément positif. On voulait une certaine continuité par rapport à la deuxième partie de saison de l'année dernière où on a échoué au pied des playoffs après une belle remontée. Les joueurs se sentent concernés, ils travaillent pour ça et le groupe vit très bien ensemble. A nous de continuer maintenant.

Il y a le projet CAP 2020 à Quimper avec la construction de la nouvelle salle. Et la volonté d'être en Pro B à cette date. L'objectif des playoffs du début de saison peut-il se transformer en objectif de montée dès cette saison ?

L'objectif des playoffs s'est transformé en objectif de finir dans les cinq premiers. Pour le reste, nous verrons ça ne sera que du bonus s'il y a montée à la fin de la saison. Tout peut se passer en playoffs il faut être prudent. Mais les dirigeants sont déja au travail pour structurer le club professionnellement et pallier l'éventualité d'une montée si c'est le cas en fin de saison.

La clé de cette première partie de saison réussie n'est-elle pas d'avoir gardé un socle important de joueurs de l'année dernière ?

Nous avons fait une très bonne deuxième partie de saison l'année dernière et nous voulions rester sur les mêmes bases avec la prolongation d'une partie de l'effectif. C'est forcément un avantage pour cette saison. L'alchimie a vite prise entre les joueurs, ils s'entendent et vivent très bien ensemble. La première partie de saison réussie réside là-dedans en partie.

Le fait de pouvoir s'appuyer sur un collectif important sans véritable leader statistique est aussi une clé de la réussite ?

C'est ma vision du basket. Le collectif prime sur les individualités. Je voulais en début de saison ne pas avoir de cinq majeur type car ce n'est pas une notion importante pour moi. Aujourd'hui, nous sommes performant des deux cotés du terrain et le danger peut venir de partout. Nous avons l'une des meilleurs attaques et défenses de la division et c'est le plus important. J'essaie d'impliquer tout le monde dans le collectif. 

Plus globalement, comment jugez-vous le niveau de la NM1 que vous avez découvert en arrivant à Quimper ?

Le niveau du championnat est très dense et le devient de plus en plus au fil des saisons. C'est peut-être un peu moins physique qu'au niveau supérieur mais certainement pas moins tactique. On observe depuis plusieurs saisons que de très bons Français descendent de Pro B en NM1 pour trouver du temps de jeu et il y a de très bons étrangers dans beaucoup d'équipes et ils contribuent au niveau de la division.

On assiste à un retour en force du basket breton avec les montées de Rennes et Lorient après quelques années de disette. Est-ce que Quimper est armé pour devenir à terme le club phare de la région ?

A Quimper, le basket est une institution. On n'a pas de prétention comme celle-là mais l'objectif est de monter dans les prochaines années en Pro B. Les dirigeants font tout pour pouvoir franchir un cap et le club est structurellement armé pour cette transition. On est le club breton le mieux classé pour le moment mais cela n'est pas un objectif d'être le club phare.

A titre personnel, vous avez joué longtemps en Pro A notamment. Est-ce un objectif pour vous de pouvoir y retourner un jour en tant que coach ?

Je ne m'attarde pas trop sur ça. On ne sait pas de quoi l'avenir sera fait, pour le moment je me concentre sur les objectifs à Quimper. Je disais la même chose quand j'étais joueur, je ne pensais pas entrer dans un centre de formation, je ne pensais pas être joueur professionnel ni jouer en Pro A. Donc je ne me fixe pas de but à atteindre. Si cela doit arriver un jour, ça arrivera mais je ne me concentre pas là dessus.

La NM1 se professionnalise d'années en années. Serait-il nécessaire de limiter le nombre de contrats par saison et par équipe comme c'est déja le cas en Pro A et Pro B ? Il y a eu un nombre exceptionnel de changements cette saison.

Cela dépend comment ce serait fait. Un nombre de contrat limite est intérressant mais il ne faut pas changer juste pour changer. Il faudrait l'encadrer en regardant dans quel contexte les changements de joueurs sont fait (blessures, modifications d'effectif...).

par @
19 janvier 2017 à 14:21
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
ALEX JULIEN
Dromois exilé à Paris, le basket à pris une place importante dans ma vie. Statisticien en herbe, les chiffres n'ont plus de secret pour moi.
Alex Julien
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
1ère journée
Autres journées