NM1


LUDOVIC POUILLART : "ÊTRE CHAMPION DE NATIONALE 2 NOUS A FAIT MAL"

Crédit photo : BCGO

Chaque semaine, un entraîneur de Nationale 1 fait un point sur la situation actuelle de son club, les ambitions, et sa vision du championnat. Aujourd'hui, Ludovic Pouillart, le coach de Gries-Oberhoffen, s'exprime.

Champion de Nationale 2 au printemps dernier, le BCGO est actuellement avant-dernier du championnat avec cinq victoires pour dix défaites. Mais le club alsacien, qui a procédé à de multiples changements au sein de son effectif, va mieux. L'entraîneur Ludovic Pouillart fait le point.

Pour commencer, revenons sur la victoire face à Rennes, samedi dernier. La troisième consécutive à domicile. Face à un promu comme vous, c'était forcément décisif…

C’était un match très important dans la course au maintien car on a pris du retard en début de saison. Aujourd’hui, on est en train de se mettre en route et sur les cinq derniers matchs, les résultats  sont mieux. Il nous fallait concrétiser tout cela face à Rennes : un promu et sûrement un concurrent direct.

D’autant plus que depuis le mois septembre, de nombreux matchs vous ont échappés juste sur la fin comme face à Tarbes, Vitré ou encore Andrézieux.

C’est dur. On est l’équipe qui a perdu le plus de match par de petits écarts. On dominait, on menait pendant 35-36 minutes et on perdait dans les tout derniers instants… Ça s’explique par le fait que 90 à 95% de l’effectif découvrait la division à l’époque, on avait peur de conclure. On perd notamment quatre matchs d’une possession et si on les inverse, aujourd’hui, on est presque dans le top 3 de la Nationale 1. Le début de saison est très frustrant. Maintenant, on rame pour rentrer dans le rang. Notre chance, c’est que ce championnat est complètement dingue. Ça entretient la flamme.

Votre groupe a aussi énormément bougé entre cet été et aujourd’hui. Et il y a eu quelques erreurs de castings. Pensez-vous l’avoir payé ?

Orion Outerbridge, par exemple, n’est pas une erreur de casting. C’était un 4 shooteur qui pouvait s’intégrer dans ma raquette. Mais à côté, j’en ai un autre qui est arrivé hors de forme et ça me déséquilibrait complètement l’équipe. On ne pouvait alors pas partir en NM1 sans un point de fixation intérieur. L’arrivée de Justin (Sedlak) a ainsi été le premier gros changement. Après, dans un club promu, on avait peut-être pas la capacité financière d’aller chercher des joueurs reconnus. Le pari avait été fait sur des joueurs de Pro B allemande qui étaient ultra-dominants. C’était des bons garçons avec un bon niveau mais pas assez dominants en Nationale 1 pour des étrangers. Il fallait donc agir. D’où l’arrivée de  Gregg Thondique puis plus récemment du meneur (Ovidijus Varanauskas). Ils ont amené de la sécurité. En espérant que ça fasse la différence.

Tout de même, quand on voit que seize joueurs ont évolué sous les couleurs du BCGO en quinze journées : ça ne vous irrite pas un peu ?

Si, évidemment. C’est juste un peu usurpé par la fait que j’ai responsabilisé quelques joueurs de notre équipe réserve en NM3, composée majoritairement de joueurs de 20 ans. Mais effectivement, ça m’irrite d’autant plus que tous les joueurs sont tout sauf des mercenaires. Ils ont de très bonnes valeurs. Paradoxalement, être champion de France de Nationale 2 l’an dernier nous a fait mal car on a véritablement été pillé à l’intersaison. On n’avait pas une puissance de frappe comme certaines autres équipes de la division. À partir de là, il fallait reconstruire. Il fallait tenter des paris : s’ils sont bons, tout le monde est content, s’ils ne le sont pas, on ne pouvait pas envoyer tout le monde dans le mur. Et à ce niveau, la moindre petite faille se paye. Aujourd’hui, on a de la stabilité et j'en suis super content. Ça a été une période dure et je suis d’autant plus fier des gars puisqu’ils n’ont jamais lâché.

Désormais, avec cet effectif, comment voyez-vous l’avenir de votre équipe ?

Le mois de janvier sera décisif. Notre bascule du bon ou du mauvais côté va se faire ici. On a trois matchs à domicile consécutifs (Lorient, Centre Fédéral et Tarbes-Lourdes) et un à l’extérieur face au GET Vosges. Si on sort grandi, on s’ouvrira le championnat et notre place au classement. Sinon, ce sera très compliqué. Pour le moment, je ne vois pas plus loin. Il faut dire aussi qu’on s’est davantage déplacé en phase aller et qu’on a fait tout nos longs déplacements. C’est notre chance.

Pour finir avant la trêve, vous vous rendez à Orchies, samedi. Que vous manque-t-il encore pour passer un cap hors de vos bases (seulement une victoire, au Centre Fédéral, jusqu’ici) ?

Davantage de vécu collectif. À Saint-Vallier, on a par exemple été très bon pendant 36 minutes. Et au final, ça s’est joué à peu dans une salle chaude. Maintenant, je sais pertinemment que pour se sauver, on doit créer une série et donc gagner à l’extérieur. Orchies serait un excellent départ. On va y aller sans complexe. On n’a de toute façon plus de temps à perdre.

Vous avez connu la Nationale 1 avec Cergy en 2013/14 : trois ans plus tard, la NM1 a-t-elle vraiment évolué à vos yeux ?

Le contexte est déjà complètement différent. Cergy n’était pas programmé pour monter. On y a été avec un budget minimum après s’être posé la question. Aussi, il y a trois ans, deux ou trois équipes comme Monaco ou Vichy écrasaient la Nationale 1. Aujourd’hui, sincèrement, on ne sent pas que Quimper ou Souffel’ finiront à seulement trois défaites. Personne n’est imbattable. Ce qui rend les choses encore plus compliquées. Tout match est un éternel recommencement ! Tous les week-ends, en regardant les résultats, je me dis « c’est pas possible » ! C’est une année fantastique pour la Nationale 1. Le championnat est passionnant. Même l’INSEP, je prends un plaisir incroyable à les regarder chaque semaine. Je vois tout leur match puisqu’ils jouent systématiquement notre adversaire une semaine avant. Cette année, je vous le dis, ils vont gagner. Personne ne doit être sous-estimé.

15 décembre 2016 à 17:10
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
DONOVAN GOUGEON
19 ans et déjà en retraite sportive. Shootait dans le corner comme dans son fauteuil mais une reprise en D5 est imminente. La Bretagne ça le gagne.
Donovan Gougeon
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
13ème journée
15 décembre
Hyères-Toulon
20h30
Dijon
Le Portel
75
-
80
Strasbourg
16 décembre
Monaco
84
-
76
Antibes
Cholet
77
-
74
Gravelines-Dunkerque
Limoges
74
-
70
Le Mans
Nanterre
93
-
82
Chalon-sur-Saône
Levallois Metropolitans
94
-
84
Châlons-Reims
17 décembre
Lyon-Villeurbanne
83
-
87
Bourg-en-Bresse
18 décembre
Boulazac
20h45
Pau-Lacq-Orthez
Autres journées
PROGRAMME TV
18 décembre - 00h10
Brooklyn Nets
Indiana Pacers
18 décembre - 02h45
Real Madrid
Barcelone
18 décembre - 05h30
Real Madrid
Barcelone
18 décembre - 09h30
Brooklyn Nets
Indiana Pacers
18 décembre - 11h00
Toronto Raptors
Sacramento Kings