NM2


ITW MAMOUTOU DIARRA : "LA CAPITALE MÉRITE UN GRAND CLUB DE BASKET"

Mamoutou Diarra Antibes 2015
Crédit photo : Sébastien Grasset

L'ancien international français Mamoutou Diarra a repris le chemin des parquets au PBA, le nouveau club ambitieux de la capitale. Entretien.

Victor Samnick, Mamoutou Diarra, Michaël Toti, des matchs à la Halle Carpentier, un club avec beaucoup d'attentes. Cet été, le Paris Basket Avenir a affiché ses ambitions avec un recrutement et un discours tourné vers le futur. Pourtant, le début de saison a été catastrophique avec trois défaites consécutives. Beaucoup de questions se sont posées. Depuis, le club parisien a retrouvé le goût de la victoire. BeBasket s'est entretenu avec le capitaine, Mamoutou Diarra (2,00 m, 37 ans) pour revenir sur ces débuts ratés, sur ce redressement et sur l'avenir du club francilien. L'occasion pour le médaillé de bronze à l'Euro 2005 et aux 257 matchs en Pro A de se livrer avec recul et sincérité. 
 
Comment expliquer le début de saison manqué du Paris Basket Avenir ?
 
Je pense que le début de saison a surpris tout le monde, nous les premiers. On ne s'attendait pas à un tel début de saison. C'est vrai qu'on a commencé par 3 défaites. En début de saison, il y a eu beaucoup de nouveaux paramètres à prendre en compte : des nouveaux joueurs dont Victor Samnick et moi, une nouvelle salle, un nouveau coach. On a dû prendre de nouveaux repères. Tout ça mis bout à bout fait que l'alchimie n'a pas prise au début. 
 
Vous êtes maintenant à 5 victoires, 6 défaites. Qu'est-ce qui s'est passé pour qu'il y ait un tel redressement ?
 
On a juste décidé de faire une réunion en interne, de se dire les choses en face. C'était important que tout le monde se remette en question. Le jeu qu'on proposait ne reflétait pas le véritable niveau de l'équipe. On a donc décidé de se parler et de mettre les choses à plat. Il fallait aussi qu'on s'enlève un peu de pression, si pression il y avait. Il ne faut pas oublier que le club a de grandes ambitions. Tout ceci nous a libérés de façon positive, ça nous a fait un électrochoc. 
 
Avec le recrutement ambitieux et les objectifs du PBA, la pression n'a-t-elle pas été trop grande au début ?
 
Non, je ne pense pas. Bien sûr, les attentes du club sont toujours fortes. Tout le monde dans l'équipe n'a pas joué à haut-niveau. Pour certains, c'est la plus haute division dans laquelle ils aient joué. Forcément, quand on arrive en NM2 et qu'on te dit que le club veut jouer le haut du tableau et les premiers rôles, ça peut apporter une certaine pression pour des joueurs. Les joueurs peuvent commencer à se poser des questions. C'est ce qui a fait que notre début de saison a été un peu compliqué. Avec Victor et moi, ça chamboulé un peu les repères. Il a fallu se réadapter au recrutement, au projet, à la salle, aux ambitions. Mais ça va de mieux en mieux et je suis optimiste pour la suite. 
 
"L'académie que je mets en place voit le jour"
 
Est-ce motivant ou inquiétant d'être le seul club basé à Paris à ce niveau ?
 
C'est inquiétant. C'est invraisemblable, voire inadmissible pour une capitale comme Paris. Toutes les autres nations ont une capitale avec un ou deux gros clubs. Paris n'en a plus après la scission avec Levallois. D'un autre côté, c'est motivant, car on est les seuls. Il y a donc la place pour pouvoir faire quelque chose. Il faut construire là-dessus. Je pense que le club est ambitieux avec un beau projet. C'est une grande source de motivation avec les attentes autour de ce club. J'espère que le projet sera mené à bien de par l'engagement et l'investissement autour du Paris Basket Avenir car la capitale mérite un grand club de basket. 
 
D'un point de vue personnel, êtes-vous épanoui ici ?                                     
 
Oui, je suis totalement épanoui. Certes, ce n'est pas le même objectif ni le même niveau, mais j'ai pas arrêté le basket, car j'ai encore cette fibre-là. Tant que vous me verrez sur un terrain, c'est que j'aurais envie de jouer. 
 
Dans vos propos et avec l'ambitions du PBA, vous vous inscrivez donc sur le long terme ?            
 
Je ne sais pas encore, je n'ai signé qu'un an. On va voir comment se passe et se termine l'année. En fonction du club et de mes différentes projets, on prendra une décision. Il s'avère que l'académie que je mets en place voit le jour. Est-ce qu'il y a un travail à faire dans le club du PBA autour de la formation ? Je ne sais pas. Mais si je peux apporter ma pierre à l'édifice à ce club, pourquoi pas. Surtout en étant un Parisien à 100%.
06 décembre 2017 à 15:31
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GEOFFREY CHARPILLE
"Monsieur l'arbitre, j'arrive en retard, mais il y avait un apéro au club house. Je ne pouvais pas rater ça !"
Geoffrey Charpille
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
12ème journée
08 décembre
Châlons-Reims
70
-
64
Hyères-Toulon
Gravelines-Dunkerque
73
-
67
Lyon-Villeurbanne
09 décembre
Bourg-en-Bresse
89
-
91
Boulazac
Chalon-sur-Saône
95
-
81
Antibes
Dijon
71
-
99
Monaco
Limoges
88
-
79
Le Portel
Strasbourg
88
-
54
Cholet
10 décembre
Pau-Lacq-Orthez
93
-
79
Levallois Metropolitans
11 décembre
Le Mans
83
-
87
Nanterre
Autres journées
PROGRAMME TV
14 décembre - 03h15
Turin
Levallois Metropolitans
14 décembre - 05h30
Le Mans
Nanterre
14 décembre - 08h15
Saint-Pétersbourg
Lyon-Villeurbanne
14 décembre - 08h30
Nanterre
Nymburk
14 décembre - 10h00
Berlin
Limoges