instagram
PRO A


BENJAMIN SENE : "UN MATCH COMPTE-DOUBLE CONTRE LE PL"

Trois questions à Benjamin Sene avant Paris Levallois - Nancy
Crédit photo : Olivier Fusy

Ce vendredi soir, le SLUC Nancy se déplace chez le Paris-Levallois à partir de 20 heures 30.

Un match de la peur entre deux équipes qu’on attendait plus haut (les Couguars sont 16e avec un bilan de 4 victoires et 12 défaites et le PL compte une victoire de plus).

Dans la triste saison lorraine, une éclaircie : Benjamin Sene (1,86 m, 21 ans). Meilleur espoir de Pro A la saison passée, le Girondin continue sa progression et a pris le poste de titulaire à la mène : 9,6 points à 40,7% de réussite aux tirs, 2,0 rebonds et 3,1 passes décisives pour 8,6 d’évaluation en 23 minutes. Son mois de décembre fut même remarquable : 17,4 points à 45,6% (dont 16/34 à 3-points), 3,2 rebonds et 4 passes décisives pour 16,4 d'évaluation en 28 minutes. Depuis, il est rentré dans le rang et le SLUC avec lui. Retour sur le début de saison nancéen et sur les performances d’un des meneurs les plus prometteurs de Pro A.

Nancy est l’un des bastions du basketball français. L’année passée, vous allez en demi-finale du championnat et cette saison, vous arrivez à conserver une ossature (Piétrus, Falker, Sy, Sene). Alors, comment explique-t-on cette phase aller très difficile ?

La raison principale, c’est notre inconstance, notre manque de concentration. Ça nous coûte de gros éclats, des balles perdues dans des moments très importants… On n’a quasiment jamais réussi à faire un match sérieux durant 40 minutes. Franchement, je ne sais pas comment l’expliquer. On peut jouer extrêmement bien, puis tout s’arrête. Peut-être qu’on croit que ça va être facile dans ces moments-là et du coup, on arrête de faire les efforts et on sort de notre trame collective. Le pire dans l’histoire, c’est qu’on s’entend tous super bien en dehors du terrain, on s’entraîne bien… mais ça ne se voit pas une fois le match commencé.

Comment abordez-vous la rencontre face au Paris-Levallois, un concurrent direct pour vous ?

Ce match-là va compter double vu le classement des deux équipes. Il faut absolument gagner. C’est comme une finale. On a besoin de victoires et on en a bien conscience, en interne. Les dirigeants ont tiré la sonnette d’alarme début décembre et on a bien enchaîné (trois victoires de suite contre Rouen, au Havre et à Châlons-Reims, ndlr). Derrière, la défaite face à Cholet nous fait très mal. On maîtrisait le match et on finit par perdre dans les dernières minutes, face à un concurrent direct… Mais c’est du passé, on ne peut plus rien y faire. A nous de nous concentrer sur notre avenir et à travailler pour sauver notre saison.

A titre individuel, tu signes ta saison la plus aboutie. Tu as même porté ton équipe à plusieurs reprises (13 points en deuxième mi-temps face à Limoges, 12 points dans les cinq dernières minutes face à Rouen).

Être bon dans une équipe qui ne gagne pas… Ce n’est pas réjouissant. Pour moi, le plus important, c’est la victoire. Après, je sais que, même si je suis encore assez jeune, je peux et je dois apporter beaucoup. Le coach a plus confiance en moi et maintenant, mon défi est de continuer à produire, encore et encore. Le plus dur est de rester constant et de faire des bons choix. L’équipe en a besoin, de la part de tous les joueurs. 

15 janvier 2016 à 13:11
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
XAVIER COLLIN
Un mélange de Dee Spencer et de Flo Piétrus. NB : d’un dauphin, t’en fais pas un requin.
Xavier Collin
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
NBA
08 décembre - 04h30
Los Angeles Clippers
Golden State Warriors
NBA
08 décembre - 09h30
Houston Rockets
Los Angeles Lakers
NBA
08 décembre - 11h00
Los Angeles Clippers
Golden State Warriors
NBA
08 décembre - 12h45
NBA Extra