instagram
PRO A


C'EST LA REPRISE EN LNB : LES 13 QUESTIONS DONT ON ATTEND LES RÉPONSES

Gregor Beugnot SLUC Nancy
Crédit photo : Sébastien Grasset

Qui sera à la Leaders Cup, qui descendra en Pro B, qui montera en échange... L'année 2017 s'annonce excitante en Ligue Nationale de Basket.

Les championnats de Pro A et Pro B redémarrent ce vendredi soir. On attend que 2017 nous donne des réponses à ces treize questions.

1- Que se qualifiera pour la Leaders Cup de Pro A ? Derrière le quatuor Monaco, Chalon, Elan Béarnais et Nanterre, on cherche à connaître le nom des quatre équipes qui se qualifieront pour la Leaders Cup 2017 qui se déroulera à Marne-la-Vallée du 17 au 19 février. Première chose à savoir : pour se qualifier pour la Leaders Cup, il faut être dans le top 8 de la Pro A à la fin des matchs aller (soit après la dix-septième journée). Actuellement, cinq équipes ont le même bilan (8 victoires et 7 défaites) : Le Mans, Gravelines-Dunkerque, l'ASVEL, le Paris-Levallois et Strasbourg. Deux équipes sont encore en course derrière, Limoges et Le Portel (7 victoires et 8 défaites). Pour ces deux équipes pas de calcul : il faut gagner les deux matchs.

Voici le programme de ces sept équipes :

  • Le Mans : déplacement à Antibes, réception de Gravelines-Dunkerque
  • Gravelines-Dunkerque : réception du Portel, déplacement au Mans
  • ASVEL : Réception de Nancy, déplacement à Orléans
  • Paris-Levallois : réception de Strasbourg, déplacement à Hyères-Toulon
  • Strasbourg : déplacement au Paris Levallois, réception de Châlons-Reims
  • Limoges : déplacement chez l'Elan Béarnais, réception de Monaco
  • Le Portel : déplacement chez Gravelines-Dunkerque, réception d’Antibes

2- Fos peut-il continuer son solo en tête de la Pro B ? 13 matchs, 12 victoires. En 2016, Fos était presque qu'intouchable en championnat. L'année 2017 leur réussira-t-elle autant ? A voir. Cette équipe expérimentée est partie avec un net avantage sur ses concurrents : elle n'a quasiment pas renouvelé son effectif durant l'été. Et ça paye. A voir désormais si les vétérans fosséens auront les reins solides et résisteront notamment au retour en boulet de canon de la JL Bourg.

3- L'Elan Chalon est-il capable de tenir tête à l'AS Monaco ? Depuis le début de saison de Pro A, quatre équipes brillent. Et une plus que les autres : l'AS Monaco. Derrière, l'Elan Béarnais a du mal à l'extérieur et Nanterre n'est pas au mieux dernièrement. Tout le contraire de l'Elan Chalon qui enchaîne les matchs de très grande qualité. D'ici la fin de la phase aller, les Bourguignons doivent jouer sur le parquet de Châlons-Reims et face à leurs voisins de Dijon. Deux équipes qui ne jouent pas dans leur cours qu'eux cette saison. Mais en Pro A, tout le monde peut battre tout le monde. L'Elan devra justement prouver que tout le monde ne peut pas les inquiéter cette saison.

4- Combien de temps Charleville-Mézières et Martin Hermannsson vont-ils tenir à ce rythme ? Si l'Etoile joue toujours le haut de tableau quand elle est en Nationale 1, c'est rarement le cas en Pro B. Et pourtant, à la trêve, l'équipe de Cédric Heitz était deuxième du championnat. Etonnant non ? Pas tant que ça. Elle joue désormais dans une salle tout neuve et bien adaptée au sport professionnel. Elle s'est dotée d'un manager général (Audrey Sauret) et a fait un recrutement cohérent. Surtout, les Ardennais ont trouvé la perle rare : Martin Hermannsson. Avec la fin de la différenciation en LNB entre les "bosmans" et "joueurs extracommunautaires" en 2010, les clubs n'avaient plus pris l'habitude de regarder les joueurs étrangers mais européens. Le retour de cette différenciation les a obligé à faire plus de "scouting". Et Martin Hermannsson, qui est tout simplement époustouflant (19,6 d'évaluation) pour un meneur de jeu de 22 ans, est la trouvaille de la décennie pour les Stellistes. Reste à savoir s'il parviendra à maintenir ce rythme. Charleville en aura bien besoin pour continuer à rester dans le top 3.

5- Quels Français se feront chiper par les meilleurs clubs étrangers (qui les tractent déjà) pour la saison prochaine ? Rodrigue Beaubois, Léo Westermann, Livio Jean-Charles, Nobel Boungou-colo... Ils sont nombreux ces Français qui comptaient en Pro A à être partis l'été dernier. Seront-ils encore nombreux à les suivre dans les meilleurs championnats étrangers cette année ? En tout cas, les clubs NBA ou européens devraient en solliciter plus d'un, à commencer par le géant Moustapha Fall. Frank Ntilikina ou encore Mathias Lessort devraient eux être draftés. Sans oublier ces joueurs qui commencent à avoir de l'âge (Charles Kahudi, Paul Lacombe dans une moindre mesure) et qui pourraient avoir envie de tenter l'aventure à l'étranger, si possible en EuroLeague, qui bénéficie d'une nouvelle formule très attrayante pour tout compétiteur.

6- Quel est le vrai visage de Strasbourg ? Tout le monde a vu la SIG revenir au premier plan quand Vincent Collet l'a relancé après un début de saison catastrophique. Les Alsaciens ont enchaîné les succès en Pro A et Ligue des Champions avant de caler au mois de décembre. D'abord, ils ont eu du mal à gagner leurs matchs, avec des difficultés particulièrement visibles en attaque. Puis ils ont butté face aux deux gros du championnat, l'AS Monaco et l'Elan Chalon. Sur ce début d'année, ils ont signé deux défaites de suite en Coupe d'Europe. Ont-ils vraiment les moyens de revenir dans le haut de tableau ? Tout reste à prouver. A commencer par une qualification pour la Leaders Cup.

7- Avec une équipe renouvelée, le SLUC Nancy peut-il revenir dans la course au maintien ? En début de saison, Nancy comptait dans son effectif Gregory Vargas, Thaddeus McFadden, Lenny Charles-Catherine et Gary Florimont. Dominique Sutton est arrivé peu de temps après. Mais ces cinq joueurs ne joueront plus pour les Couguars d'ici la fin de l'exercice 2016/17. En revanche, Brion Rush, Jonathan Jeanne, Demond Mallet, Abdoulaye M'Baye et Elton Brown seront avec le SLUC sous les ordres de Gregor Beugnot, qui a lui remplacé Alain Weisz. Le club compte deux victoires de retard sur le premier non relégable. A 19 matchs de la fin de saison, cela paraît réalisable de revenir en course. Mais pour cela, il faudra que la mayonnaise prenne vite et que les blessures épargnent un effectif qui ne peut plus être remanié (les seize contrats, soit le maximum sur une saison LNB, ont déjà été signés). Si le club se sauve dans l'élite, relancer la machine avec un nouveau projet semble plus que nécessaire.

8- La JL Bourg va-t-elle tout écraser jusqu'en mai ? Si Fos et Charleville-Mézières sont en tête après 13 journées de Pro B, il est nécessaire de rappeler qu'il reste encore 21 matchs d'ici la fin de saison régulière. Et avec 9 victoires et 4 défaites, la Jeunesse Laïque de Bourg-en-Bresse n'est pas si loin. Surtout, elle a de nombreux atouts. D'abord sa dynamique, avec six victoires de suite. Ensuite, son effectif, pléthorique pour la division, avec notamment la paire Zachery Peacock - Youssou Ndoye sous les panneaux. Ensuite son professionnalisme. Le club, parmi les plus structuré de toute la France, possède un centre de formation de qualité (avec notamment une équipe réserve composée de jeunes qui évolue en Nationale 2) et un budget qui permet d'assurer en cas de pépin physique. En tout cas, son début de saison quelque peu compliqué a jeté un froid sur la Bresse qui a cru revivre la désillusion de l'exercice précédent. Mais c'est peut-être ce qui pouvait arriver de mieux à cette équipe qui a moins l'étiquette du grand favori collée sur le dos en ce moment.

9- Le Limoges CSP jouera-t-il les playoffs ? En renouvelant une partie de son effectif durant la trêve, le Limoges CSP a rééquilibré son équipe première. Surtout, le début de saison, certes décevant, n'empêche pas le CSP d'espérer une qualification en playoffs sur la deuxième partie de saison. L'équipe ne compte en effet qu'une victoire de retard sur le... cinquième. Si le nouveau pivot Bernard James s'adapte à la Pro A et arrive à donner une solution d'impact dans la raquette, l'équipe aura enfin l'assise intérieure qui lui manquait. En tout cas le président Frédéric Forte a changé son fusil d'épaule : désormais il vise les playoffs pour la deuxième partie de saison. Une façon de mettre la pression sur Dusko Vujosevic, dont la cote de popularité a sans cesse baissé sur l'année passée.

10- Orléans peut-il s'en tirer ? Question manque de projet et de vision, le SLUC Nancy a trouvé son maître. La gestion humaine de l'effectif professionnel de l'OLB, joueurs et staff compris, passe très difficilement auprès des habitués du Palais des Sports. Le club a laissé virer au rouge une situation particulièrement compliquée. Durant la trêve, l'entraîneur Pierre Vincent a été remplacé par son assistant, Thomas Drouot, qui n'a comme expérience de coach principal chez les professionnels qu'une saison galère au STB Le Havre en 2015/16. Le club risque gros, les joueurs semblaient pour la plupart attachés à l'ancien sélectionneur de l'équipe de France féminine. Reste à savoir s'ils mettront leur expérience et leur orgueil au service du club en allant chercher un maintien. Mais déjà, il faudra que tout le monde revienne à la compétition. A commencer par le trio Antoine Eïto - Kyle McAlarney - Marcellus Sommerville qui fait un peu figure du coeur d'équipe. Les prochaines semaines risquent d'être tendues dans le Loiret...

11- L'Hermine de Nantes en Pro A, c'est pour quand ? Sans faire de bruit, l'Hermine est quatrième de Pro B (8 victoires et 5 défaites). Saison après saison, le club se structure et paraît être l'un des mieux armés aujourd'hui dans l'antichambre de la Pro A. Avec un effectif séduisant, complet, expérimenté, la deuxième partie de saison s'annonce excitante pour Nantes. Et si la montée ne se fait pas cette année, cela ne saurait tarder lors des prochaines saisons. Logique au milieu de la plus grosse région basket de France.

12- L'ASVEL attend Charles Kahudi, mais quand reviendra-t-il ? Voilà un mois que Charles Kahudi n'a plus joué en compétition. L'ailier de l'équipe de France, qui s'est fait opérer de la cheville juste avant la saison, était revenu début décembre à Chalon-sur-Saône. Mais finalement, ressentant des douleurs, il a de nouveau été arrêté. Et même après la trêve, il ne s'entraîne toujours pas. L'ASVEL, qui possède un bilan tout juste équilibré (8 victoires et 7 défaites), aura besoin de lui pour conserver son titre. Pour l'instant, l'équipe de John David Jackson a une longueur de retard sur plusieurs équipes. Et avec un double objectif - l'équipe rhodanienne est également engagée en Ligue des Champions -, elle aura besoin de son ailier titulaire.

13- D.J. Cooper peut-il finir avec la meilleure évaluation moyenne des douze dernières années ? Avec 22,73 d'évaluation moyenne, D.J. Cooper possède la meilleure moyenne à l'évaluation de ces douze dernières années en Pro A. Enorme pour un meneur de jeu dans une catégorie d'ordinaire dominée par les intérieurs. Le meneur gaucher a les clés du camion de l'Elan Béarnais et s'éclate dans un jeu très libre où ses capacités de création et sa vision du jeu s'expriment à merveille. Mais maintenir cette moyenne semble compliqué quand on joue deux matchs par semaine et qu'on est le seul meneur de jeu de métier de l'effectif. En tout cas, il ne devrait pas manquer de propositions de gros clubs étrangers à la fin de saison.

13 janvier 2017 à 16:30
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
NBA
17 janvier - 09h30
Boston Celtics
Charlotte Hornets
NBA
17 janvier - 11h00
NBA match à déterminer
NBA
17 janvier - 12h45
NBA extra
PRO A
17 janvier - 15h45
Gravelines-Dunkerque
Le Portel
NBA
17 janvier - 16h45
NBA match à déterminer