instagram
PRO A


CHRIS JONES OFFRE LE DERBY AU PARIS-LEVALLOIS !

Chris Jones offre le derby au Paris-Levallois
Crédit photo : K-Reine Paris Levallois

Le Paris-Levallois s’est imposé au buzzer dans le derby des Hauts-de-Seine grâce à un ultime tr à trois-points de son meneur états-unien Chris Jones (61-58).

Voilà la beauté de ce sport : d’une purge, on ne retiendra que ce panier final.

C’est ce genre de matchs où, sans voir le score, on comprend via les attitudes des différents acteurs que la rencontre a été… laide. Au moindre panier à trois-points, les célébrations sont dignes d’un shoot pour la gagne d’un game 7 de finale NBA. Si un coup de sifflet est un peu limite, on a le droit à des complaintes pendant de longues secondes.

Le score du premier quart-temps : 7-11. Une purge où les deux équipes shootent à… 23% en cumulé (19% pour le PL, 26 pour Nanterre). Mam’ Jaiteh (9 points à 4/8 aux tirs, 12 rebonds pour 12 d’évaluation en 23 minutes) prend sa deuxième faute en à peine six minutes, on ne le reverra plus de la mi-temps. Son coach beaucoup plus, qui ne lâchera plus les arbitres à partir de ce moment-là.

Après un beau passage de Jérémy Nzeulie (7 points de suite, 9 au total en 22 minutes), les « Ici c’est Nanterre ! » fleurissent à Levallois et la JSF creuse l’écart (17-25, 16e) mais Chris Jones (15 points à 5/15 aux tirs, 7 rebonds, 7 passes décisives pour 13 d’évaluation en 36 minutes) ramène les siens de deux réussites primées. A la mi-temps, le derby n’a pas choisi son camp (27-31).

Campbell, soupe de basket

L’avantage du basket, c’est que même si une rencontre est immonde, elle ne peut pas finir en match nul. C’est le seul réconfort pour les supporters des deux équipes dans ce troisième quart, du même acabit que les deux premiers (44-39 à l’issue des 30 première minutes). Un homme pour symboliser ce match ? T.J. Campbell (6 points à 2/13 aux tirs, -3 d’évaluation en 26 minutes). 

Le meneur de la JSF, jadis brillant, connaît un début de saison en dessous de son standing. Pour faire des cauchemars, Campbell pourra se repasser le DVD de son match : une maladresse confondante et une sensation que le meneur était ailleurs. Pascal Donnadieu fera même appel à Warren Racine au milieu du troisième quart tant son meneur semble alors en souffrance.

Le quatrième quart nous donnera finalement plus qu’attendu : en plus du suspense, quelques highlights bien sentis, utiles pour réveiller Cerdan. Dans le rôle du chauffeur de salle, Landing Sane (10 points à 4/9 aux tirs, 14 d’évaluation en 26 minutes) et une méga bâche sur Mam’ Jaiteh en transition.

Enfin, dans le rôle de l’assassin, Chris Jones. Le rookie, pris sous leur aile par le duo Rich-Dawson, a crucifié Nanterre au buzzer d’un shoot de loin pris sur la tête de T.J. Campbell (61-58). Le premier mot de son président à son arrivée ? « Win ». Jones a bien saisi le message.

A noter que tout s'est bien passé sur le terrain lors de ce derby, après les légères échauffourées de l'année passée à Nanterre (entre Jo Passave-Ducteil et Blake Schilb) mais que le bus nanterrien a subi des dommages à l'issue de la rencontre.

Par Xavier Collin, à Levallois 

31 octobre 2015 à 20:20
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
XAVIER COLLIN
Un mélange de Dee Spencer et de Flo Piétrus. NB : d’un dauphin, t’en fais pas un requin.
Xavier Collin
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
PRO A
06 décembre - 07h30
Lyon-Villeurbanne
Limoges