instagram
PRO A


EUROCUP : LE PL ÉLIMINÉ POUR... DEUX POINTS

Eurocup : Le PL éliminé pour deux points
Crédit photo : Vincent Janiaud

Il s'en est fallu de (très) peu pour qu'un club français atteigne pour la première fois les demi-finales de l'Eurocup.

Après avoir remporté le match aller par deux unités d'avance, le Paris-Levallois en a concédé quatre ce mardi soir sur le parquet du Banvit Bandirma, s'inclinant sur le fil 75 à 71. Pour un panier, le joli parcours du PL s'arrête donc en quarts de finale.

+2 -4 = -2. L'expression, "chaque point (ou panier) compte" a pris tout son sens à Bandirma, ville située sur la côte méridionale de la mer de Marmara. C'est cruel, mais c'est la loi des matchs aller/retour de cette phase finale de l'Eurocup. Suite au premier la semaine dernière, la marge était infime pour le Paris-Levallois. Et logiquement, comme en huitièmes de finale face à Zgorzelec, les hommes de Greg Beugnot s'étaient fixés comme unique objectif de "gagner" le deuxième round, et de récidiver hors de leurs bases. Mais après la victoire en "seizièmes" - déjà en Turquie - sur le parquet du Besiktas, puis celle au tour précédent en Pologne, le PL n'a cette fois-ci pas eu la même réussite dos au mur à l'extérieur.

Sammy Mejia décisif d'un bout à l'autre

Il n'a pourtant pas manqué grand chose. Mais même si le club francilien était virtuellement qualifié à deux reprises dans le troisième quart-temps, il n'a jamais pu passer devant au score et ainsi mettre véritablement la pression sur les Turcs. La faute à un début de match raté, ou plutôt bien négocié par la défense de Banvit. En moins de cinq minutes, l'actuel septième de TBL alignait un 10-0 et... quatre contres (sur ses huit du soir) qui stoppaient presque chacune des attaques parisiennes (12-2, 6e). En place des deux côtés de son parquet, Banvit gardait la main en fin de premier quart-temps (17-8) ; grâce à Sammy Mejia, son joueur providentiel, très efficace en sortie d'écran et bien plus en vue que mercredi dernier pour ses retrouvailles avec la France.

Une fois l'orage passé, le PL revenait petit à petit dans la partie (25-20, 15e). A coups de paniers à longue distance - au nombre de cinq dans le deuxième quart-temps (pour 9/26 au final), inscrits notamment par Giovan Oniangue (13 points à 3/6 à 3-points) et Landing Sané (6 points et 5 rebonds) - les Parisiens cassaient l'écart (31-28, 19e). Si bien qu'à la mi-temps, Banvit et le PL étaient dos à dos sur l'ensemble des deux matchs (34-32). Mieux encore pour le quatrième de Pro A, celui-ci repassait devant et égalisait au score au retour des vestiaires (39-39, 26e). Mais le club turc ne craquait pas et continuait d'alterner efficacement entre ses intérieurs, dont le solide Vladimir Veremeenko (9 points à 100% et 11 d'évaluation en 14 minutes), et sa ligne arrière américaine.

Le hold-up du PL déjoué de peu

Toujours en tête à dix minutes du terme (49-45), l'équipe de Selçuk Ernak pouvait compter dans le quatrième quart-temps sur Earl Rowland (16 points à 6/14, 3 rebonds et 4 passes). Le meneur états-unien répondait aux assauts de Dionte Christmas (13 points à 4/7) et Sharrod Ford (10 points à 5/9 et 5 rebonds), et donnait de l'air à ses supporters (64-58, 37e). Puis c'est l'autre intérieur prénommé Vladimir, le chef de chantier monténégrin Dragicevic (6 points, 5 rebonds et 3 passes), qui regonflait l'avance de Banvit (68-59, 39e). On pensait alors le match plié avec sept points à remonter dans la dernière minute.

Mais le PL reprenait espoir grâce à trois lancers de Mike Green et surtout à un énorme 3+1 de Dionte Christmas à 21 secondes du buzzer (70-66). Si Sammy Mejia continuait d'être envoyé sur la ligne et se montrait parfait (8/8, 74-68 à 8 secondes de la fin), Mike Green acceptait le duel et plantait un gros shoot rapide à 3-points (74-71). Le PL grignotait son retard et s'offrait même une balle de match et de qualification... Alors que Mejia tremblait pour la seule fois du match sur son deuxième lancer à 3 secondes du terme (75-71), Blake Schilb - indispensable mais peu en réussite (5 points à 2/10 et 5 passes en 40 minutes) - lançait une prière de sa moitié de terrain au buzzer. Un shoot qui rebondissait sur la planche, juste à gauche du panier. Si près, si loin...

L'expérience a prévalu sur la fraîcheur

Au bout du compte et d'une intense double-confrontation, c'est donc l'équipe turque de Sammy Mejia qui rallie les demi-finales de l'Eurocup. Déjà importantissime en huitièmes, l'ancien Choletais et MVP de Pro A a encore été solide et déterminant aux lancers-francs, compilant au final 18 points à 4/10 aux tirs et 9/10 aux lancers, 9 rebonds, 2 contres et 7 fautes provoquées pour 28 d'évaluation en 31 minutes. C'est une belle récompense pour Banvit, qui jouait sans succès les premiers rôles ces dernières saisons en Turquie, et qui atteint pour la première fois le dernier carré de la C2. Le club de Bandirma a accumulé du vécu depuis quatre ans en Eurocup, mais a aussi construit une belle équipe. Ses joueurs étrangers, majeurs et d'expérience - Keith Simmons, Chuck Davis, Sammy Mejia et Earl Rowland - se côtoient tous depuis au moins deux ans. Une expérience dont Banvit a pu profiter face au PL. Si la série ne s'est jouée qu'à de petits détails, c'est très probablement ce qui a fait cette (légère) différence.

Pour le Paris-Levallois de Mike Green (16 points à 2/8 aux tirs et 11/13 aux lancers, 4 rebonds, 9 passes et 10 fautes provoquées pour 27 d'évaluation en 36 minutes), l'aventure n'ira pas plus loin. Premier club tricolore en quarts de finale de la C2 depuis 2007 (Strasbourg, en Coupe ULEB), le club francilien ne deviendra ni le premier demi-finaliste français en Eurocup, ni le premier à ce niveau en C2 depuis 2001 (Elan Chalon, finaliste de la Saporta Cup). Le PL aura tout de même effectué un superbe et réussi parcours d'outsider, portant fièrement et contre toute attente le poids du basket français, au sein d'une compétition européenne au plateau très relevé. Désormais, les derniers espoirs continentaux de la Pro A reposent exclusivement sur le club voisin, la JSF Nanterre, qui tentera sa chance au Final Four de l'EuroChallenge dans pile un mois.

24 mars 2015 à 19:52
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
EMILE VAIZAND
Je gazouille sport. Mais pas que...Blagues pourries assumées.
Emile Vaizand
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
NBA
11 décembre - 02h00
Chicago Bulls
Miami Heat
NBA
11 décembre - 09h30
Cleveland Cavaliers
Charlotte Hornets
NBA
11 décembre - 11h30
Chicago Bulls
Miami Heat
NBA
11 décembre - 12h45
NBA Extra
PRO A
11 décembre - 17h00
Chalon-sur-Saône
Lyon-Villeurbanne