instagram
PRO A


GREGOR BEUGNOT : "ENCORE DE L'AMBITION"

Gregor Beugnot : Encore de l'ambition
Crédit photo : Sébastien Grasset

Le Paris-Levallois peut souffler et être content d'une 31e journée extrêmement positive.

Faciles vainqueurs de Châlons-Reims, les Parisiens ont stoppé leur série de défaites à deux (contre Cholet puis à Pau) et se sont relancés après une mauvaise passe (cinq revers en six journées).

Surtout, le PL a dans le même temps profité des défaites de tous ses adversaires directs - hormis Chalon, son prochain adversaire - et reste dans le coup pour rallier les playoffs. Le club de Gregor Beugnot est désormais neuvième avec un bilan positif (16v-15d). Et du positif, le technicien parisien en a vu de nouveau chez ses joueurs, comme il l'a confié hier en conférence de presse.

"Les résultats sont secondaires. On les apprend dans le vestiaire après coup. La semaine dernière en perdant à Pau, on pensait vraiment être éliminé des playoffs. Le soir même, on avait déjà des résultats qui nous étaient favorables. Donc tant qu’il y a de l’espoir, il y a de la joie. Avec dix jours de travail suite à cette défaite, on a retrouvé des joueurs avec le sourire aux lèvres. Ils me disaient « eh coach, on peut encore, on peut encore », donc ça veut bien dire qu’il y a encore de l’ambition dans cette équipe."

Parmi ses motifs de satisfaction, le coach du PL a notamment souligné la défense et la constance de ses joueurs. Ainsi que l'apport d'un en particulier : Deonta Vaughn, le dernier arrivé. Après une première difficile dans le Béarn, le meneur états-unien (7 points et 4 passes en 17 minutes) a cette fois bien partagé la mène avec Mike Green (9 points et 5 passes en 23 minutes) et a pu le faire souffler.

"Je suis assez satisfait par rapport aux efforts faits défensivement parce qu’on a été constant sur l’ensemble du match. Concernant les balles perdues, surtout dans le deuxième quart-temps (6 sur les 15 du match, ndlr), ce n'est pas possible qu’on travaille aussi dur en défense et qu’on gaspille autant de munitions en attaque. On (le staff) leur a dit d’arrêter à la mi-temps, et cela s'est mieux passé dans les troisième et quatrième quarts. Deonta Vaughn nous a faits du bien. Il a libéré Mike (Green) qui est plus impliqué en défense, qui a plus de lucidité et plus de récupération. Surtout, à la différence de son premier match à Pau, il a organisé et mis en confiance ses partenaires. Je pense que c’est le plus important, qu’il se rende compte qu’il a du matériel à côté de lui. Ce soir, il a été bon. Il commence à mieux se situer dans le jeu. Passer du championnat polonais à un championnat de France très athlétique et véloce le change complètement. Il a fait du bien à l’équipe, on a une constance tant défensive qu’offensive. On n’a plus ces sautes d’humeur."

Sur sa route, le Paris-Levallois a maintenant deux déplacements en trois journées : à Chalon ce samedi, puis le 16 mai à Villeurbanne pour finir. Conscients de leur importance, Greg Beugnot a surtout insisté sur le dernier match à la maison, mardi prochain contre Le Havre. Une rencontre qui, comme celle d'hier face au CCRB, se jouera au Palais des Sports Marcel Cerdan de Levallois, où le PL est invaincu depuis début février (quatre victoires en Pro A, plus les trois en Eurocup). Un avantage certain pour les joueurs, dont il ne réfute pas l'existence après les mauvais résultats acquis à Carpentier (ou Coubertin). Cette saison, le club francilien affiche un bilan moyen "à domicile" (8 victoires pour 8 défaites).

"C’est évident qu’il va falloir gagner un match minimum à l’extérieur. Et essayer de battre Le Havre chez nous sera indispensable. On va prendre les trois matchs les uns après les autres, on va voir. [...] Quand on joue dans la salle dans laquelle on s’entraine toute l’année, c’est évident que les repères sont plus faciles à avoir. Il nous reste encore un match. Si on les fait, je ne sais pas où jouera les playoffs, à Cerdan ou ailleurs... Mais il ne faut pas que les joueurs se focalisent là-dessus non plus. L’année dernière on gagnait à Carpentier, cette année c’est le contraire. Les joueurs, eux, ça les rassure, ils ont leurs repères. Et puis tout sportif de haut niveau est un peu superstitieux, donc quand tu commences à perdre dans ta salle, ce n'est plus pareil. Mais c’est le désavantage de Paris. Personne ne le croit, mais on fait la moitié des matchs à domicile en situation de déplacement. C’est-à-dire qu’on part le matin du match (à cause du trafic parisien), on va à l’hôtel et on joue le soir. [...] Mais on verra si les joueurs ont ces mêmes repères contre Le Havre !"

Propos recueillis par Xavier Collin, à Levallois

06 mai 2015 à 19:35
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
EMILE VAIZAND
Je gazouille sport. Mais pas que...Blagues pourries assumées.
Emile Vaizand
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
PRO A
03 décembre - 18h45
Monaco
Paris-Levallois
PRO A
04 décembre - 18h45
Lyon-Villeurbanne
Limoges
PRO A
05 décembre - 11h00
Monaco
Paris-Levallois
PRO A
05 décembre - 12h45
Lyon-Villeurbanne
Limoges
PRO A
06 décembre - 07h30
Lyon-Villeurbanne
Limoges