PRO A


ITW ALDO CURTI : "J’AI PRIS DU RECUL SUR LES CHOSES"

Aldo Curti Valentin Delrue BCM 2013
Crédit photo : Valentin Delrue

Comme encore de nombreux JFL, Aldo Curti est actuellement sans club. Avec honnêteté et sincérité, il revient sur cette période compliquée. Entre doutes et espoirs, l’international camerounais se confie et analyse sa carrière. Entretien.

Il a vécu la montée en Pro A du Limoges CSP en 2012. Il a été l’un des joueurs emblématiques de l’Orléans Loiret Basket de 2007 à 2011. Passé également par Le Havre, Gravelines ou encore Dijon, Aldo Curti (1,80 m, 30 ans) a joué son dernier match en LNB le 17 mai 2016 avec Orchies. Lors de la saison 2015/16, il tournait à 2,2 points (30,2% aux tirs), 1,1 rebond, 2 passes et 0,8 balle perdue pour 3,1 d’évaluation en 14 minutes et 21 rencontres disputées. Né à Ebolowa (Cameroun), le vainqueur de la Leaders Cup 2013 avec le BCM est depuis sans club. Une situation difficile à gérer sur laquelle il a accepté de revenir.

On t’a quitté en fin de saison 2015/16 en Pro B avec Orchies. Où en es-tu aujourd’hui ?

Je suis toujours à la recherche d’un club et d’une équipe. J’ai eu quelques pistes, mais rien de concret. Je continue de m’entraîner deux fois par jour avec Metz en NM2. Je n’ai pas de contact avec des clubs de LNB ou de NM1 pour l’instant.

Quand tu t’es retrouvé au chômage, sans club, quelle a été ta première réaction ?

Forcément, c’est une période compliquée. Ça fait un moment que je n’ai pas joué, la compétition me manque. J’avais besoin d’une pause nécessaire. J’avais besoin de m’arrêter pour des raisons personnelles. En 2014, j’ai perdu ma mère alors que j’étais encore à l’OLB (NDLR : 6,5 d’évaluation). Ensuite, ma fille est arrivée. D’un point de vue familial, ça a été difficile de tout gérer. Tout ça m’a affecté psychologiquement et on sait qu’un joueur, ça fonctionne beaucoup au mental. Je remercie vraiment mon frère et toutes les personnes qui m’ont soutenu dans cette période.

Dans cette situation, est-ce que la remise en question était quotidienne ?

Bien sûr. C’est vrai que le timing pour faire un break n’était peut-être pas le bon. Mais j’avais besoin de ça. Je ne prenais plus de plaisir à jouer. J’ai pris du recul sur les choses. Je me suis mieux préparé physiquement et mentalement. Avec le décès de ma mère, j’aurais sûrement dû m’arrêter plus tôt. Maintenant, le marché des joueurs est compliqué. Je sais que ça sera difficile pour moi de retrouver un club, surtout avec mes dernières prestations. Mais j’ai quand même un C.V. intéressant. Il faut provoquer la chance. J’ai de l’espoir pour le futur. Je fais tout pour que la situation s’améliore. Je continue de travailler dessus même si ça va beaucoup mieux.

Tu as pensé à la retraite ? Tu n’as jamais pensé à tout abandonner et te lancer dans un nouveau projet professionnel ?

Forcément, j’y ai pensé avant d’aller à Orchies. J’avais commencé à m’investir dans de nouveaux projets. Mais aujourd’hui, le but, c’est vraiment de rejouer au basket et de donner des minutes. L’objectif, c’est d’être bien physiquement en arrivant pour la nouvelle saison. Je continue de m’entraîner sérieusement. Bien sûr, il manquera le rythme de la compétition, mais il ne faut pas baisser les bras.

On parle de toi comme un joueur défensif, discret et altruiste. Aujourd’hui, les clubs ne se précipitent pas sur un profil comme le tien. Tu estimes que tu aurais dû changer ta façon de jouer pour plus te montrer ?

C’est clair. J’aurais peut-être dû prendre plus de responsabilités, mais j’avais du  mal à le faire. En y repensant, j’aurais dû tenter plus de choses au lieu de souvent penser au collectif. Malheureusement, le basket, c’est d’abord mettre des paniers. Ce sont souvent les statistiques qu’on regarde en premier et le reste ensuite. Mais j’ai toujours joué comme ça, ça a payé sur certains côtés. Je sais que j’ai des qualités, il faut juste trouver une équipe qui me fasse confiance.

Aujourd’hui, que recherches-tu en premier ? Un projet ambitieux, un maintien à assurer, des jeunes à encadrer ?

Franchement, ce sont trois situations très intéressantes et qui me plaisent. Après, peu importe, je veux reprendre du plaisir et jouer à haut-niveau. J’en prends quand j’ai des bons adversaires en face de moi et des bons coéquipiers. J’ai vécu des moments qui m’ont fait prendre conscience de certaines choses. Jusqu’à la fin de ma carrière, je veux me donner à fond et retrouver du plaisir.

Aldo Curti en défense sur Trenton Meacham en 2013/14 (photo : Claire Macel)

15 aout 2017 à 08:43
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GEOFFREY CHARPILLE
"Monsieur l'arbitre, j'arrive en retard, mais il y avait un apéro au club house. Je ne pouvais pas rater ça !"
Geoffrey Charpille
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
10ème journée
17 novembre
Dijon
101
-
81
Boulazac
18 novembre
Châlons-Reims
76
-
85
Nanterre
Chalon-sur-Saône
82
-
67
Hyères-Toulon
Le Mans
77
-
63
Le Portel
Limoges
98
-
80
Antibes
Levallois Metropolitans
55
-
67
Cholet
Pau-Lacq-Orthez
68
-
90
Monaco
19 novembre
Gravelines-Dunkerque
78
-
70
Bourg-en-Bresse
Strasbourg
82
-
76
Lyon-Villeurbanne
Autres journées
PROGRAMME TV
24 novembre - 03h30
Kuban Krasnodar
Limoges
24 novembre - 11h30
NBA Extra
24 novembre - 20h00
Panathinaïkos
Real Madrid
24 novembre - 20h20
Belgique vs France - Match de qualification CDM
24 novembre - 22h30
NBA Extra