PRO A


ITW JAMAL SHULER, L'OPÉRATION RECONQUÊTE

Nanterre Jamal Shuler
Crédit photo : Guillaume Poumarede

Proche du trophée de MVP en 2015/16, Jamal Shuler (1,91 m, 31 ans) sort d'une dernière saison mitigée avec Monaco. Contraint de quitter la Roca Team, il s'est finalement engagé avec Nanterre. L'arrière aux mains de velours, également passé par Vichy et Nancy, nous accorde son premier entretien après l'annonce de son retour dans le 92.

Jamal, tu viens juste de signer un contrat d'un an avec Nanterre 92. Pourquoi ? Quel sera ton rôle dans la formation francilienne ?

Je connais très bien l'organisation du club, j'ai toujours entretenu de bonnes relations avec le président, le staff et le plus important, les fans. Pascal (Donnadieu) m'a simplement fait comprendre qu'il voulait que je revienne donc c'était le bon choix pour moi et ma famille.

Jusqu'à ce début de semaine, tu étais sans club alors que l'été était bien avancé... Comment l'as-tu vécu ? As-tu eu d'autres opportunités au cours de l'intersaison ?

Je voulais être patient cet été et j'attendais la bonne opportunité pour intégrer un bon club. Depuis que je me suis blessé deux fois au mollet la saison dernière (en novembre puis en mars, ndlr), beaucoup de club s'inquiétaient pour mon corps. Ils se demandaient si mon état de forme était bon et après avoir appelé Monaco, beaucoup d'équipes pouvaient penser que j'étais sujet à des blessures et tout cela a retardé un peu ma signature. Mais Nanterre a été interessé tout au long de l'été, je suis content d'être de retour !

Revenons un peu en arrière. En 2010, tu poses tes valises à Vichy, en Pro A dans l'anonymat le plus complet. Alors que maintenant, ta signature à Nanterre fait beaucoup de bruit. Tu as conscience d'être devenu l'une des véritables figures du championnat de France ?

Je suis heureux de ma progression en Pro A. Je pense qu'à Vichy, j'ai mis du temps à m'adapter au style de jeu du championnat français mais j'ai fini fort et je me suis beaucoup amélioré grâce à de bons coachs. C'était mon but de devenir l'un des joueurs les plus respectés en Pro A. Je voulais montrer que je pouvais être cité parmi les meileurs joueurs de Pro A, sur et en dehors du terrain. Je respecte tout le monde, les présidents, entraîneurs, joueurs et supporters de toutes les équipes, qu'importe leur attitude envers moi. Je pense que les gens en sont conscients.

"Dès que j'ai raté mon tir contre l'ASVEL, je savais que c'était fini pour moi à Monaco"

Quelles sont les principales différences entre le joueur que tu étais en 2010 et aujourd'hui, en 2017 ?

Honnêtement, je pense que la principale différence est mon état d'esprit ! En 2010, je voulais juste m'intégrer. Alors que maintenant, je veux juste être considéré comme l'un des meilleurs joueurs en France !

Tu as été contraint de quitter la Roca Team alors que tu semblais incarner le projet monégasque, toi qui voulais "devenir le meilleur joueur de l'histoire de Monaco". Est-ce frustant ?

Eh bien, ce n'était pas vraiment ma décision de partir. C'est le club qui a choisi une autre direction. Pour moi, c'était plus que du basket à Monaco. Mon amour pour ce pays magnifique et ses habitants ne s'éteindra jamais. Quand je suis arrivé, je voulais qu'on place Monaco sur la carte du basketball, que l'on parle de l'équipe de basket comme l'on parlait de l'équipe de football et c'est ce qui est en train de se passer. Dès que j'ai raté mon dernier tir contre l'ASVEL pour envoyer le Match 3 du quart- de-finale en prolongation, je savais que mon séjour à Monaco arrivait à son terme. Je m'en veux pour cette mauvaise série et pour n'avoir jamais remporté un titre national avec Monaco malgré deux belles saisons régulières. Même si le GM ne m'a jamais mentionné dans la presse parmi les joueurs qu'ils voulaient revoir et parmi ceux sur le départ, je ne conserve que des bons souvenirs de Monaco et je leur souhaite tout le meilleur.

itw-jamal-shuler1503392295.jpeg
Figure emblématique de Pro A, Shuler sort d'un exercice 2016/17 mitigé
(© - Sébastien Grasset).

Justement, que retiendras-tu de tes deux années à Monaco ?

Nous avons révélé le niveau du basket monégasque. Lors de ma première année, on a tout donné pour gagner le respect et au final, on a surpris toute la Pro A. Puis la saison dernière, nous avons remporté 30 matchs donc j'essaye de toujours regarder cela d'un œil positif. Zvedan Mitrovic, mon ancien entraîneur, a gagné le trophée du meilleur coach de l'année, il le méritait. Je le respecterai toujours comme homme et comme entraîneur. Nous avons été capables de remplir une salle qui n'accueillait autrefois que 50 à 75 personnes pour les matchs. Et nous avons pu faire parler de nous en Champions League donc c'était deux belles années de ma vie.

Pourtant, ta dernière saison a été moins réussie que ne l'était ta première dans la Principauté. Comment l'expliques-tu ?

Je n'ai jamais pu retrouver mon rythme de croisière après ma première blessure au mollet. Avant, je jouais plutôt bien en Pro A, où on en était à sept victoires en huit rencontres, sans oublier le bilan de 4-1 en BCL. Et même si je jouais terriblement mal en Champions League, j'étais en forme pendant les trois premiers matchs mais je me suis blessé à la cheville quand BeBasket m'a détruit pour mes mauvaises performances (il rit). Au lieu de manquer quelques matchs pour complètement récupérer, j'ai continué à jouer malgré la douleur et on a vu où cela m'a amené, vers une blessure au mollet. Je me suis dépêché de revenir de ma première blessure car je voulais vraiment aller au All-Star Game (il rit) mais c'était trop tôt. Mon temps de jeu a dû être géré pendant tout le reste de la saison et j'ai forcé bon nombre de shoots, ce qui a eu un vrai impact sur mes statistiques. Donc cette inefficacité venait d'une volonté de retrouver un niveau de MVP, sans pourtant assurer les premiers pas.

"Nous pouvons faire de grandes choses à Nanterre"

Pouvons-nous maintenant espérer revoir le vrai visage de Jamal Shuler avec Nanterre ?

C'est une grosse saison individuellement pour moi. Mais ne vous méprenez pas sur mes intentions, je suis le plus grand joueur d'équipe que vous pouvez rencontrer. Simplement, il y a eu beaucoup de critiques sur mon niveau la saison dernière donc je suis très motivé. Avec le style de jeu de Nanterre et les joueurs de cette équipe, je pense que nous pouvons faire de grandes choses ensemble. Je pense que si je reste en bonne santé, je vais montrer de quoi je suis capable en Pro A et en BCL.

Tu as gagné ton premier titre majeur avec Nanterre justement, l'EuroChallenge. Puis tu as remporté deux Leaders Cup avec l'ASM. Mais tu n'as aucun trophée national. Est-ce qu'il y a un sentiment d'inachevé sans ?

Tout à fait, je sens qu'il manque quelque chose à ma carrière. Je vois mes amis gagner des titres, je vois leur joie sur leur visage et je suis sincèrement heureux pour eux. Et je leur dis que je suis heureux pour eux car je sais à quel point c'est dur d'en gagner un et je sais à quel point ils ont travaillé pour y parvenir. Je sais ce qu'ils ont dû faire pour en arriver là, ils ont travaillé durement pour accomplir leur but. Mais cela me motive également, je veux moi aussi ressentir ce sentiment. C'est pour ça que je joue et au fond de moi, je sens dans mon cœur que je deviendrai un champion avant de prendre ma retraite.

Et justement, tu as des projets pour l'après-basket ?

Je veux construire ma propre salle de sport et travailler avec des jeunes, tout en débutant un business avec ma femme, mais je ne sais pas encore dans quel domaine.


Entre Vichy, Nancy, Nanterre et Monaco, Jamal Shuler a déjà disputé 190 matchs en LNB
(© - François Pietzrak).

par @
23 aout 2017 à 11:10
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
THÉO QUINTARD
Théo Quintard
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
10ème journée
17 novembre
Dijon
101
-
81
Boulazac
18 novembre
Châlons-Reims
76
-
85
Nanterre
Chalon-sur-Saône
82
-
67
Hyères-Toulon
Le Mans
77
-
63
Le Portel
Limoges
98
-
80
Antibes
Levallois Metropolitans
55
-
67
Cholet
Pau-Lacq-Orthez
68
-
90
Monaco
19 novembre
Gravelines-Dunkerque
78
-
70
Bourg-en-Bresse
Strasbourg
82
-
76
Lyon-Villeurbanne
Autres journées
PROGRAMME TV
25 novembre - 01h45
Panathinaïkos
Real Madrid
25 novembre - 02h00
Cleveland Cavaliers
Charlotte Hornets
25 novembre - 05h30
Panathinaïkos
Real Madrid
25 novembre - 09h30
Cleveland Cavaliers
Charlotte Hornets
25 novembre - 10h00
Panathinaïkos
Real Madrid