instagram
PRO A


ITW VINCENT COLLET : "PLUS DE CAPACITÉS INDIVIDUELLES"

ITW Vincent Collet (1ère partie) : Plus de capacités individuelles
Crédit photo : Sébastien Grasset

Sélectionneur tricolore bronzé à l’EuroBasket et coach auréolé d’un nouveau titre en début de semaine avec Strasbourg, Vincent Collet nous a accordés une longue interview mardi matin dans le cadre du Media Day de la LNB à Lyon.

Pour commencer, nous avons abordé avec lui la fin de la préparation de la SIG – ponctuée par une victoire au Match des Champions lundi contre Limoges –, avons passé en revue les joueurs qui sont venus renforcer le club alsacien durant l’intersaison et avons évoqué le remodelage collectif de son équipe. Une première partie d'interview axée sur la nouvelle saison de Pro A du vice-champion de France sortant, qui débute ce soir au Rhénus face à l’ASVEL (18 heures).

Revenons tout d’abord sur le Match des Champions. Etes-vous pleinement satisfait ou avez-vous tout de même des choses à redire malgré l’écart final ?

Il y a forcément des choses à redire, c’est le début de saison. L’écart est ce qu’il a été. C’est un match entre deux équipes : c’est autant nous qui avons fait ce qu’il fallait, que Limoges qui n’était pas prêt. Leur équipe n’est pas encore constituée. Schaffartzik va arriver (il a signé lundi et joué son premier match hier, ndlr), probablement un autre joueur, voire deux. Ca a tourné pour nous rapidement, donc après ça ne veut plus dire grand-chose. C’est un match de début de saison donc je suis assez prudent par rapport à l’écart final. On n’avait pas été bons à Nancy la semaine dernière (en seizièmes de finale de la Coupe de France, ndlr). Lundi, on était bien meilleurs, mais ça reste quand même un début de saison. Il y a plein de choses à améliorer. Dans le troisième quart-temps, on s’est complètement arrêtés de jouer. Bon, on a bien joué en première mi-temps, ça c’est sûr. A la fin également. Malgré tout, prudence.

"Les séries sont faites pour s'arrêter"

Pourtant la fin de votre présaison a été un peu compliquée, que s’est-il passé entre les deux ? Est-ce votre retour qui a changé la donne ?

Non, mon retour a coïncidé avec la défaite à Nancy. La préparation a été plutôt bonne de ce que j’ai entendu. On a gagné des tournois auxquels on a participé. Je pense qu’on a eu un coup de moins bien la semaine dernière. Et le SLUC a été bon contre nous, ce n’est jamais facile de gagner là-bas. On a fait 3/26 à 3-points... Malgré tout, le match a été serré jusqu’au bout, on est même passés devant à trois minutes de la fin. On a été meilleurs lundi, ça c’est sûr. On a mis plus d’impact, on a plus joué à l’intérieur. On va essayer de continuer, mais ça reste un début de saison. Il faut prendre ça avec les précautions d’usage. L’année dernière, Limoges avait perdu largement contre Nanterre au Match des Champions, ça ne l’a pas empêché d’être champion. Depuis dix ans, le vainqueur du Trophée des Champions n’a jamais été champion. Les séries sont faites pour s’arrêter... Pour autant, ce n’est pas au mois de septembre que l’on sait si on va faire une bonne saison.

D’un regard extérieur comme vous étiez occupé par l’Equipe de France, comment avez-vous vécu la présaison de la SIG ?

Très extérieur, comme d’habitude. J’ai eu régulièrement mon assistant (Pierre Tavano, ndlr), qui m’a informé. On a échangé, mais cela reste des coups de téléphone ponctuels, même pas quotidiens.

Vous faites donc entièrement confiance à Pierre Tavano sur la présaison…

Totalement. On travaille en amont, avant même le début de la préparation. On est rôdé, ça fait longtemps que l’on travaille ensemble. Je lui fais totalement confiance.

Parlons maintenant de quelques individualités qui sont venues garnir votre effectif durant l’intersaison. Après avoir pris feu dans le premier quart-temps du Match des Champions, on a pu voir un Kyle Weems complètement intégré dans le collectif. Quel est votre avis sur lui ?

Kyle fait beaucoup d’efforts. C’est un garçon qui est très motivé, qui veut s’intégrer, qui pose beaucoup de questions. Ca ne fait que peu de temps que je le côtoie, mais Pierre Tavano m’a dit la même chose : il est très impliqué. Il a toujours ses qualités. On a vu ce qu’il a fait dans le premier quart-temps, ça aide. Quand on parle du match de lundi, on a été lancé par des individualités. Ce n’est pas du jeu à proprement parler, ce sont les qualités individuelles qui ont fait que l’on a pris de l’avance.

"Rodrigue Beaubois veut développer sa palette"

Est-ce que Kyle Weems est le type de joueur qui vous manquait pour enfin aller chercher le titre en Pro A ?

C’est ce que tout le monde disait... C’est comme ça que l’on reconstruit une équipe. Nous sommes allés chercher deux ou trois joueurs davantage capables de scorer tous seuls, de créer leurs propres tirs. Après, comme je le disais, on est au mois de septembre. L’année dernière, on avait beaucoup de constance et de solidité. Mais on manquait de ce type de joueur ; et en finale, cela nous a été préjudiciable. Malgré tout, on a fait une bonne saison régulière. On verra cette année si on est capables, déjà, d’avoir la même constance. En tout cas, je pense qu’on a effectivement un peu plus de capacités individuelles.

Comme Rodrigue Beaubois également…

Oui, surtout. C’est le premier recrutement que l'on a fait. Rodrigue et Kyle incarnent cela, Mardy Collins aussi, mais dans un registre différent. Les deux premiers sont surtout des shooteurs. Mardy est lui plus un joueur de drive.

Concernant Rodrigue Beaubois, envisagez-vous de le faire évoluer comme vous avez pu le faire ces dernières saisons avec Antoine Diot, en vue de le lancer en Equipe de France ?

C’est différent, ce ne sont pas les mêmes joueurs. Au départ, Antoine est meneur dans l’âme, il est tourné vers la passe. Rodrigue est un scoreur, le but n’est pas du tout de le changer. Le but est qu’on essaye de progresser ensemble. Il est demandeur, il veut développer sa palette de joueur, il veut être davantage meneur. Mais nous on veut aussi utiliser ses capacités de scoreur et de création. On va essayer d’avancer tranquillement ensemble, et puis on verra où cela nous mène. Le but est qu’il fasse une bonne saison et qu’il permette à la SIG d’atteindre ses objectifs. Le reste, on verra ce qu’il se passera.

Enfin, un petit mot sur Matt Howard, qui a chuté lourdement dans le deuxième quart-temps du Match des Champions. Rien d’inquiétant pour la suite ?

Sur le coup, on était un petit peu inquiets, c’est pour ça que je l’ai économisé. Mais en fait, à la fin du troisième quart-temps, il m’a dit : « mais coach, ça va mieux, donc je peux jouer ! ». Matt a cette qualité de tout donner, parfois il ne fait pas attention… Il met la tête là où les autres ne mettraient pas les mains ! (sourire) C’est aussi pour ça qu’on l’aime. Le bémol, c’est que parfois il peut se faire mal.

"Quelle équipe est-on ? Réponse dès samedi"

On l’a clairement observé ces dernières saisons, votre philosophie de jeu est défensive. Est-ce difficile de la conserver en perdant des joueurs comme Axel Toupane ou Anthony Dobbins ?

Même Antoine. (sourire) On n’est pas obsédé par les chiffres. De toute façon, on va garder la plupart de nos principes défensifs. Je ne suis pas du tout intégriste à ce niveau là. Le système est servi par les joueurs. Et il faut que le système se mette au service des joueurs. On a changé d'approche cette année par rapport à nos joueurs de grande taille, afin d’essayer de leur faire faire des choses qui soient compatibles avec leurs qualités. On essaye surtout d’avoir une cohérence. Effectivement, on sait très bien qu'en fonction des joueurs qu'on peut avoir, on peut être plus ou moins performants d’un côté et de l’autre du terrain. C’est évidemment un équilibre entre l’attaque et la défense. Ce n’est pas très grave que l'on encaisse un peu plus de points, si on est capables d’en marquer davantage. Ce qu’il faut, c’est trouver un moyen de gagner les matchs. On sait que l’on a perdu des experts, Axel et Tony sont des forts défenseurs. A partir de là, c’est plus difficile de conserver une défense aussi performante que l’an passé.

La force collective était également la grande marque de fabrique de la SIG la saison dernière. Les fortes individualités que représentent Kyle Weems, Rodrigue Beaubois ou Mardy Collins vont-elles parvenir à bien se fondre dans le collectif ?

On ne sait pas ! (rires) On espère. C’est pour cela que je dis que le match de lundi me fait très plaisir, mais je suis très prudent. L’année dernière, on avait beaucoup de consistance. D’un match à l’autre, on ne changeait pas beaucoup. On était un peu plus adroit, un peu moins adroit… Mais on avait une vraie régularité, que je n’ai pas souvent vue dans mes équipes. Là je ne suis pas du tout sûr que l’on y parvienne cette année car on a changé des joueurs. On veut bien sûr essayer d’y arriver. Mais en septembre, tu ne peux jamais le savoir. C’est la répétition des matchs qui va nous montrer quel type d’équipe on est. Je pense que sur le match de lundi, les joueurs étaient très motivés et ont fait des efforts particuliers. Mais par exemple, on n’avait pas grand-chose à voir avec le match à Nancy. On verra, déjà, contre Villeurbanne si on est capables de reproduire ce type de performance. On aura déjà un élément de réponse dès samedi (aujourd'hui, 18 heures, ndlr).

03 octobre 2015 à 17:15
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
EMILE VAIZAND
Je gazouille sport. Mais pas que...Blagues pourries assumées.
Emile Vaizand
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
PRO A
03 décembre - 18h45
Monaco
Paris-Levallois
PRO A
04 décembre - 18h45
Lyon-Villeurbanne
Limoges
PRO A
05 décembre - 11h00
Monaco
Paris-Levallois
PRO A
05 décembre - 12h45
Lyon-Villeurbanne
Limoges
PRO A
06 décembre - 07h30
Lyon-Villeurbanne
Limoges