instagram
PRO A


LA SIG N'A PAS PERDU LA TÊTE À CHALON

La SIG n'a pas perdu la tête à Chalon
Crédit photo : Vincent Janiaud

En déplacement à Chalon dans un Colisée bouillant, Strasbourg est parvenu à arracher sur le fil une sixième victoire de suite en Pro A, à l'issue d'une grosse bagarre défensive (52-56), lors de la douzième journée du championnat.

Comme à Limoges, et avec un effectif plus que jamais diminué, l'Elan a su résister au co-leader pendant 37 minutes avant de craquer.

Les retrouvailles étaient électriques. Entre l’Elan Chalon et Strasbourg, qui s’étaient intensément écharpés lors des derniers playoffs, le contentieux était bien présent, même sept mois après les faits. Acteur lui aussi de la série mémorable des quarts de finale 2014, Jean-Denys Choulet était clair en avant-match au micro de France 3 : « C’est une revanche, seulement sportive, mais c’est une revanche ». Et le Colisée n’avait lui non plus pas oublié, en haussant nettement les sifflets à chaque balle captée par Antoine Diot, dont l'activité fut alors décisive pour mener la SIG en demies. C'est donc dans une ambiance hostile que le MVP français et le finaliste sortants, toujours co-leaders avec Limoges, se rendaient ce dimanche après-midi.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le sixième homme a clairement joué son rôle en début de partie. Maladroits (2/15 aux tirs après dix minutes), les Strasbourgeois se cognaient à des Chalonnais transcendés, malgré le rajeunissement de l'effectif suite aux absences cumulées ces dernières semaines de Dawson, Ireland et Rich. Poussé par son public, l'Elan prenait la tête en fin de premier quart-temps (17-10), grâce à l'expérience de C.J. Wallace (7 points et 8 rebonds) ou William Gradit (11 points). Sans retrouver une adresse mirobolante, la SIG faisait ensuite presque totalement son retard avant la mi-temps (27-26), notamment grâce à une paire de tirs primés réussis par Jérémy Leloup (12 points à 4/9 à 3-points).

Hué, Diot a été clutch

Facteur X, l'ancien Dijonnais montrait la voie à ses partenaires, et particulièrement à Paul Lacombe (11 points à 4/7 en 17 minutes), dont l'apport à longue distance s'est également fait ressentir en faveur des Alsaciens. Pourtant, les hommes de Jean-Denys Choulet faisaient le dos rond dans le sillage d'un hyperactif Marcus Dove (13 points à 6/12, 16 rebonds, 2 contres et 23 d'évaluation). Et c'est à égalité que les deux équipes entamaient la période décisive (40-40). Dans ce quatrième quart, le mano a mano se poursuivait et aucune défense ne laissait le moindre pouce de parquet jusqu'à l'entrée du money-time (47-48, 38e), qui est sans aucun doute l'un des moments préférés d'Antoine Diot (8 points et 5 passes), peu en vue jusqu'ici (2 points). Remis sur le parquet par un Vincent Collet sans voix, le meneur de la SIG fit taire dans la foulée celles du Colisée grâce à cinq points consécutifs aux allures décisives (47-53, 39e). Scott Suggs à trois-points (11 points) puis David Michineau (5 points à 2/12 et 5 passes) redonnaient bien quelques espoirs à la formation chalonnaise (52-53), mais celle-ci avait pris un coup sur la tête.

"C'est de bonne guerre"

Plus solides dans les derniers instants, les Alsaciens donnaient le coup de rein final sur la ligne des lancers. Et comme un symbole, c'est Antoine Diot qui inscrivit celui de la gagne (52-56). Appelé à réagir après le match sur les sifflets du Colisée qui l'ont accompagné tout l'après-midi, le meneur international français a eu ces mots au micro de Théo Souman (France 3 Bourgogne) : « On a fait le job avec la victoire, ce qui n’est jamais facile dans cette salle. On savait que ça allait être bouillant. Mais c’est de bonne guerre. Le public chalonnais est un très bon public, j’ai essayé de me servir (des sifflets) pour être bon ». Sa fin de match clutch peut bel et bien en attester.

Portés également par un Matt Howard très présent (9 points, 6 rebonds et 5 passes), les Strasbourgeois poursuivent donc sur leur lancée et signent un neuvième succès de rang toutes compétitions confondues. Alors qu'ils n'ont shooté qu'à 30% dans le jeu (9/27 à 3-points et... 8/29 à 2-points) ! La SIG prend même provisoirement la tête de la Pro A avec 11v-1d devant un CSP Limoges qui se rendra mardi à Châlons-Reims. Du côté bourguignon, c'est une nouvelle défaite sur le fil chez un cador du championnat, cinq jours après celle à Beaublanc, mais avec un autre joueur pro en moins (Jason Rich).

Si David Michineau, encore responsabilisé avec 37 minutes de jeu (record en LNB), a exprimé ses regrets d'avoir encore laissé filer la victoire (« on aurait pu l'avoir »), Antoine Diot a en outre tenu à saluer la pugnacité chalonnaise : « les blessures libèrent et les jeunes ont fait un super boulot ». Avec cette sixième défaite de sa saison, l'Elan équilibre son bilan et mène à la septième place une grosse meute de six clubs au bilan de 6v-6d (Paris-Levallois, Nancy, Le Mans, ASVEL et Cholet). Si Strasbourg caracole toujours en tête, la lutte pour la Leaders Cup est loin d'être finie pour Chalon. 

14 décembre 2014 à 16:38
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
EMILE VAIZAND
Je gazouille sport. Mais pas que...Blagues pourries assumées.
Emile Vaizand
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
PRO A
06 décembre - 07h30
Lyon-Villeurbanne
Limoges