instagram
PRO A


LE MANS BALAYÉ, STRASBOURG ENCORE EN FINALE !

Le Mans balayé, Strasbourg encore en finale
Crédit photo : Dorian Brault - SIG

Abonnée aux finales de Pro A, la SIG est parvenue ce jeudi soir à se hisser pour la troisième année de suite au dernier tour des playoffs.

Après avoir été parfaits à domicile, les Strasbourgeois ont plié l'affaire à Antarès, face à une équipe du Mans qui n'a résisté qu'une mi-temps, pour s'imposer 85-72 et 3-0 sur la série.

La SIG sans trembler. Du moins, en deuxième mi-temps. Alors qu'ils avaient assuré les deux premiers succès à la pause chez eux, les Alsaciens ont cette fois dû attendre le retour des vestiaires pour l'emporter et ainsi sortir le balai. Et pour cause, face à eux, Le Mans était en sursis et pouvait compter sur l'appui de ses supporters. Et pourtant, jamais les Sarthois n'ont réellement pu saisir leur chance. Lancé par le duo Daniel Ewing (11 points à 4/12) - Mouphtaou Yarou (10 points à 4/5 et 4 rebonds), le MSB prenait à deux reprises au milieu du premier quart-temps sa plus grosse avance de la partie (9-6 puis 11-8). Trois petits points d'avance que Tadija Dragicevic - inarrêtable, comme au match 2 - n'avait aucun mal à boucher. Avec sept points de suite, l'ailier-fort serbe calmait les ardeurs mancelles (11-13) et offrait à la SIG la possibilité de faire la course en tête durant une majeure partie du match (19-21 après dix minutes).

Antoine Eïto aura bien "posé ses cojones"

Pour autant, les Manceaux avaient du répondant. Tout au long d'un deuxième quart-temps très offensif - au score de mi-temps : 28-29 pour la SIG - les troupes d'Erman Kunter rendaient coup pour coup au leader de la saison régulière. Et qui mieux que Antoine Eïto, guerrier parmi les guerriers, pour sonner la révolte et mener la résistance ? Vocalement omniprésent et hyperactif en défense - ce qui a d'ailleurs mis hors de lui Louis Campbell en fin de match... - le sixième homme du MSB confirmait alors ses dires qui ont suivi le deuxième match. Crédité de 20 points en seulement dix minutes de jeu à la pause, le Rambo manceau en marquait 16 (!) dans cette deuxième période. Parfois laxiste au rebond (12 rebonds offensifs dont 8 à la mi-temps pour le MSB), Strasbourg était loin d'être à l'abri à mi-match (47-50).

Mais quand elle est difficulté, la SIG sait sur quoi se reposer : sa défense et son banc. Revenus avec beaucoup plus d'implication, les hommes de Vincent Collet ont petit à petit fait déjouer leurs homologues, les forçant à jouer (et gâcher) en périphérie et les limitant ainsi à seulement cinq points dans le troisième quart. Et comme un symbole, ce sont principalement des remplaçants qui ont fait gonfler le score de l'autre côté du terrain et permis à la SIG de réussir une grosse série de 17-2 sur la quasi intégralité du quart-temps. Meilleur marqueur de son équipe avec 21 points à 8/12 (même bilan que lundi !), Tadija Dragicevic continuait son festival et plantait deux nouveaux shoots (très) lointains. MVP du match 1, Bangaly Fofana se montrait encore décisif et efficace (12 points à 6/6 en 17 minutes), donnant à Strasbourg une avance supérieure à cinq unités pour la première fois du match après 24 minutes (49-56). Quant au facteur X Anthony Dobbins (9 points à 4/7, 3 rebonds, 3 passes et 2 interceptions), il a été précieux de part et d'autre de la mi-temps et a enfin marqué des points cette année en playoffs !

La SIG à une marche du triplé !

Mise sur orbite (52-67, 30e), la SIG était finalement intouchable. D'autant plus quand Matt Howard (5 points) prouvait qu'il n'a pas perdu ses capacités  à trois-points (entrevues à Roanne), au début de l'ultime quart-temps de cette demie (54-70, 32e) ! Mais comme prévu, Antoine Eïto n'était pas décidé à lâcher. Meilleur marqueur du match avec ses 26 points (à 6/11 aux tirs dont 3/5 à 3-points et 11/12 aux lancers-francs), c'est lui qui redonnait un léger espoir à Antarès, suivi ensuite par Dan Ewing (67-74, 38e). Mais le temps était compté. Et Eïto bien trop seul à faire un match plein ; Rodrigue Beaubois ayant été inexistant (2 points à 0/5 aux tirs) et C.J. Wallace ayant été - s'étant - pénalisé par les fautes (quatre en 15 minutes). Avant qu'il ne vienne le faire physiquement, Louis Campbell (9 points, 5 rebonds et 7 passes) répondait alors à Eïto et tuait dans l'oeuf toute tentative de hold-up (67-78, 79e). Jeu, set et match pour la SIG : 72-85.

C'est donc Strasbourg qui disputera le titre face au vainqueur de la deuxième demie opposant Limoges à Nancy (match 3 ce vendredi, 20h50). Nettement plus adroit à trois-points ce soir (9/17 contre 4/19) et vainqueur en trois manches, le club alsacien jouera une troisième fois la finale en trois ans. Si Antoine Diot (15 points à 5/9, 6 rebonds, 2 passes et 3 interceptions) avouait après ce match 3 au micro de Canal+ Sport qu'il ne leur "faudra par calculer, ni penser aux deux finales perdues", nul doute que les vice-champions de France auront une énorme pression. D'autant plus que le grand favori du championnat aura la possibilité de faire un triplé historique après ses succès à la Leaders Cup et en Coupe de France. Et deviendrait alors la... troisième équipe à le réaliser après l'Elan Béarnais Pau-Orthez en 2003 et l'Elan Chalon en 2012. Jamais deux sans trois, dit-on. Mais dans quel sens pour la SIG ?

04 juin 2015 à 22:46
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
EMILE VAIZAND
Je gazouille sport. Mais pas que...Blagues pourries assumées.
Emile Vaizand
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
NBA
08 décembre - 04h30
Los Angeles Clippers
Golden State Warriors
NBA
08 décembre - 09h30
Houston Rockets
Los Angeles Lakers
LIGUE DES CHAMPIONS
08 décembre - 10h45
Strasbourg
Utenas
NBA
08 décembre - 11h00
Los Angeles Clippers
Golden State Warriors
NBA
08 décembre - 12h45
NBA Extra