instagram
PRO A


LE PARIS-LEVALLOIS OUVRE SON COMPTEUR !

Le PL ouvre son compteur
Crédit photo : Olivier Fusy

Ca y est ! Le Paris-Levallois a lancé sa saison en s’imposant à domicile face à Pau-Lacq-Orthez (79-55).

On ne tirera pas de conclusions d’un match où Pau n’a pas existé mais n’empêche, Paris a ressemblé à une équipe et semble s’être trouvé un meneur.

Entre un PL complètement inexistant à domicile depuis le début de saison (-12 face à Rouen puis -19 face à l’Asvel) et un Elan Béarnais plutôt en vue en début de semaine face à Strasbourg, on craignait le pire pour l’équipe d’Antoine Rigaudeau. Que nenni.

Le début de match donne la tendance, avec un Kevin Langford saignant (9 points à 4/7 aux tirs dans le premier quart, 13 au total). Très vite, le PL fait l’écart. Pau ne reviendra plus (24-14 à la fin du premier quart).

A Pau, Steven Smith (12 points à 6/11 aux tirs, 9 d’évaluation en 32 minutes) puis Lance Harris (17 points à 6/15 aux tirs, 10 d’évaluation en 34 minutes) jouent chacun de leur côté et J.K. Edwards (5 points en 23 minutes) connaît un franc succès avec le trio arbitral (anti-sportive puis technique).

Yannick Bokolo (-5 d’évaluation en 10 minutes) rentre et on comprend bien vite pourquoi l’ancien international n’a pas encore mis un panier cette saison tant il semble mal à l’aise dès que la balle lui arrive dans les mains. L’EBPLO tente bien de mettre quelques ballons à l’intérieur, sans grande réussite ; la colonne balles perdues se régalent (8 à la mi-temps, 38-28).

La deuxième mi-temps confirme la tendance. L’occasion pour Giovan Oniangue (8 points à 3/7 aux tirs, 6 passes décisives pour 11 d’évaluation en 33 minutes) de noircir la feuille et pour Jason Rich (15 points à 5/9 aux tirs, 5 rebonds pour 20 d’évaluation en 33 minutes) de se faire mal à la cheville (il reviendra en jeu lors du quatrième quart). Un moonwalk de Buzzy, la mascotte du PL, plus tard, le match est définitivement plié (65-44, 34e). La fin de match est à montrer dans les écoles de garbage time. Score final : 79-55.

A Pau, on serre les dents ; à Paris, on serre moins les fesses

Toute la soirée, Eric Bartéchéky aura serré les dents. Au sens propre. Dès que son équipe était dans le dur, à forcer des shoots, on pouvait voir le même rictus sur le visage du coach de Pau. Mais où était passé son Elan Béarnais qui avait résisté en début de semaine à la SIG ?

En face, les supporters du PL se sont sûrement posé la même question. Ils avaient laissé leurs protégés sur une déroute face à l’Asvel, ils les ont retrouvés avec un visage autrement plus conquérant. Plus volontaires en défense, plus cohérents en attaque… Le Paris-Levallois ressemblait à une équipe samedi soir. On notera également le nouveau double-double de Louis Labeyrie (11 points, 10 rebonds, 19 d’évaluation en 22 minutes) qui confirme son bon début de saison.

L’équipe des Hauts-de-Seine s’est surtout trouvé un meneur. Exit James Florence, welcome Chris Jones. Pas révolutionnaire mais dynamique, le rookie (18 points à 7/17 aux tirs, 5 rebonds, 3 passes décisives pour 14 d’évaluation en 31 minutes) n’a pas eu de mal à faire mieux que son prédécesseur et a déjà montré de belles qualités de « tripoteur » de ballon.  De quoi satisfaire son nouvel entraîneur, Antoine Rigaudeau.

A confirmer dès samedi prochain pour le derby, face à Nanterre.

Par Xavier Collin, à Levallois

24 octobre 2015 à 22:01
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
XAVIER COLLIN
Un mélange de Dee Spencer et de Flo Piétrus. NB : d’un dauphin, t’en fais pas un requin.
Xavier Collin
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
NBA
10 décembre - 02h00
Oklahoma City Thunder
Houston Rockets
NBA
10 décembre - 09h30
Milwaukee Bucks
Atlanta Hawks
NBA
10 décembre - 11h00
Oklahoma City Thunder
Houston Rockets
NBA
10 décembre - 12h45
NBA Extra
PRO A
10 décembre - 18h45
Chalon-sur-Saône
Lyon-Villeurbanne