instagram
PRO A


LE PL AU BOUT DU SUSPENSE

Le PL au bout du suspense
Crédit photo : K-Reine Paris Levallois

Le Paris-Levallois s'est fait peur mais a finalement battu Orléans vendredi soir (82-78).

Les stats du match : 25 points et 27 d'évaluation pour Jason Rich plus forts que le 17/30 (!) à 3-points de l'OLB. Et les joueurs de Pierre Vincent pourront s'en vouloir de leur gestion de fin de match.

Ce match-là, le Paris-Levallois l’aurait sûrement perdu il y a de cela quelques semaines encore. Très à l’aise au score à la mi-temps (50-33), le PL a laissé revenir des Orléanais valeureux… et surtout très adroits, au point même de passer devant (68-70, 34e). « En deuxième mi-temps, on les a laissés espérer… et ils nous ont punis à 3-points », confirmait Freddy Fauthoux.

17 tirs primés marqués (sur 30 tentatives) dont 12 dans les vingt dernières minutes. Les pistoleros étaient de sortie, les Sommerville (5/8), McAlarney (5/8), Harris (4/8) et Eïto (2/4). « Je suis fier de la réaction de mes joueurs », avançait Pierre Vincent après-match. « Ce n’était pas simple et on a fait preuve de beaucoup de courage. Après, notre entame défensive me pose problème… »

Jason Rich superstar

« J’ai la rage par rapport à ma défense sur Rich en première mi-temps. » Le mea culpa est signé Antoine Eïto, pas du genre à se cacher. En face, Jason Rich a pris ses aises face aux « nains » (dixit Eïto) de l’OLB. « J’étais en mission sur lui et je n’ai pas fait le job. » Et Rich a fait mal. En post up, de près, de loin, à la création… La ligne de stats est replète : 25 points à 12/18 aux tirs et 6 passes décisives pour 27 d’évaluation en 34 minutes.

« Jason a bien profité de son avantage physique sur les arrières d’Orléans », confirmait Fauthoux. « Jason a toujours confiance en lui », renchérissait Giovan Oniangue, lui aussi en vue vendredi soir (18 points, 19 d’éval). « Il bosse très dur tous les jours, c’est mérité. Je suis très content pour lui. »

La gestion de fin de match de l'OLB = ?

Reste la gestion de fin de match bizarroïde des Orléanais. 78-78, 15 secondes à jouer, balle PL, deux fautes à donner. Et là, les joueurs de Pierre Vincent font trois fautes… et donnent donc deux lancers à Chris Jones. Une stratégie étrange, surtout quand on sait que Pierre Vincent n’avait plus de temps-mort et que le PL avaient encore trois fautes à faire…

Tout cela fait les affaires de Paris, qui reste sur quatre victoires de suite. « Chacun est en train de trouver son rôle, et surtout de l’accepter », conclut Fauthoux. « Maintenant, la suite du calendrier ne va pas être simple. » Un euphémisme : Gravelines, Chalon, Strasbourg… Et l’ASVEL pour commencer, samedi 9 avril, à 17 heures, pour Rich & cie. Pour passer la cinquième et définitivement sauver leur tête en Pro A ?

Par Xavier Collin, à Paris

01 avril 2016 à 22:08
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
XAVIER COLLIN
Un mélange de Dee Spencer et de Flo Piétrus. NB : d’un dauphin, t’en fais pas un requin.
Xavier Collin
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
NBA
10 décembre - 02h00
Oklahoma City Thunder
Houston Rockets
NBA
10 décembre - 09h30
Milwaukee Bucks
Atlanta Hawks
NBA
10 décembre - 11h00
Oklahoma City Thunder
Houston Rockets
NBA
10 décembre - 12h45
NBA Extra
PRO A
10 décembre - 18h45
Chalon-sur-Saône
Lyon-Villeurbanne