PRO A


LES 20 JEUNES À SUIVRE DE LA SAISON 2017/18

Maxence Dadiet Nanterre Claire Macel
Crédit photo : Claire Macel

Le renouvellement éternel des JFL continue en Pro A.

Vincent Poirier, Moustapha Fall, Mathias Lessort, Yakuba Ouattara, Nicolas De Jong, Frank Ntilikina... Durant l'intersaison 2017, plusieurs des meilleurs joueurs français de Pro A ont encore fait le choix de s'exporter après une belle saison, sans compter Edouard Choquet, descendu en Pro B. Après la saignée de 2016 (Yabusele, Beaubois, Albicy, Boungou-colo, Westermann, Traoré, Jean-Charles, Dallo etc.), cela fait plus de quinze "joueurs formés localement" de haut niveau partis vers d'autres horizons.

Mais le réservoir du basketball français est de plus en plus vaste. Cette saison, beaucoup de jeunes de 22 ans et moins (nés en 1995 et après) seront responsabilisés.

Voici la liste des jeunes joueurs attendus cette saison en Pro A.

Génération 1995

  • Youssoupha Fall (2,21 m) : poste 5 du Mans

Arrivé au Mans à 17 ans, Fall a passé quatre saisons au centre de formation du MSB avant de devenir joueur formé localement (JFL) et professionnel. Pour sa première saison pro, il a été envoyé à Poitiers, en Pro B, où il a fait preuve d'une grande efficacité (14,9 d'évaluation en 21 minutes de moyenne). Cette saison, il partagera le poste 5 avec Wilfried Yeguete, un joueur bien plus petit et mobile que lui. Concernant les problèmes de fautes, il doit s'adapter. "Je dois les éviter, a-t-il confié à Ouest-France lors du Pro Stars. Les arbitres n’ont pas l’habitude d’arbitrer des joueurs comme moi. C’est donc à moi de m’adapter. En Pro B, j’avais déjà connu ce problème. Les joueurs y sont plus petits. En Pro A, le problème devrait être moindre." Franco-Sénégalais, s'il devient performant, il pourra intéresser l'équipe de France pendant les fenêtres internationales. A suivre.

  • Paul Rigot (2,01 m) : poste 3 d'Antibes

Longtemps considéré comme le deuxième plus gros prospect de la génération 95 derrière Damien Inglis, Paul Rigot s'est d'abord fait oublier à Limoges avant de s'éteindre à Orchies, lanterne rouge de Pro B, en 2015/16. Invité surprise de l'AS Monaco lors de la préparation de la saison 2016/17, il a gagné sa place dans l'équipe et a finalement eu sa chance lorsque l'équipe a perdu nombre de joueurs à cause des blessures. Et cette chance, il l'a saisie, prouvant qu'il avait le niveau pour évoluer en Pro A. Résultat des courses, il a signé à Antibes pour deux saisons, où il aura un vrai rôle sur le poste 3 en compagnie du vétéran Max Kouguère, devenu l'une des valeurs sûres de la Pro A. On attend donc sa confirmation.

  • Stephan Gauthier (1,92 m) : poste 2 de Boulazac

C'est un peu l'inconnu de cette liste. Stephan Gauthier est le local (natif de Bergerac) de l'équipe de Boulazac. La saison passée, alors qu'on l'attendait surtout avec la réserve en NM3, il s'est imposé dans la rotation d'une grosse équipe de Pro B (3,5 d'évaluation en 14 minutes de moyenne). En playoffs, Claude Bergeaud a continué à l'utiliser (1,6 d'évaluation en 10 minutes). Aujourd'hui, il est dans le groupe Pro A du BBD et devrait continuer de jouer. Dureté, opportunisme... Voilà un gamin du Sud-Ouest qui plaît à Claude Bergeaud. Pour ceux d'entre vous qui ne le connaissent pas encore, voici quelques unes de ses bonnes actions en vidéo :

  • Axel Bouteille (2,00 m) : poste 3 du Limoges CSP

Après avoir remporté le titre avec l'Elan Chalon, Axel Bouteille se lance un nouveau défi : s'imposer comme un fort joueur de Pro A dans le mythique club du Limoges CSP. Là-bas, il retrouve un autre Varois, Kyle Milling. Gros attaquant comparé par le commentateur TV Stephen Brun à l'ancien attaquant fêtiche du Milan AC Pippo Inzaghi, ce poste 3 très adroit a tous les atouts pour devenir un des meilleurs scoreurs de Pro A et un joueur, plus tard peut-être, de l'équipe de France masculine A. Surtout quand on connaît les besoins des Bleus sur ce poste. Entre la Pro A et l'EuroCup, il aura du temps pour exploser.

  • Arthur Rozenfeld (1,78 m) : poste 1 de l'Elan Chalon

Ancien fort joueur de l'ASVEL en jeune, Arthur Rozenfeld a passé deux ans en Pro B (à Boulogne puis Roanne) pour continuer à se former. Gros attaquant très talentueux, il va être coaché par Jean-Denys Choulet qui adore ce genre de profil. Mais en cette préparation, le poste 1 chalonnais pose question. Pas la meilleure façon de s'installer en Pro A. Il devra, quoi qu'il en soit, montrer qu'il peut défendre sur des postes 1 de gros niveau (John Roberson, Zack Wright, Dru Joyce) pour avoir un vrai rôle à ce niveau.

  • Petr Cornelie (2,11 m) : poste 4 de Levallois

Il a réalisé une belle saison 2015/16, a réussi à être drafté. Mais la saison passée, il n'a pas confirmé. Que se soit avec Erman Kunter, avec qui il avait du mal, ou Alexandre Ménard, qui l'a remplacé. Prolongé puis prêté à Levallois, il va pouvoir s'exprimer dans un autre contexte. Avec Florent Piétrus et maintenant Boris Diaw sur le poste 4, il aura deux exemples mais aussi de la concurrence niveau temps de jeu. Mais entre la Pro A et l'EuroCup, il faudra bien ça pour les Metropolitans. A lui de prendre le meilleur de cette expérience et de montrer que la saison passée n'était qu'un accident.

Génération 1996

  • Cyrille Eliezer-Vanerot (2,02 m) : poste 3 de Levallois

Après les départs de Poirier, Labeyrie mais aussi Oniangue, la base de jeunes joueurs français du Paris-Levallois a sérieusement maigri. Mais lui, Eliezer-Vanerot, est encore là. Ailier au physique NBA, il a réalisé à 20 ans une belle première saison professionnelle (6,1 points, 2,8 rebonds et 1,2 passe décsive en 22 minutes) dans une grosse équipe de Pro A (demi-finaliste des playoffs). Lors de la prochaine Draft, il sera automatiquement éligible. Et son profil pourrait intéresser pas mal de franchises NBA. C'est d'ailleurs son objectif. Pour cela, celui qui a bossé tout l'été avec Joseph Gomis devra faire une grosse saison. Cela tombe bien, c'est un homme important du dispostif de Frédéric Fauthoux. Parfait pour exploser.

  • Alpha Kaba (2,09 m) : poste 5 de l'ASVEL

Quel est le vrai niveau d'Alpha Kaba ? Après deux saisons en Serbie au KK Mega Leks, c'est la question que nous nous posons. S'il a été drafté en NBA, il a été choisi en 60e position. Pas forcément positif étant donné son profil très intéressant alliant mobilité et puissance. A l'ASVEL, il aura le temps de continuer à se développer, lui qui reste jeune avec seulement deux saisons professionnelles derrière lui dans un contexte bien différent de tout ce qu'il avait connu jusqu'ici. En tout cas, on ne peut que souligner la bonne idée de l'ASVEL qui a décidé de donner de vraies responsabilités à un gros potentiel du basketball français.

  • Léopold Cavalière (2,02 m) : poste 3/4 de l'Elan Béarnais

Avec Jean-Michel Mipoka dans le rôle de poste 3/4 en 2016/17 et une grosse blessure lors de la Leaders Cup, le Toulousain n'a pas pu passer de cap la saison passée. Avec un effectif professionnel restreint, cette saison il aura un vrai rôle à jouer. MVP du championnat Espoirs en 2015/16, ce joueur déjà dur et doté d'un physique très intéressant est très attendu par tout un club qui a beaucoup investi sur sa génération.

Génération 1997

  • Olivier Cortale (2,07 m) : poste 4 de Strasbourg

Ntilikina parti, il est LE jeune à suivre du côté de Strasbourg pour cette saison. Vincent Collet a fait le choix de l'intégrer pleinement à l'effectif professionnel et il aura un vrai rôle à jouer en compagnie d'Atkins, Labeyrie et Otule dessous. Formé sur le poste 3 durant ses années CFBB, il a retrouvé son poste naturel, le 4, en venant en Alsace. Performant durant les matchs de préparation, il a impressionné certains observateurs. "Ses alternances entre départs en dribble et shoot à mi-distance sont destructrices", nous décrivait un observateur fin août. Après avoir fait l'impasse sur l'EuroBasket U20, parviendra-t-il à exploser ? On y croit.

  • Luc Loubaki (1,91 m) : poste 2/3 de Monaco

Après une saison 2016/17 très frustrante en tout point à Orléans, une fin de cursus ratée en équipe de France jeune alors qu'il était le leader de la génération 97 à l'origine avec Stéphane Gombauld, Luc Loubaki va tenter de faire "une Paul Rigot". Et Zvezdan Mitrovic lui donne sa chance. Lors de la préparation, il a ainsi démarré dans le cinq majeur de quasiment tous les matchs de l'AS Monaco. Lors du Media Day, il nous a confié être très heureux d'être joueur de la Roca Team, où on essaye réellement de l'aider dans son développement selon lui. Avec les deux matchs par semaine (championnat de France + Ligue des Champions), il sera certainement amené à jouer également dans les matchs officiels. A lui de montrer qu'il a le niveau, en progressant entre autre sur son tir.

  • Elio Okobo (1,87 m) : poste 2 de l'Elan Béarnais

Après avoir explosé en Pro A en 2016/17 malgré une vilaine blessure (fracture du pied) lors de la Leaders Cup 2017 en février, le Bordelais doit confirmer cette saison. Et tout un club l'a mis dans les bonnes dispositions pour cela puisque l'équipe fanion ne compte que trois arrières, dont il fait partie. Après un EuroBasket U20 irrégulier où il a été décalé au poste 1, il a pu se reposer et se remettre au boulot. All-Star Pro A, Draft NBA, Leaders Cup et playoffs... Tout est possible pour lui.

  • Luka Asceric (2,03 m) : poste 1/2 de Hyères-Toulon

C'est le bon coup de l'été du HTV. Le fils de Neno Asceric est un poste 1/2 austro-serbe qui n'a pas terminé de grandir. Doté de bons fondamentaux, "all-around player" au QI basket élevé, il a tout du futur joueur EuroLeague. Après avoir montré qu'il avait le niveau en Pro B, il doit maintenant passer le cap de la Pro A. Pour cela, il devra s'endurcir, gagner en régularité et en adresse. A surveiller.

  • Amine Noua (1,98 m) : poste 4 de l'ASVEL

Devenu le leader de la génération 97 lors de l'EuroBasket U20, il a ramené une médaille et une place dans le meilleur cinq de l'Euro. Bagarreur doté d'un "jeu de pied" très intéressant dans ses mouvements intérieurs, il commence à s'écarter de plus en plus du cercle. Essentiel étant donné sa relative petite taille pour un intérieur. Le développement de son adresse extérieure est d'ailleurs sans doute ce qui conditionnera beaucoup de sa carrière. En tout cas, l'ASVEL a une rotation de dix joueurs où lui et Alpha Kaba auront un vrai rôle.

Génération 1998

  • Adam Mokoka (1,91 m) : poste 2 de Gravelines-Dunkerque

La génération 1998 arrive enfin à l'âge où elle commence à avoir un vrai rôle chez les professionnels. S'il a été décisif lors des conquêtes de l'or en 2014 avec les U16 et 2016 avec les U18, Adam Mokoka a fait preuve d'irrégularité au Mondial U19 en juillet dernier (voir le reportage inside "Grandir Encore"). Très dur, athlétique, l'ancien joueur de Cergy a cependant réalisé de grosses sorties en préparation lors de laquelle Julien Mahé, ancien coach des Espoirs, n'a pas hésité à le laisser longtemps sur le parquet. Il faut dire que Quentin Serron, pris par l'EuroBasket avec la Belgique, n'était pas là. Mais sa préparation l'a peut-être lancé, et ce sera une très bonne chose pour le BCM qui a vu passer de nombreux jeunes dans son centre de formation ces dernières années (à l'image de William Howard), sans jamais réussir à les faire éclore au sein de son équipe professionnelle.

  • Bathiste Tchouaffe (1,96 m) : poste 2 de Nanterre

Peu utilisé en première partie de saison 2016/17 à sa sortie du Centre Fédéral, Tchouaffé avait fait le choix de ne pas jouer avec les Espoirs. Et au fur et à mesure de la saison, le Poitevin a commencé à jouer, réalisant quelques belles sorties en fin de saison. Sur la préparation de Nanterre, les arrivées tardives des Américains, les blessures des uns et des autres, lui ont permis d'avoir un gros temps de jeu. Il semble désormais un professionnel établi et sa partie au Match des Champions l'a bien montré. Reste à savoir s'il sera utile dans les soirées d'orgie offensive que connaît régulièrement Nanterre où il sera une vraie rotation de Jamal Shuler sur le poste 2. Affaire à suivre.

  • Abdoulaye N'Doye (1,96 m) : poste 1 de Cholet

Avec Michineau et Rousselle, N'Doye a du monde devant lui à la mène du Cholet Basket. Mais sa polyvalence, son physique (dont sa taille) pourront lui permettre d'évoluer avec ces deux derniers. Doté de bons fondamentaux, il lui manque encore une arme essentielle pour s'imposer au plus haut niveau : le tir. Mais dans un club formateur comme le Cholet Basket, il aura sans doute  sans aucun doute l'encadrement pour lui faire travailler cet élément. En attendant, on devrait le voir à quasiment tous les matchs des professionnels en Pro A cette saison.

Génération 1999

  • Maxence Dadiet (1,91 m) : poste 1/2 de Nanterre

C'est la grosse cote de cette liste. A l'été 2016, Dadiet (notre photo) a quitté le centre de formation du Havre (dont l'équipe professionnelle descendait en Pro B) pour rejoindre celui de Nanterre 92. Il est arrivé par la petite porte, jouant surtout avec les U18 France (une équipe très compétitive à son niveau) et de plus en plus avec les Espoirs en deuxième partie de saison. C'est pourquoi, il a surpris tout le monde lors de la préparation, tenant souvent la mène de l'équipe professionnelle. Lors de l'Appart City Cup, remporté par Nanterre, il a ainsi partagé le poste 1 avec Warren Racine puisque Heiko Schaffartzik était blessé (élongation au mollet).

"C'est plutôt un poste 2 qui passait de temps en temps à la mène, nous a décrit l'assistant coach de Nanterre Franck Le Goff. A l'entraînement, je l'ai essentiellement cantonné au rôle de meneur de meneur de jeu. Il est surprenant. De formation et de base, ce n'est pas du tout un meneur de jeu mais il tient très bien la balle, il est très discipliné dans ce qu'il fait. Et surtout, il n'a pas peur. C'est quelqu'un qui est très à l'écoute, qui a des qualités athlétiques très importantes. ll peut défendre sur de très bons postes 1 ou 2, il a la caisse pour, physiquement il n'a aucun problème. Et surtout, il a cette volonté... Il lâche rien ! Il est dans l'apprentissage, il progresse avec des gars comme Heiko Schaffartzik, Jamal Shuler... C'est énorme pour lui. Il est pour l'instant sur le poste 1, on lui fait beaucoup travailler son tir et il progresse de jours en jours. C'est surtout sa capacité à jouer dans l'agressivité. C'est quelqu'un qui n'hésite pas à attaquer le cercle, à prendre un tir quand il est ouvert. On a l'impression qu'il joue en pro depuis un certain nombre d'années alors qu'il était cadet l'année dernière. Ce n'est pas du tout un produit fini, il a une grosse marge de progression. Cette préparation lui a donné beaucoup d'assurance, il est vraiment très cohérent. C'est une grosse satisfaction."

Alors certes on devrait surtout le voir en Espoirs cette saison. Mais avec le calendrier chargé qu'aura Nanterre, il aura peut-être l'occasion de grapiller quelques minutes par-ci par-là chez les pros. Et s'il progresse à la vitesse de ses 12 derniers mois, Nanterre n'hésitera pas à lui donner plus de place.

  • Ludovic Beyhurst (1,72 m) : poste 1 de Strasbourg

Avec l'absence de Michael Dixon lors de la préparation (car retenu avec la Géorgie pour l'EuroBasket), Beyhurst a eu un temps de jeu important à la mène aux côtés de Zack Wright. Et dans la lignée de sa fin de saison 2016/17 où il est entré en jeu à plusieurs reprises en Pro A et de son EuroBasket U18 cet été où il a été très utile au groupe de Frédéric Crapez, il a montré des choses surprenantes. Encore samedi, contre Galatasaray, il a montré une activité qu'on lui connaît depuis tout petit. Mais cette fois, c'est contre une grosse équipe étrangère qu'il a montré qu'il avait la capacité à rentrer dedans, prendre des rebonds, créer... Derrière Wright et Dixon cette saison, il aura certainement des minutes à prendre avec deux matchs par semaine et souvent des absences. Son état d'esprit, son côté guerrier sur le terrain, ne pourra que l'aider dans cette quête de minutes.

Génération 2001

  • Killian Hayes (1,93 m) : poste 2/1 de Cholet

Irrités, on vous sait irrités. Oui nous parlons beaucoup de Killian Hayes. Oui nous pouvons le qualifier de "nouveau prodige du basketball français". Mais Killian Hayes a la tête sur les épaules et avance à la vitesse grand V. Cette saison, il est prévu qu'il s'entraîne avec les professionnels et joue avec les Espoirs. A 16 ans, c'est déjà très bien, notamment sous la houlette d'un entraîneur comme Philippe Hervé et dans un groupe où l'on compte de grands professionnels comme Jonathan Rousselle ou Ilian Evtimov. Mais Killian Hayes passe les étapes à une vitesse folle et a déjà réalisé des passages intéressants avec les professionnels lors de la pré-saison. Le voir sur le parquet d'un match officiel de Pro A à seulement 16 ans serait déjà énorme. Et cela risque d'arriver à l'occasion.

A cette liste de 20 joueurs, on peut également ajouter Corentin Lopez (HTV), Jean-Marc Pansa (Nanterre), Sylvain Francisco (Levallois) et bien d'autres que l'on pourra découvrir tout au long de la saison. 

20 septembre 2017 à 16:21
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GABRIEL PANTEL-JOUVE
Tout ça pour mettre une balle dans un cercle.
Gabriel Pantel-jouve
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
12ème journée
08 décembre
Châlons-Reims
70
-
64
Hyères-Toulon
Gravelines-Dunkerque
73
-
67
Lyon-Villeurbanne
09 décembre
Bourg-en-Bresse
89
-
91
Boulazac
Chalon-sur-Saône
95
-
81
Antibes
Dijon
71
-
99
Monaco
Limoges
88
-
79
Le Portel
Strasbourg
88
-
54
Cholet
10 décembre
Pau-Lacq-Orthez
93
-
79
Levallois Metropolitans
11 décembre
Le Mans
20h45
Nanterre
Autres journées
PROGRAMME TV
12 décembre - 01h15
NBA Extra
12 décembre - 01h45
Pau-Lacq-Orthez
Levallois Metropolitans
12 décembre - 02h00
Chicago Bulls
Boston Celtics
12 décembre - 02h10
Houston Rockets
New Orleans Pelicans
12 décembre - 03h15
Le Mans
Nanterre