instagram
PRO A


LES LEADERS (PRESQUE) TOUS PRÊTS POUR DISNEY

Les leaders (presque) tous prêts pour Disney
Crédit photo : Sylvain Vergne

Toutes les équipes appelées à disputer la Leaders Cup la semaine prochaine étaient sur le pont ce samedi soir pour le compte de la 21e journée de Pro A.

Parmi elles, les trois premières du championnat n'ont pas tremblé à domicile. En bas de tableau, Pierre Vincent a été battu avec Orléans pour son premier match déjà important à la tête de l'OLB.

  • Strasbourg IG 70-62 Elan Béarnais Pau-Lacq-Orthez

Leader parmi les leaders, Strasbourg s'est bien repris suite à son douloureux échec européen mardi soir face au Zénith. Au Rhénus, la SIG a empoché une septième victoire de suite en championnat et a encore fait parler défense et collectif face à un Elan Béarnais de nouveau distancé au classement (10v-11d, 12e). En réussite aux tirs (54% dont 11/21 de loin) malgré leurs 19 balles perdues, les Alsaciens ont limité les Palois à 37% de réussite et à seulement 23 points en première mi-temps (36-23, dont 12-7 dans le deuxième quart). De retour au contact juste après la pause (41-40, 26e), l'EBPLO d'Antywane Robinson (16 points à 7/16), Kevin Dillard (15 points à 6/13) et Ebi Ere (12 points à 5/16) a pris un nouveau coup sur la tête avec un 11-1 en trois minutes (52-41, 29e). Puis Antoine Diot (10 points à 5/8, 4 rebonds et 3 passes) a planté ses deux 3-points du soir à cheval sur les troisième et quatrième quart-temps pour remettre la SIG sur orbite (58-43, 31e). Avec six joueurs entre 8 et 10 unités, aucun strasbourgeois n'est vraiment sorti du lot, si ce n'est peut-être Louis Campbell (10 points à 4/5 et 6 passes pour 16 d'évaluation en 23 minutes). Ou bien Matt Howard, déjà de retour suite à sa blessure à la cheville il y a dix jours, et qui a parfaitement repris ses marques en jouant 19 minutes et rendant 8 points à 3/4 et 6 rebonds pour une évaluation de 14. A moins d'une semaine de la Leaders Cup, tous les voyants sont donc au vert pour Strasbourg (18v-3d), qui arrivera à Disneyland dans la peau du club à abattre.

  • JSF Nanterre 101-89 SPO Rouen

Derrière la SIG, Nanterre s'avancera également chez Mickey avec une grosse pancarte dans le dos. Non seulement la JSFN a repris sa marche en avant après la fin de sa belle série la semaine dernière, mais la meilleure attaque de Pro A (84,1 points de moyenne) a cartonné contre Rouen, passant pour la troisième fois cette saison la barre des cent points (dont une après prolongation). Avec cinq joueurs en double-figure au scoring et six à l'évaluation, Nanterre s'est appuyé sur son gros roster pour donner le ton d'entrée en première mi-temps en menant... 57 à 48. Un score qui rappelle forcément celui de lundi à Rouen, où le SPO avait déjà atteint les 57% de réussite aux tirs sur l'ensemble du match. Loin d'être ridicules, les partenaires d'Alain Koffi (21 points à 7/10 et 4 rebonds) ou Daequan Cook (17 points à 5/12) ont été battus par plus forts. Et surtout par plus adroits qu'eux, puisque la JSF est montée à 62% dans le jeu pour assurer un succès acquis dans ces conditions dès le premier quart-temps (29-19). Leader du dauphin de Strasbourg (17v-4d), T.J. Campbell a compilé 18 points à 7/12 et 7 passes pour 21 d'évaluation en 30 minutes. Du côté normand, la dégringolade continue avec une sixième défaite en sept matchs pour le SPO, qui s'éloigne des playoffs (9v-12d, 14e).

  • Limoges CSP 84-77 STB Le Havre

Dans l'un des deux duels du soir entre qualifiés pour l'événement de la mi-saison, Limoges a dû s'employer pour venir à bout du Havre, pourtant privé d'une pièce maitresse en la personne de Ricardo Greer, suspendu par la LNB. Parti très fort (22-12, 7e), le CSP s'est fait rejoindre dans le deuxième quart-temps (28-28, 13e) et a mis très longtemps à se défaire de la sangsue havraise, portée par son leader actuel Shawn King (13 points à 6/9, 14 rebonds et 6 passes pour 32 d'évaluation en 38 minutes) et alimentée à la marque par Wilfried Yeguete (17 points à 8/9, 8 rebonds et 25 d'évaluation), John Cox (16 points et 5 passes en 40 minutes) et Hugo Invernizzi (15 points à 5/7 à 3-points). Alors que le champion de France avait repris les devants en fin de troisième quart-temps (68-62), grâce à Nobel Boungou-colo (24 points à 8/12, 7 rebonds et 4 passes pour 30 d'évaluation en 31 minutes), le STB pouvait encore croire à la victoire à l'entrée de la dernière minute (78-77). Les Normands ont finalement craqué face aux coups de boutoir de Jamar Smith en fin de match (11 de ses 14 points à 5/12 dans le dernier quart). Auteur d'un 4/8 à 3-points, le sixième homme a bien contribué au 13/22 rendu par le CSP derrière l'arc, en compagnie de Boungou-colo (3/3) et surtout d'Adrien Moerman (5/5). Ce dernier, auteur de 22 points à 7/10 et 6 rebonds pour 27 d'évaluation en 31 minutes, a parachevé le succès limougeaud aux lancers dans les derniers instants. Permettant à Limoges de rester troisième (15v-6d) et surtout de se rassurer avant la Leaders Cup après trois défaites de suite en championnat. Et aussi de prendre sa revanche sur Le Havre - le premier club à avoir battu le CSP cette saison - qui de son côté reste dans le Top 8 (11v-10d).

  • JDA Dijon 68-71 Elan Chalon-sur-Saône

Défait avant Noël dans son Colisée au match aller, l'Elan Chalon a mis fin à la série de la JDA dans le derby bourguignon en allant s'imposer au Palais des Sports de Dijon. Après trois succès dijonnais, l'Elan remporte ainsi son premier derby depuis depuis deux ans (le 26 janvier 2013 à Chalon, 73-55). Aux commandes dès le début du match (8-17, 7e), les Chalonnais n'ont tout simplement jamais lâché la tête durant toute la rencontre, grâce aux apports de Jason Rich (16 points à 7/10), Ilian Evtimov (12 points à 5/10, 5 rebonds, 3 passes) ou Brandon Davies (12 points à 5/11 et 7 rebonds). Pour autant, la JDA est quand même parvenue à revenir à hauteur. Après avoir été menée 17-27 en tout début de deuxième quart-temps sur le seul panier de Marcus Dove - qui aura finalement joué 13 minutes - la JDA a recollé à 30-30 après 16 minutes de jeu. L'Elan reprenait ensuite les devants : 32-38 à la mi-temps, 47-56 à la 29e et encore 54-64 à six minutes de la fin. Une nouvelle fois, grâce à son duo Steven Gray (14 points à 5/13, 4 rebonds, 3 interceptions) - Zach Moss (15 points à 7/9, 10 rebonds dont 6 offensifs), le club de la Cité des Ducs a égalisé (66-66 puis 68-68). Finalement, l'Elan s'est imposé dans l'avant-dernière minute sur une réussite primée du meilleur joueur du match, le meneur chalonnais Anthony Ireland (16points à 7/10, 6 rebonds et 6 passes pour 25 d'évaluation en 33 minutes). A noter justement, la grosse maladresse des joueurs de Jean-Louis Borg derrière l'arc (5/24, 21%). Alors que ceux de Jean-Denys Choulet s'accrochent en vue des playoffs (11v-10d, 11e), les Dijonnais concèdent eux un troisième revers de rang mais restent seuls quatrièmes (13v-8d).

  • SLUC Nancy 64-74 Paris-Levallois

Si Dijon garde seul cette place au classement, c'est grâce au Paris-Levallois. Seul club français à avoir bien négocié le dernier virage décisif en Eurocup, le PL a surfé sur la vague, toujours à l'extérieur. En gagnant à Gentilly, les Franciliens ont décroché un cinquième succès en six matchs de Pro A, dont quatre l'ont été hors de leurs bases. Et alors que Sharrod Ford a été le héros du milieu de semaine, il a cette fois été éclipsé par JBAM (12 points à 4/4 et 7 rebonds pour 19 d'évaluation en 20 miinutes), auteur de son deuxième meilleur match cette saison et son record de points en Pro A depuis presque un an. Face à lui, en l'absence prolongée de Flo Piétrus, Randal Falker a lui aussi été le meilleur élément de son équipe (8 points à 3/7, 9 rebonds, 2 passes et 4 contres). Mais distancé après un quart-temps (7-19), la formation d'Alain Weisz n'a fait que courir après le score, pas aidée par la maladresse de ses scoreurs (13/37 dont 4/20 à 3-points pour le trio Gladyr-Clark-Duggins). Si la troisième période (27-18) lui a permis de marquer plus de points que durant toute la première mi-temps (24-38) et l'a vraiment relancé (59-61, 34e), le SLUC a finalement craqué en fin de match face à l'équipe de Giovan Oniangue (13 points à 4/6). Avec cette défaite, le club lorrain manque donc l'occasion de rejoindre Dijon et voit surtout le PL revenir à sa hauteur (12v-9d). Le SLUC reste toutefois devant au classement puisqu'il a défendu son point-average acquis à l'aller (+13 fin décembre à Coubertin).

  • Le Mans SB 96-83 JL Bourg-en-Bresse

Enfin, le tenant du titre et dernier club à avoir obtenu son ticket pour la Leaders Cup s'est remis dans la bonne voie après deux défaites consécutives en Pro A. Avant la double-confrontation face à Nanterre la semaine prochaine (EuroChallenge et Leaders Cup), le MSB s'est rassuré et reste du bon côté du classement (11v-10d, 7e). Alors qu'il n'avait encore jamais passé le cap des 90 points cette saison, Le Mans a pu le faire contre une équipe burgienne dont le MSB a pris la mesure au fur et à mesure du match, en remportant chacun des quarts-temps, mais pas par plus de cinq points d'écart. Derrière une grosse adresse à longue distance (16/32), les Sarthois ont été solides et ont pu s'appuyer sur Michal Ignerski (19 points à 6/11 en 22 minutes), C.J. Wallace (11 points à 4/9, 7 rebonds, 6 passes et 4 interceptions) et un Charles Kahudi pleinement de retour aux affaires (17 points à 7/11, 6 rebonds et 4 passes pour 24 d'évaluation en 31 minutes). En face, malgré ses 51% de réussite et les 13 unités chacun de Philippe Braud, Jordan Theodore et Devin Booker, la JL Bourg n'a pas pu enchainer avec une troisième victoire de rang. Mais le dernier résultat du soir l'a tout de même bien arrangée...

  • Orléans Loiret Basket 79-86 SOM Boulogne-sur-Mer

En effet, dans un nouveau match important pour le maintien, Boulogne n'a pas encore dit adieu à sa survie dans l'élite. Dos au mur dans cette optique avant le match, le SOMB a fait une très grande partie du match devant dans le Loiret, virant en tête à la fin de chacune des périodes (17-22, 40-43, 60-64). Efficace, la base arrière maritime a fait des ravages dans la sillage de Tweety Carter (12 points et 9 passes), Kenny Boynton (23 points à 6/10 et 25 d'évaluation) et Alando Tucker (25 points à 8/17, 8 rebonds et 26 d'évaluation). Pour autant, Orléans et son nouveau coach Pierre Vincent ont longtemps été dans le coup grâce à Darnell Harris (15 points à 4/5) ou Sean May (17 points à 6/13 et 5 rebonds), et n'ont finalement cédé qu'en fin de match, après avoir été distancés au début du quatrième quart-temps sur un 1-8 (62-72, 34e). Alors qu'il ne croyait effectivement pas au "choc psychologique" lié à son arrivée, le "vrai défi" imposé à l'ancien technicien de l'ASVEL, intronisé cette semaine après le limogeage de François Peronnet, est dorénavant encore plus grand. Avec une seule victoire sur ses 11 derniers matchs, l'OLB reste bien sûr en dehors de la zone rouge (5v-16d) mais n'a plus vraiment de marge de manoeuvre face à ses deux poursuivants. Si les Orléanais, avec leurs deux victoires sur la Jeu (dont le +23 à Ekinox), ont le point-average particulier sur la JL Bourg (4v-17d), ils viennent de le perdre face au SOMB. Vainqueur à Damrémont par +6 en tout début de saison, l'OLB a donc laissé filer cet avantage précieux pour un petit point dans sa salle. Pour ces trois équipes, la lutte pour le maintien reprendra dans deux semaines après l'intermède lié aux équipes qui jouent les premiers rôles.

14 février 2015 à 22:36
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
EMILE VAIZAND
Je gazouille sport. Mais pas que...Blagues pourries assumées.
Emile Vaizand
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
PROGRAMME TV
NBA
10 décembre - 02h00
Oklahoma City Thunder
Houston Rockets
NBA
10 décembre - 09h30
Milwaukee Bucks
Atlanta Hawks
NBA
10 décembre - 11h00
Oklahoma City Thunder
Houston Rockets
NBA
10 décembre - 12h45
NBA Extra
PRO A
10 décembre - 18h45
Chalon-sur-Saône
Lyon-Villeurbanne