PRO A


LES OUBLIÉS DU ALL-STAR GAME

Crédit photo : Foxaep

La sélection du All-Star Game est un choix souvent difficile. Comme chaque année, des joueurs qui méritaient de participer à la fête devront se contenter de regarder le match des étoiles à la télé. Revue d'effectifs des principaux absents.

[Opinion]

Evidemment, un choix implique forcément des déceptions. Et nuls doutes que le jury d'experts, de la presse basket notamment (et dont BeBasket ne fait pas partie), qui a décidé qui irait au All-Star Game (29 décembre à Bercy), s'est donné des noeuds au cerveau à force de peser le pour et le contre de la présence d'untel ou de tel autre. Malgré tout, la sélection dévoilée hier soir laisse un goût amer aux amateurs de Pro A. Vous êtes nombreux à l'avoir exprimé sur le forum ou sur les réseaux sociaux. Certains joueurs, comme Antoine Eito (voir plus bas), ont également fait part de leur scepticisme. Ce qui nous rappelle à tous que l'évènement est fait avant tout pour le (très) grand public, et pas forcément pour les mordus. Petit tour d'horizon (non exhaustif) des joueurs qui auraient pu prétendre voir Bercy.

Où sont les Dijonnais ?

L'une des équipes surprises de ce début de saison, la JDA, pouvait légitimement envoyer l'un de ses joueurs au grand match des étoiles. Elle pouvait même placer un représentant dans chaque sélection. Jacques Alingué (photo), quatrième meilleur Français à l'évaluation (14,91), joueur le plus adroit du championnat (73,53%) est sans doute le principal oublié de la sélection tricolore. Mais le jury a préféré privilégier la prometteuse jeunesse d'Amine Noua (ASVEL, 10,5 d'évaluation). Dans un tweet de grande classe (voir ci-dessous), Amara Sy (Monaco) a rappelé le caractère presque injuste de cette absence.

Absent lui-aussi, Rasheed Sulaimon, n'aurait pas volé sa place. Le poste 2 dijonnais,  9e meilleure évaluation de Pro A (15,63), est un joueur complet et adroit. Dans un tweet (effacé depuis mais visible ici), il ironise en se demandant ce qu'il fallait faire pour être invité. Le All-Star Game se fera donc sans représentant de l'équipe qui occupe la 7e place du classement (5e bilan ex-aequo avec 6 équipes). À l'inverse Chalon, dernier avec seulement deux victoires, compte un représentant (Nzeulie), et Levallois, 15e, en compte deux (Boris Diaw et Prepelic). 

Le spectacle privilégié

Le All-Star Game est la fête du basket français. Un rendez-vous annuel où Bercy se remplit en un rien de temps de fans alléchés par l'odeur de spectacle. Pour vendre les places, chose peu évidente pour une date coincée entre Noël et le Nouvel-an, il faut donc que la promesse de show soit tenue. C'est ainsi qu'hier, sur le plateau de Buzzer, Stephen Brun a expliqué la présence pour le moins étonnante de DJ Stephens (Le Mans). "Une attraction" selon le consultant qui explique en substance que ce n'est pas le sportif qui a compté dans ce choix. "On ne pouvait pas se passer de lui" car "sur un All-Star Game, c'est le spectacle qui prime", détaille l'ancienne gâchette. Dont acte.

Nous restons cependant attachés à un match des étoiles qui récompense les meilleurs joueurs de notre championnat. DJ Stephens est certes une machine à highlights, mais sa participation au concours de dunks n'était-elle pas suffisante ? Comment expliquer qu'il soit sélectionné et pas son coéquipier Justin Cobbs ? Deuxième meilleur passeur de Pro A, Cobbs est le moteur du bon début de saison manceau (13,5 d'évaluation et la gestion de l'équipe), alors que Stephens est un très bon joueur de complèment (9,3 d'évaluation en 19 minutes de moyenne).

Les noms plus que les performances ?

De la même manière, on peut s'interroger sur le choix des deux Strasbourgeois, Zack Wright et Miro Bilan, dans l'équipe étrangère. Leur sélection n'est pas scandaleuse, mais le premier n'est que 28e à l'évaluation. Sur le poste de meneur, Cobbs voire Garrett Sim (Bourg, 17e à l'éval) semblaient avoir davantage le profil. Certes excellent sur le parquet depuis son arrivée, Bilan n'a lui disputé que cinq matchs, soit moitié moins que Mouphtaou Yarou (Antibes) et Frank Hassell (Le Portel), respectivement 1er et 3e meilleurs rebondeurs du championnat. Mais le nom de Bilan, international croate référencé, est sans-doute plus clinquant que ces deux charbonneurs des raquettes.  

Même la présense de Klemen Prepelic est discutable, tant il donne parfois l'impression de forcer (32,6% à 3-points, 2,3 balles perdues et "seulement" 13,5 d'éval). Mais le champion d'Europe slovène est intouchable, tant pis pour Rasheed Sulaimon. Côté français, on adore Jérémy Nzeulie (Chalon, 11 d'évaluation) et Charles Kahudi (ASVEL, 10 d'éval'), mais ne doivent-ils pas leur sélection à leur statut de figure de la Pro A et de showmen ? Car Jonathan Rousselle (Cholet, 12,11 d'évaluation), leader d'une équipe choletaise déséquilibrée, Axel Bouteille (Limoges, 11,82 d'éval') voire Hugo Invernizzi (11,27 d'éval), Nanterrien le plus régulier, semblent davantage mériter leur place sur un pur plan sportif.   

 
05 décembre 2017 à 19:00
TAG
DID YOU LIKE IT ?
0 PARTAGE
Facebook share
0 COMMENTAIRE
QUI A ÉCRIT CE PAPIER ?
GAËTAN DELAFOLIE
Passe les vacances à camper dans les raquettes.
Gaëtan Delafolie
VOUS EN PENSEZ QUOI ?
LAISSEZ UN COMMENTAIRE
TOUTE L'ACTU
<
1
/
5
>
pro a
-
pro b
-
lfb
-
nm1
Résultats
Classement
12ème journée
08 décembre
Châlons-Reims
70
-
64
Hyères-Toulon
Gravelines-Dunkerque
73
-
67
Lyon-Villeurbanne
09 décembre
Bourg-en-Bresse
89
-
91
Boulazac
Chalon-sur-Saône
95
-
81
Antibes
Dijon
71
-
99
Monaco
Limoges
88
-
79
Le Portel
Strasbourg
88
-
54
Cholet
10 décembre
Pau-Lacq-Orthez
93
-
79
Levallois Metropolitans
11 décembre
Le Mans
83
-
87
Nanterre
Autres journées
PROGRAMME TV
13 décembre - 02h45
NBA Extra
13 décembre - 03h30
Berlin
Limoges
13 décembre - 05h30
Pau-Lacq-Orthez
Levallois Metropolitans
13 décembre - 08h15
Saint-Pétersbourg
Lyon-Villeurbanne
13 décembre - 08h30
Chalon-sur-Saône
Klaipėdos Neptūnas